Khartoum, Soudan – Lorsque l’un des chefs paramilitaires les plus puissants du Soudan est revenu pour des pourparlers de paix dans son fief du Darfour, tout le monde n’était pas d’accord.

Le chef des Forces de soutien rapide (RSF), Mohamad Hamdan Dagalo ou “Hemeti”, a conclu plusieurs accords de réconciliation plus tôt cette année, dont certains avec ses rivaux, pour mettre fin aux combats intermittents qui ont ravagé la région au cours de l’année écoulée. UNE accord plus large a également été signé entre les partis militaires et politiques en décembre.

Mais de nombreux Soudanais ont protesté ou critiqué les accords, exigeant que les membres de la propre tribu arabe Rzeigat de Hemeti et les RSF soient punis pour leur rôle présumé dans le meurtre de centaines de personnes dans la région ces dernières années, selon Human Rights Watch.

Aujourd’hui, certains de ces dissidents disent avoir été détenus par les RSF et détenus sans inculpation.

«Je suis entré dans un grand bureau de renseignement. Le [RSF] avait beaucoup de questions sur qui je suis et pourquoi je ne veux pas la paix et la stabilité », a déclaré Faisal, 25 ans, qui a ajouté qu’il avait passé trois jours en prison et a demandé à Al Jazeera de ne pas divulguer son nom de famille par crainte de représailles.

Selon l’Association du barreau du Darfour, environ 350 personnes ont été détenues sans inculpation dans toute la province entre juin et août. Des dizaines, dont Faisal, ont été libérés. Mais le groupe juridique affirme que beaucoup languissent toujours en prison pour leur rejet réel ou perçu des accords de réconciliation de Hemeti.

Les critiques affirment que les arrestations font partie d’un complot plus large des RSF visant à consolider le pouvoir au Darfour depuis qu’elles ont soutenu un coup d’État militaire en octobre 2021, qui a bouleversé la fragile transition démocratique du pays.

« Avant le coup d’État, le peuple [in west Darfur] ne voulait pas du RSF ici. Le RSF n’est revenu qu’après le coup d’État », a déclaré Nahid Hamid, un avocat des droits humains de la tribu africaine Masalit. Les Masalit, ainsi que les médias et les organisations de défense des droits de l’homme, ont accusé les RSF et le Rzeigat de les avoir attaqués dans les années récentes. « Il n’y a pas de justice et pas d’état de droit. Toute la situation [with the arrests] est illégal.

Al Jazeera a tenté de contacter à plusieurs reprises le porte-parole de RSF, le général Osman Hamdan, et le procureur de la République du Soudan, Khalifa Ahmed Khalifa, mais aucun n’a pu être joint pour commenter.

Mais Fadil Barus, membre de la tribu Rzeigat, a déclaré que les accords de réconciliation avaient été bien accueillis par lui et de nombreux autres membres de sa communauté. Ses opinions reflètent une opinion plus large parmi les Soudanais qui s’identifient comme Arabes au Darfour, beaucoup considérant les Masalit comme des agresseurs égaux.

« Les accords de paix mettront fin aux guerres entre les tribus », a-t-il déclaré à Al Jazeera. Les Arabes veulent la paix et nous espérons que toutes les tribus de [West Darfur] peut vivre sans problème maintenant.

Traitement cruel

La plupart des personnes détenues au Darfour ont été transférées à Port-Soudan ou dans la capitale Khartoum, deux villes nécessitant un trajet en bus de 24 à 48 heures, selon l’Association du barreau du Darfour. En raison de la distance, il est pratiquement impossible pour les proches des détenus de rendre visite à leurs proches afin qu’ils puissent leur fournir des produits de première nécessité tels que de la nourriture, des médicaments et des vêtements propres.

Lors d’une conférence de presse en novembre à laquelle Al Jazeera a assisté à Khartoum, plusieurs avocats soudanais ont déclaré que les conditions des prisonniers équivalaient à de la cruauté et des mauvais traitements.

“[In prison]ils ne sont pas nourris correctement – juste un sandwich par jour – et ils ne sont pas autorisés à aller aux toilettes, ce qui oblige [each person] à se soulager dans un seau alors qu’ils sont enchaînés à un autre prisonnier. Ces conditions sont véritablement une violation de leurs droits humains fondamentaux », a déclaré Egbal Ahmed Ali, un avocat soudanais qui a pris la parole lors de la conférence de presse.

Le 11 décembre, plus de 200 détenus du Darfour ont entamé une grève de la faim pour exiger leur libération. Cette tactique a incité les autorités à libérer 57 détenus, mais les autorités étrangères sont restées silencieuses sur le sort de ceux qui sont toujours derrière les barreaux.

Beaucoup ont plutôt célébré la signature d’un accord-cadre que les forces de sécurité ont signé avec des politiciens le 5 décembre.

Les diplomates ont exprimé l’espoir que l’accord puisse ouvrir la voie à une nouvelle transition vers la démocratie au Soudan.

Mais la détention continue de dizaines de personnes du Darfour suggère que la communauté internationale n’a pas fondé l’accord sur l’obtention de concessions ou d’engagements en matière de droits humains de la part des putschistes, selon Kholood Khair, directeur fondateur du groupe de réflexion Confluence Advisory basé à Khartoum. .

“Cet accord a été massivement libérateur pour les généraux et extrêmement contraignant pour les civils et cela est évident par la façon dont les violations des droits de l’homme ont été laissées sans aucune attention ni attention… nous pouvons même assister à une augmentation des violations des droits de l’homme “, a déclaré Khair.

Un diplomate occidental à Khartoum a confirmé à Al Jazeera que les ambassades occidentales dans la ville n’avaient pas fait d’effort concerté pour obtenir la libération des détenus illégaux du Darfour.

“Il n’y a pas eu de pression collective, juste ad hoc”, a déclaré le diplomate, qui n’était pas autorisé à s’exprimer publiquement.

“Service du bout des lèvres”

Malgré les arrestations signalées, les RSF ont pu se présenter comme des défenseurs des droits de l’homme.

Le 6 décembre, Hemeti a qualifié le coup d’État d’octobre d’erreur et a encouragé les forces de sécurité à s’engager dans la « justice transitionnelle ». La semaine suivante, la Commission nationale des droits de l’homme (NHRC), nommée par le gouvernement soudanais, a nommé Hemeti personne de l’année pour 2022, citant son rôle dans la médiation des accords de paix au Darfour.

« Ce qui est clair, c’est que les putschistes ont appris qu’ils n’ont qu’à défendre les droits de l’homme du bout des lèvres. C’est la leçon qu’ils ont tirée de tout cet exercice », a déclaré Khair, faisant référence aux pourparlers politiques opaques qui ont conduit à l’accord-cadre.

Hemeti a également été accusé d’avoir récompensé des auteurs présumés d’atteintes aux droits humains dans ses propres rangs. Au cours de l’été, il a nommé Musa Hamid Ambilo à la tête du comité de réconciliation chargé de mettre en œuvre les accords de paix tribaux au Darfour occidental.

Des témoins et les avocats qui les représentent ont déclaré à Al Jazeera que, sous les instructions d’Ambilo, ses hommes avaient participé au massacre des habitants de Masalit du camp de Krending pour personnes déplacées en décembre 2019. Un témoignage non vérifié vidéo de cette époque semble montrer Ambilo, également membre de la tribu Rzeigat, debout devant une foule dans son uniforme RSF avec un homme qui déclare la guerre aux Krending.

L’attaque contre le camp a fait au moins 102 morts, des maisons incendiées, des milliers de déplacés et des biens pillés, selon la force de maintien de la paix conjointe ONU-Union africaine dont le mandat a expiré quelques jours après l’attaque. Cependant, Ambilo n’a jamais été tenu responsable malgré les appels des dirigeants communautaires et des militants locaux pour son arrestation.

Hemeti a refusé de lever l’immunité judiciaire d’Ambilo, qui est accordé sur tous les membres des forces de sécurité soudanaises pour les protéger des poursuites pénales, affirment des avocats et des groupes de défense des droits humains.

Ambilo a plutôt été transféré à Khartoum, puis ramené pour diriger la campagne d’arrestations illégales au Darfour occidental, tandis que le frère de Hemeti, Abdel Raheem Dagalo, a supervisé les arrestations au Darfour septentrional, selon l’Association du barreau du Darfour.

Des tentatives ont été faites par Al Jazeera pour contacter Ambilo via la RSF pour commenter les allégations, mais aucune réponse n’a été reçue.

De retour à Khartoum, Hemeti s’est présenté comme un artisan de la paix, au grand désarroi de beaucoup au Darfour.

« Les RSF ne peuvent pas nous imposer un accord. Ce sont les mêmes personnes qui nous tuent », a déclaré Ibrahim Ali, un membre de la tribu Masalit qui a été témoin de certaines des arrestations. “Le [RSF] nous tue la nuit et saupoudre de sucre le lendemain matin les funérailles comme pour dire que tout va bien, mais ce n’est pas bien. Hemeti est responsable de tous nos problèmes.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *