Une urbanisation rapide mal réglementée a rendu Kinshasa de plus en plus vulnérable aux crues soudaines causées par de fortes pluies.

Au moins 50 personnes ont été tuées à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo, après de fortes pluies provoqué des inondations et provoqué des glissements de terrain.

“Nous sommes déjà à environ 50 morts et ce n’est pas encore définitif”, a déclaré mardi le chef de la police de la ville, Sylvano Kasongo.

Autrefois un ensemble de villages de pêcheurs sur les rives du fleuve Congo, Kinshasa est devenue l’une des plus grandes mégalopoles d’Afrique avec une population d’environ 15 millions d’habitants.

Une urbanisation rapide mal réglementée a rendu Kinshasa de plus en plus vulnérable aux crues éclair après des pluies intensesqui sont devenus plus fréquents en raison du changement climatique.

Les artères du centre de Kinshasa ont été submergées. Des images partagées sur les réseaux sociaux ont montré un glissement de terrain dans le district vallonné de Mont-Ngafula, coupant l’autoroute 1, qui est une voie d’approvisionnement clé reliant la capitale au port de Matadi sur l’océan Atlantique.

D’autres images montraient des quartiers entiers inondés d’eau boueuse et des routes laissant place à des gouffres.

“Nous n’avons jamais vu une inondation ici de cette ampleur”, a déclaré Blanchard Mvubu, qui vit à Mont-Ngafula, à un journaliste de l’AFP sur place.

« Je dormais et je pouvais sentir de l’eau dans la maison… c’est un désastre. Nous avons perdu tous nos biens dans la maison, rien n’a pu être sauvé.

Tout près, un jeune homme demandait 500 francs congolais (0,24 $) aux passants pour les porter sur son dos à travers la rue submergée.

Un autre homme, qui s’est identifié comme enseignant, marchait pieds nus dans l’eau, tenant une paire de chaussures dans une main et un sac en plastique contenant des documents dans l’autre.

“Je n’ai pas d’autre choix”, a-t-il déclaré. “Je dois faire passer un examen aux écoliers.”

Le Premier ministre et le gouverneur de la province visitaient les zones inondées et les responsables locaux devaient rencontrer des représentants du ministère de l’Intérieur et d’autres organes de l’État pour faire face à l’urgence.

Au moins 39 personnes sont mortes à Kinshasa en 2019 lorsque des pluies torrentielles ont inondé quartiers bas et certains bâtiments et routes se sont effondrés.

En plus des infrastructures endommagées, chaque jour d’inondation à Kinshasa coûte aux ménages 1,2 million de dollars combinés en raison de la perturbation des transports à grande échelle, selon un document de la Banque mondiale de 2020.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *