Avertissement! Spoilers à venir pour Batman/Spawn #1Homme chauve-souris et Frayer se sont rencontrés auparavant, mais leur croisement le plus récent pourrait s’avérer être le plus important de tous. Issu de la superstar dream-team de Todd McFarlane et Greg Capullo, le nouveau Batman/Spawn le crossover tient exactement ce que le titre promet, donnant aux fans des deux personnages tout ce qu’ils pourraient souhaiter dans une équipe… même si le résultat final est finalement absurde.


L’équipe créative a une longue histoire avec les deux personnages. McFarlane a créé Spawn, bien sûr, dont la première apparition dans Frayer Le numéro 1 détient toujours le record de tous les temps des meilleures ventes de numéros uniques pour une bande dessinée indépendante, et continue de se développer à ce jour avec un autre série record de plus de 300 numéros. McFarlane a également dessiné Batman pendant un certain temps dans les années 80, dessinant au crayon la plupart des Batman : deuxième année scénario avec un certain nombre de couvertures emblématiques. Peut-être plus important encore, ce nouveau crossover est une vitrine pour Greg Capullo, qui a essentiellement construit sa carrière sur le dos de Frayer et Homme chauve-souris. Capullo a été le premier artiste à prendre les rênes de McFarlane lorsque ce dernier a décidé de s’éloigner du crayonné Frayeret l’artiste a obtenu sa plus grande visibilité à ce jour lorsque lui et l’écrivain Scott Snyder ont relancé Homme chauve-souris pour le nouveau 52 de DC.

FILM VIDÉO DU JOUR

En rapport: Les crossovers brutaux de Batman & Spawn rassemblés dans une nouvelle édition

Issu de l’équipe créative de Todd McFarlane, Greg Capullo, Dave McCaig et Tom Napolitano, Batman/Spawn L’histoire de # 1 commence avec Spawn trompé par le Court of Owls à s’en prendre à Batman, pensant que le chevalier noir s’accroche à l’âme de la femme de Spawn, Wanda Blake. Il est révélé qu’il existe une version de la “Cour” dans tous les univers, avec la Cour des prêtres dans le récent Frayer bandes dessinées agissant comme la variante de son monde. La Cour incite Spawn à s’en prendre à Batman, mais une fois que les deux héros ont compris qu’ils étaient tous les deux joués, ils décident de faire équipe et de se battre directement devant la Cour.


Capullo et McFarlane se réunissent pour un art à couper le souffle

Batman Spawn de Greg Capullo et Todd McFarlane

Le principal argument de vente ici est l’art, et à cet égard, Batman/Spawn ne déçoit pas. Avec Encrage McFarlane sur les crayons de Capullo (avec une aide à l’encrage de Jonathan Glapion), le classique Frayer L’équipe artistique est réunie une fois de plus, ramenant leur mélange irrésistible d’action de super-héros et d’horreur nu metal. Le style de Capullo a changé depuis ces premiers jours de nouilles hyper détaillées, mais l’artiste revient assez naturellement dans le monde de McFarlane, et McFarlane adapte sa ligne d’encre pour faire ressortir le meilleur de son ancien Frayer collaborateur.

Encore plus impressionnants sont les talents de narrateur de Capullo, qui ne font qu’impressionner à chaque nouveau projet. Sous le crayon de Capullo, la page devient un terrain de jeu, un lieu de possibilités illimitées. L’artiste utilise des mises en page créatives sur presque toutes les pages, mais jamais d’une manière distrayante ou intrusive. Capullo construit soigneusement ses pages pour contrôler l’œil du lecteur, soit en flamboyant sur la page pour les scènes d’action viscérales, soit en créant un sentiment croissant de tension et de malaise tout en les construisant. Si rien d’autre, Batman/Spawn montre Capullo maîtrise de la page de bande dessinée.

Batman / Spawn pourrait utiliser une autre réécriture de chauve-souris

La transformation Batman de Spawn

Ce qui fait ou défait finalement de nombreux croisements est la raison pour laquelle les personnages présentés sont réunis en premier lieu. À cet égard, McFarlane propose une idée intrigante qui ne se transforme jamais complètement en une histoire solide. Faire en sorte que la Court of Owls trompe Spawn pour qu’il attaque Batman est un bon moyen de faire avancer l’histoire, et McFarlane et Capullo ne perdent pas de temps pour les mettre aux prises. C’est lorsque l’action s’arrête et que les personnages commencent à parler que les problèmes commencent à s’infiltrer. L’intrigue devient plus trouble et vague au fur et à mesure que l’histoire avance, alors que la Cour des hiboux cherche à mettre la main sur Le collier de perles de Martha Wayne parce que… en quelque sorte l’une des perles est un portail entre les univers ? Et la Cour le veut pour qu’ils puissent… faire quelque chose ? Ce n’est jamais vraiment expliqué, laissant l’histoire globale à peine plus qu’un groupe de personnages qui courent et se battent pour des raisons peu claires. (De plus, en ce qui concerne ce critique, nous n’avons plus jamais besoin de voir, d’entendre ni de discuter des perles de Martha Wayne.)

En rapport: Spawn / Batman Cosplay célèbre le croisement à venir avec une forme combinée

Curieusement, ce nouveau crossover ne touche à aucun des précédents couples Batman/Spawn, présentant les personnages comme se rencontrant ici pour la première fois dans cette histoire. Puisque cela semble se dérouler dans sa propre continuité, ce n’est pas énorme, mais certains choix curieux en cours de route créent de la confusion dans le récit. Par exemple, le Joker vu ici est celui avec le visage coupé et agrafé vu dans Snyder et Capullo. histoire précédente de Batman, “La mort de la famille”. Il n’y a aucune référence à ce scénario, aucune raison donnée pour laquelle le Joker manque soudainement son visage… On suppose que cette version est incluse uniquement parce que c’est celle que Capullo voulait dessiner. De plus, nous voyons qu’il travaille en quelque sorte avec le méchant de longue date de Spawn, le Violator, ce qui implique que les deux sont en quelque sorte les cerveaux ultimes derrière tout. La façon dont ils ont manipulé tous les principaux acteurs et ce qu’ils visent à réaliser en le faisant est, encore une fois, douloureusement floue. La vérité est que McFarlane aurait pu utiliser un co-scénariste pour aider à aplanir les difficultés.

Le crossover se termine par un cliffhanger, révélant que la femme de Spawn, Wanda Blake, et Martha Wayne, la mère de Batman ont en quelque sorte changé de place, chacun existant dans l’univers de son opposé. C’est une conclusion qui ne fait pas grand-chose pour résoudre tout ce qui l’a précédé, ne servant qu’à embrouiller davantage le lecteur. Peut-être que la seule bonne chose à propos de la fin est la promesse de la suite de l’histoire. Compte tenu des brèves références à d’autres héros DC faites par les personnages et du fait que McFarlane Toys possède actuellement la licence DC Comics, il n’est pas difficile d’imaginer une suite qui apporte Spawn en contact avec l’univers DC plus large. Étant donné que Spawn a déjà trois croisements Batman à son actif, la prochaine étape logique serait sûrement Spawn contre la Justice League. Que l’une de ces suites se concrétise ou non, seul le temps nous le dira.

Batman/Spawn #1 est une équipe amusante entre les deux personnages, même si le résultat final n’a aucun sens.

Suivant:La cour des hiboux de Batman fait peau neuve avec Scooby-Doo

Batman/Spawn #1 est en vente maintenant à partir de Bandes dessinées DC



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *