Le Pérou est aux prises avec une crise politique qui s’aggrave, qui a débuté début décembre avec la destitution de l’ancien Président Pedro Castillo.

La législature péruvienne a voté le 7 décembre pour destituer Castillo de ses fonctions après que le dirigeant de gauche a annoncé son intention de dissoudre le Congrès et de gouverner par décret.

Son expulsion, puis son arrestation et sa détention pour des allégations de « complot » et de « rébellion », ont déclenché de nombreuses manifestations et incité le gouvernement à déclarer l’état d’urgence à l’échelle nationale.

Ici, Al Jazeera explique comment les troubles se sont déroulés :

7 décembre 2022

Castillo, ancien enseignant et dirigeant syndical de la campagne péruvienne qui a pris ses fonctions l’année dernièreannonce son intention de dissoudre « temporairement » le Congrès avant la troisième tentative de destitution de sa présidence assiégée.

Il soutient que cette décision vise à “rétablir l’état de droit et la démocratie” dans le pays. Mais les politiciens de l’opposition et d’autres observateurs critiquent son annonce comme étant contraire à la constitution du Pérou, et le Congrès vote massivement en faveur de enlever Castillo.

Peu de temps après le vote, Castillo est arrêté par la police et Le Congrès prête serment son ancienne vice-présidente, Dina Boluarte, comme première femme présidente du Pérou.

Les manifestants se rassemblent dans la capitale, Lima, pour soutenir Castillo, tandis que d’autres célèbrent son retrait.

8 décembre 2022

Un juge péruvien ordonne que Castillo soit détenu pendant sept jours alors que les autorités enquêtent sur les accusations de « rébellion et de complot » portées contre lui. Il est détenu dans un poste de police près de la capitale, Lima, où d’anciens Président Alberto Fujimori est également arrêté.

L’équipe de défense de Castillo soutient qu’il a été arbitrairement démis de ses fonctions sur la base de fausses accusations de rébellion.

« Il est clair que le crime de rébellion n’a pas été commis » car il ne s’est pas concrétisé, dit l’un de ses avocats.

Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador révèle que Castillo avait appelé son bureau pour demander l’asile à l’ambassade de son pays, ce qu’il envisageait d’accorder, mais le dirigeant péruvien a été arrêté avant son arrivée.

Boluartele nouveau président du Pérou, plaide pour une « trêve » après années de chaos politique. Après avoir initialement déclaré qu’elle purgerait les trois ans et demi restants de Castillo en tant que présidente, elle suggère que les appels à des élections anticipées parmi les partisans de Castillo sont “respectables”.

La nouvelle présidente du Pérou, Dina Boluarte, salue
La nouvelle présidente du Pérou, Dina Boluarte, salue la presse alors qu’elle quitte son domicile à Lima, le 8 décembre 2022 [Martin Mejia/AP Photo]

9 décembre 2022

Suite des protestations éclatenten particulier dans les zones rurales qui constituent les fiefs de Castillo.

La télévision locale montre des images de centaines d’agriculteurs bloquant un tronçon de la principale route côtière du Pérou pour exiger des élections anticipées. Et à Lima, plusieurs centaines de manifestants tentant d’atteindre le bâtiment du Congrès se heurtent à la police, qui utilise des cannes et des gaz lacrymogènes pour les repousser.

La manifestants demandent la libération de Castillo de prison, ainsi que des élections anticipées, la dissolution du Congrès et la destitution de Boluarte.

« Nous n’avons aucune autorité. Nous n’avons rien », déclare Juana Ponce, l’une des manifestantes. “C’est une honte nationale. Tous ces membres du Congrès corrompus se sont vendus. Ils ont trahi notre président, Pedro Castillo.

Des manifestants péruviens à Lima
Des manifestants se rassemblent lors d’une manifestation réclamant des élections présidentielles et la fermeture du Congrès, le 9 décembre 2022 [Sebastian Castaneda/Reuters]

10-11 décembre 2022

Boluarte nomme son nouveau cabinet. Elle nomme l’ancien procureur Pedro Angulo au poste de Premier ministre et la diplomate Ana Cecilia Gervasi au poste de ministre des Affaires étrangères, entre autres.

Les manifestations se poursuivent dans plusieurs villes de l’intérieur du Pérou, dont Cajamarca, Arequipa, Huancayo, Cusco et Puno, et les premiers décès liés aux troubles sont signalés.

Les affrontements du 11 décembre entre manifestants et policiers dans la ville méridionale d’Andahuaylas font deux morts et au moins cinq blessés – dont un policier – alors que des manifestants tentaient de prendre d’assaut l’aéroport de cette ville.

12 décembre 2022

Boluarte annonce son intention d’avancer les élections jusqu’en avril 2024 dans le but de calmer les troubles. Elle déclare également l’état d’urgence dans les zones de “fort conflit”, permettant aux soldats de prendre plus de contrôle.

Mais les manifestations se multiplient, notamment dans les villes du nord et des Andes du Pérou, et le nombre de morts s’élève à au moins six. Des centaines de manifestants bloquent une piste d’aéroport dans la deuxième plus grande ville du pays, Arequipa. Les vols sont annulés et le transport interprovincial est également suspendu.

Amnesty International exhorte les autorités péruviennes à « mettre fin à l’usage excessif de la force contre les manifestations et à garantir le droit de manifester pacifiquement ».

Pendant ce temps, Castillo publie une lettre manuscrite sur les réseaux sociaux qui qualifie son successeur, Boluarte, d’« usurpateur ». L’ancien président jure qu’il “ne démissionnera pas” et déclare que “le peuple ne devrait pas tomber dans le piège de ses sales jeux de nouvelles élections”.

Les gouvernements du Mexique, de la Colombie, de l’Argentine et de la Bolivie publient un communiqué conjoint en faveur de l’ex-président.

https://www.youtube.com/watch?v=RF1auFFPTxE

13 décembre 2022

Le juge de la Cour suprême Cesar San Martin Castro rejette l’appel de Castillo de mettre fin à sa détention préventive alors que les autorités montent leur dossier contre lui.

Le juge a déclaré que la tentative de l’ancien président de dissoudre le Congrès n’était « pas un simple acte de parole, mais l’expression concrète d’une volonté de modifier le système constitutionnel et la configuration des pouvoirs publics ».

Plus tôt dans la journée, Castillo a déclaré qu’il était “injustement et arbitrairement détenu”. Il remercie ses partisans d’être descendus dans la rue et appelle la police et les forces armées péruviennes à « déposer les armes et à cesser de tuer ces personnes assoiffées de justice ».

“Nous avons un objectif simple, et c’est de fermer ce Congrès corrompu et de changer de direction”, a déclaré Juan De La Cruz Gonzalez, 57 ans, de Lambayeque. raconte Al Jazeera à Lima alors que les manifestations se poursuivent.

Le président destitué du Pérou, Pedro Castillo, est escorté par la police au poste de police où il est détenu à Lima, Pérou, le 7 décembre 2022
Castillo est escorté dans un commissariat de Lima, le 7 décembre 2022 [Renato Pajuelo/AP Photo]

14 décembre 2022

L’administration Boluarte déclare une crise nationale état d’urgence pendant 30 jours. La mesure permet aux autorités de restreindre la liberté de mouvement et de réunion, et accorde à la police et aux forces armées le pouvoir d’exercer plus de contrôle.

La Cour suprême du Pérou se réunit pour examiner la demande des procureurs de prolonger la détention de Castillo de 18 mois, mais elle suspend ensuite la session pendant une journée.

Castillo appelle ses partisans à se rendre au poste de police où il est détenu et exhorte la Cour interaméricaine des droits de l’homme à intercéder en sa faveur. “Déjà assez! L’indignation, l’humiliation et les mauvais traitements continuent. Aujourd’hui, ils restreignent à nouveau ma liberté avec 18 mois de détention provisoire », écrit-il dans un message publié sur Twitter.

Boluarte affirme que la date des prochaines élections au Pérou peut être avancée à nouveau, jusqu’en décembre 2023.

à l'extérieur de la prison de police où Pedro Castillo est détenu au Pérou
Des policiers se tiennent debout alors que des partisans de Castillo se rassemblent devant la prison de police où il est détenu, à Lima, le 14 décembre 2022 [Sebastian Castaneda/Reuters]

15 décembre 2022

Un panel de la Cour suprême prolonge la détention de Castillo de 18 mois alors que les procureurs poursuivent leur enquête sur les accusations criminelles portées contre lui. Un juge a déclaré que l’ancien président présentait un risque de fuite après avoir tenté de demander l’asile à l’ambassade du Mexique à Lima.

Des manifestations éclatent dans la ville d’Ayacucho, au sud du Pérou, avec des affrontements entre manifestants et militaires tuant au moins sept personnes.

Les autorités affirment qu’au moins 15 personnes sont décédées à travers le pays à ce jour, tandis que le bureau du médiateur a estimé le nombre de blessés à 340, la police affirmant qu’au moins la moitié de ce total provenait de leurs rangs.

En fin de journée, le gouvernement impose un couvre-feu dans 15 provinces, principalement dans les régions rurales andines.

manifestants au Pérou
Des partisans de Castillo bloquent l’autoroute panaméricaine du Nord pour protester contre sa détention à Viru, au Pérou, le 15 décembre 2022 [Hugo Curotto/AP Photo]

16 décembre 2022

Les manifestants continuent de bloquer les routes principales, forçant la fermeture de cinq aéroports à travers le Pérou. Environ 5 000 touristes sont bloqués à Cusco, la ville péruvienne qui mène au site touristique populaire de Machu Picchu, selon un maire local.

Les autorités affirment que le nombre de morts dans les manifestations a maintenant atteint au moins 18.

La responsable du bureau du médiateur péruvien, Eliana Revollar, a déclaré à l’agence de presse AFP qu’une enquête pénale doit être ouverte sur les décès signalés la veille dans des affrontements entre des manifestants et l’armée à l’aéroport d’Ayacucho.

« Des gens sont morts à cause de blessures par balles », dit-elle.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *