Dans la région riche en pétrole du delta du Niger, dans le sud du Nigeria, les habitants s’inquiètent des impacts sur la santé et l’environnement des déversements de pétrole brut qui se produisent depuis la découverte de pétrole là-bas en 1958.

L’épicentre de cela a été Ogoniland, 261 communautés réparties sur près de 1 000 km2 (385 milles carrés).

Entre 1976 et 1991, plus de deux millions de barils de pétrole ont pollué l’Ogoniland lors de 2 976 déversements de pétrole distincts, le Nigéria devenant l’un des plus grands producteurs de pétrole au monde.

En 2020 et 2021, l’Agence nationale nigériane de détection et d’intervention en cas de déversement de pétrole (NOSDRA) a enregistré 822 déversements combinés d’hydrocarbures déversementstotalisant 28 003 barils de pétrole déversés dans l’environnement.

Ceux qui dépendent de l’agriculture et de la pêche ont ressenti un impact direct sur leurs moyens de subsistance et les résidents ont signalé une myriade de problèmes de santé.

L’espérance de vie dans le delta du Niger est de 41 ans, soit 10 ans de moins que la moyenne nationale.

Déversements de pétrole dans le delta du Niger

Vous trouverez ci-dessous une chronologie des déversements d’hydrocarbures et des activités connexes en Ogoniland, de 1958 à ce jour.

1958

Le pétrole est découvert en quantité commerciale en Ogoniland. Shell commence ses opérations.

1970

Un déversement de pétrole, peut-être le premier documenté, se produit dans la communauté de Boobanabe à la suite d’un incendie au puits de pétrole Bomu de Shell.

1990

Les dirigeants Ogoni, dont le militant écologiste Ken Saro-Wiwa, forment le Mouvement pour la survie du peuple Ogoni (MOSOP), une organisation non partisane pour mettre fin à l’exploitation des Ogoni par les compagnies pétrolières et le gouvernement.

1993

En raison de l’augmentation des protestations locales et internationales, Shell suspend la production en Ogoniland. Il n’a pas pompé de pétrole de la plupart de ses puits depuis, mais ses oléoducs traversent toujours l’Ogoniland, laissant échapper du pétrole.

4 janvier 1993

Environ 300 000 Ogonis protestent pacifiquement contre Shell et la pollution par les hydrocarbures. Plus tard cette année-là, Shell demande un soutien militaire pour construire un pipeline à travers Ogoniland.

10 novembre 1995

Malgré les appels internationaux à la clémence, le gouvernement militaire nigérian exécute Ken Saro-Wiwa et huit autres militants des droits de l’homme Ogoni pour le meurtre de quatre anciens Ogoni.

Un homme passe devant un portrait d'Amnesty International de l'auteur nigérian Ken Saro Wiwa
Un homme passe devant un portrait d’Amnesty International de l’auteur nigérian Ken Saro Wiwa à Édimbourg alors que les chefs de gouvernement du Commonwealth entament leurs réunions le 24 octobre 1997. (Reuters)

26 avril 2001

Un déversement se produit dans la communauté Yorla qui dure jusqu’au 7 mai 2001. Il déclenche un incendie qui consomme des cultures d’aliments commerciaux et d’herbes médicinales.

Février 2003

Une explosion dans le champ pétrolifère abandonné de Shell à Yorla provoque une autre marée noire majeure.

avril 2006

Les Ogoni signalent un déversement de pétrole provenant d’un oléoduc endommagé appartenant à Shell.

28 août 2008

Le premier de deux déversements massifs de pétrole se produit dans la communauté de Bodo en raison d’une défaillance de l’oléoduc Trans-Niger. La fuite dure au moins quatre semaines. Shell affirme que 1 640 barils de pétrole ont été déversés, mais les experts estiment que la fuite est près de trois fois supérieure – jusqu’à 4 000 barils.

7 décembre 2008

Un deuxième déversement se produit dans la communauté de Bodo.

Février 2009

Dix semaines après le deuxième déversement de Bodo, entre le 19 et le 21 février, la NOSDRA nigériane, Shell et la communauté Bodo effectuent une visite d’enquête conjointe. Par la suite, Shell affirme que le déversement a été causé par une défaillance de l’équipement due à la corrosion naturelle.

12 avril 2009

Un incendie et un déversement au niveau du collecteur de Bomu provoquent l’écoulement de pétrole dans le marais. Le collecteur est une jonction où plusieurs pipelines Shell se rejoignent à Kegbara Dere, Ogoniland. Le feu brûle pendant 36 heures.

30 novembre 2009

A la demande du gouvernement nigérian, le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) lance une évaluation de l’impact de la contamination par le pétrole dans la région d’Ogoni.

Août 2011

Le PNUE publie un rapport sur l’impact environnemental des opérations de l’industrie pétrolière en Ogoniland, montrant une contamination généralisée du sol et des eaux souterraines et recommandant un nettoyage complet des zones touchées.

Août 2011

Après un recours collectif au Royaume-Uni, Shell accepte la responsabilité de la double rupture de l’oléoduc Bodo-Bonny Trans-Niger qui a causé deux marées noires massives à Bodo. Le Trans-Niger transporte jusqu’à 180 000 barils de pétrole par jour à travers la communauté.

7 mai 2012

Un déversement se produit à Kegbara-Dere, à environ 200 mètres (650 pieds) du collecteur de Bomu.

1 février 2013

Le Comité sénatorial sur l’environnement et l’écologie rencontre la Shell Petroleum Development Company of Nigeria (SPDC) au sujet de la dégradation environnementale du pays ogoni.

Juin 2013

Une explosion se produit dans un oléoduc Shell, déversant 6 000 barils de pétrole brut dans les criques et les voies navigables de Bodo. Le peuple Ogoni s’engage à ne pas autoriser la reprise de l’exploration pétrolière dans la région tant que les conditions visant à relever les défis de la pollution de l’environnement ne seront pas réunies.

13 novembre 2014

Comme l’a révélé Amnesty International, des documents judiciaires montrent que Shell a fait à plusieurs reprises de fausses déclarations sur l’ampleur et l’impact des deux marées noires à Bodo en 2008.

3 novembre 2015

Quarante-cinq ans après un déversement de pétrole à Bomu, les chercheurs découvrent un sol noirci et des couches de pétrole sur l’eau malgré les affirmations de Shell selon lesquelles Shell a assaini le site à deux reprises en 1975 et 2012.

2 juin 2016

Le vice-président nigérian Yemi Osinbajo lance le nettoyage des Ogoni, aux côtés de la secrétaire générale adjointe de l’ONU Amina Mohammed, alors ministre de l’environnement du pays.

25 mars 2017

Shell accepte de nettoyer Bodo, qui a été touché par deux déversements en 2008.

26 juillet 2017

L’ONU s’engage à continuer de soutenir l’exécution du nettoyage des Ogoni.

3 juillet 2018

Le MOSOP s’oppose à la demande du SPDC pour le renouvellement de son permis d’exploitation pétrolière en Ogoniland.

Janvier 2019

Les sites d’assainissement dans les zones du gouvernement local d’Eleme, Tai, Khana et Gokana d’Ogoni sont remis à 21 entrepreneurs.

18 avril 2019

Deux marées noires font deux morts dans la communauté de Kegbara-Dere, selon le journal local The Sun.

5 mai 2019

Une enquête menée par le journal local Premium Times allègue que des entreprises non qualifiées se sont vu attribuer des contrats de nettoyage Ogoni.

25 octobre 2021

Les entrepreneurs chargés du nettoyage de la communauté de Bodo dans le pays ogoni ont déclaré que 2 millions de litres (440 000 gallons) de pétrole brut avaient été récupérés lors de l’exercice en cours par SPDC dans la région.

5 juillet 2022

Une commission parlementaire convoque le ministre de l’environnement Mohammed Abdullahi et la direction de l’HYPREP pour non-nettoyage du pays ogoni malgré le paiement d’un milliard de dollars pour le projet.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *