La délégation comprend la secrétaire générale adjointe Amina Mohammed et Sima Bahous, secrétaire exécutive d’ONU Femmes.

De hauts responsables des Nations Unies en visite en Afghanistan ont eu des entretiens avec l’administration dirigée par les talibans pour discuter de l’éducation et du travail des femmes, des semaines après que les autorités ont interdit à la plupart des femmes de travailler dans des ONG et aux étudiantes de fréquenter les universités.

La délégation de l’ONU qui est arrivée lundi comprenait la vice-secrétaire générale Amina Mohammed – la femme la plus haut placée à l’ONU – et Sima Bahous, secrétaire exécutive d’ONU Femmes, selon le porte-parole Farhan Haq. Était également présent Khaled Khiari, haut fonctionnaire du Département des affaires politiques de l’ONU.

La semaine dernière, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a dénoncé les “attaques systémiques sans précédent contre les droits des femmes et des filles”, qui, selon lui, “créent un apartheid fondé sur le genre”.

Mardi, Mohammed a rencontré Mawlawi Amir Khan Muttaqi, ministre afghan des Affaires étrangères par intérim.

“FM Muttaqi a exprimé l’espoir que la délégation présenterait la véritable image de l’Afghanistan à la communauté internationale”, a déclaré le porte-parole du ministère Abdel Qahar Balkhi dans un tweet.

“FM Muttaqi a ajouté que les femmes sont engagées dans les secteurs de l’éducation et de la santé en nombre important alors que celles qui travaillaient dans les bureaux du gouvernement sont payées à la maison”, a-t-il poursuivi.

Mohammed et d’autres responsables de l’ONU ont également rencontré l’ancien président afghan Hamid Karzaï. Des photographies de la réunion ont été publiées sur la page Twitter officielle de Karzaï.

La visite a eu lieu alors que les autorités dirigées par les talibans étaient de plus en plus critiquées pour le renforcer les restrictions sur les libertés des femmes.

Depuis leur prise de pouvoir en août 2021, les talibans ont imposé de sévères contraintes aux femmes, les écartant des emplois gouvernementaux, leur interdisant de écoles secondaires et universitéset même leur interdire de visiter les parcs.

Le mois dernier, les autorités ont ordonné à tous les groupes d’aide locaux et étrangers cesser de laisser travailler le personnel féminin jusqu’à nouvel ordre, conduisant plusieurs organisations à suspendre ses activités. Au moins trois d’entre eux partiellement repris travailler après avoir reçu des assurances des autorités talibanes que les femmes pouvaient continuer à travailler dans le secteur de la santé.

L’ONU avait décidé de poursuivre ses opérations.

Plus tôt en décembre, les talibans ont interdit aux femmes de fréquenter les universités. Les filles ont été empêchées d’aller au lycée en mars.

Le 13 janvier, le Conseil de sécurité de l’ONU rencontré en privé – à la demande des Émirats arabes unis et du Japon – pour discuter des récents mouvements des talibans.

Les États-Unis ont poussé le conseil de 15 membres à adopter une résolution appelant les talibans à renverser les interdits aux femmesselon des diplomates.

Avant d’arriver en Afghanistan, la délégation a eu des entretiens dans plusieurs pays de la région, du Golfe, d’Asie et d’Europe pour discuter des droits des femmes et des filles et du développement durable.

“Un consensus clair était évident sur la question des droits des femmes et des filles au travail et à l’accès à l’éducation”, a déclaré un communiqué des Nations Unies, faisant référence aux réunions précédant la visite à Kaboul.

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *