Un homme armé s’est déchaîné dans le 10e arrondissement de la capitale française, tuant trois personnes dans une attaque visant des étrangers, selon les autorités.

Des centaines de personnes sont descendues dans les rues de Paris pour réclamer justice après un tournage dans un quartier majoritairement kurde dans la capitale française qui a tué trois personnes.

Un homme armé a commis les meurtres vendredi alors qu’il tirait sur des personnes dans un centre culturel kurde, un café voisin et un salon de coiffure dans un quartier animé du 10e arrondissement de Paris. Trois autres personnes ont également été blessées dans l’attaque, qui visait des étrangers, selon les autorités.

L’agresseur présumé, âgé de 69 ans, a été blessé lors de l’incident et est actuellement en garde à vue. L’année dernière, il a été accusé d’avoir agressé des migrants et a été libéré sous caution au début du mois. Les enquêteurs ont envisagé un possible motif raciste pour la fusillade.

Après qu’une foule en colère a affronté la police vendredi après-midi, les dirigeants de la communauté kurde ont appelé à un rassemblement à partir de midi (11h00 GMT) samedi sur la place de la République, lieu traditionnel des manifestations dans la ville.

Les manifestants ont été accueillis avec des gaz lacrymogènes par la police pour disperser la foule.

Reportant à la manifestation, Oussama ben Javaid d’Al Jazeera a déclaré que la police lançait des grenades lacrymogènes sur les manifestants, ce qui les mettrait davantage en colère contre les policiers “car la police était inefficace lorsqu’ils étaient attaqués”.

Bin Javaid a expliqué qu’il y avait de la frustration parmi les membres de la communauté kurde, dont beaucoup pensent avoir été délibérément ciblés.

“Ils attendent toujours des réponses de la police : pourquoi leur a-t-il fallu si longtemps pour arriver, pourquoi n’ont-ils pas qualifié cette attaque de terroriste et pourquoi n’ont-ils pas assuré la sécurité du centre culturel, ce qu’ils avaient demandé plus tôt ,” il ajouta.

“Les gens ici demandent justice et ils le veulent maintenant”, a déclaré Bin Javaid.

Le préfet de police de Paris a rencontré des membres de la communauté kurde pour tenter d’apaiser leurs craintes avant le rassemblement de samedi.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a déclaré que le suspect ciblait clairement les étrangers, avait agi seul et n’était officiellement affilié à aucun mouvement d’extrême droite ou radical.

Le suspect avait déjà été condamné pour possession illégale d’armes et violence armée.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *