Ramallah, Cisjordanie occupée – Deux hommes palestiniens ont succombé à leurs blessures après avoir été abattus par l’armée israélienne lors d’incidents distincts dans la ville de Naplouse, au nord de la Cisjordanie, occupée par Israël.

Mohammad Abu Kishek, 22 ans, a été déclaré mort par le ministère palestinien de la Santé mercredi soir, moins de 24 heures après avoir reçu une balle dans l’estomac des forces israéliennes lors d’un raid mardi soir.

Un autre homme, Mohammad Hirzallah, 30 ans, un combattant du Groupe de résistance armée de Lions’ Den, a succombé aux blessures qu’il a subies lorsqu’il a reçu une balle dans la tête tirée par l’armée israélienne en juillet, alors qu’il participait à des affrontements armés à Naplouse. Hirzallah combattait aux côtés deux dirigeants bien connus de la fosse aux lions quand il a été blessé.

Des milliers de Palestiniens se sont déplacés pour le cortège funèbre d’Abu Kishek et de Hirzallah, qui a commencé jeudi matin dans la ville de Naplouse. Des dizaines d’hommes armés étaient présents, tirant à balles réelles en l’air dans une manifestation de colère et de deuil.

“Il y a de la rage et de la tristesse… Il y avait une présence évidente d’hommes armés, de la fosse aux lions et d’autres groupes armés”, a déclaré à Al Jazeera le journaliste local Mohammad Muna, qui a assisté aux funérailles.

Hirzallah, qui a passé quatre mois à l’hôpital et a subi plusieurs interventions chirurgicales, est décédé à l’hôpital Istishari de Ramallah.

Son corps a été transféré dans un grand convoi vers Naplouse mercredi soir. Les médias locaux ont rapporté que les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne (AP) ont attaqué le convoi et les personnes en deuil sur le rond-point principal de Naplouse avec des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes.

“Il semble qu’il y ait eu une demande ou un ordre de sécurité aux hommes armés de ne pas sortir publiquement avec leurs armes et de ne pas tirer à balles réelles en l’air”, a déclaré Muna. “La présence des services de sécurité sur le rond-point, avec leurs véhicules blindés, semble avoir agacé les hommes.”

“Il semble qu’il y ait eu un échange de langage grossier, et certains des hommes ont commencé à chanter contre les services de sécurité, donc cela s’est développé à partir de là et a conduit les officiers à tirer des gaz lacrymogènes et des balles réelles en l’air”, a-t-il ajouté.

L’AP n’a pas encore commenté l’incident.

Un troisième Palestinien a été tué plus tôt mercrediAhmad Amjad Shehadeh, 16 ans, lors du même raid à Naplouse, Abu Kishek a été abattu mardi soir.

Les meurtres sont survenus comme deux explosions ont secoué Jérusalem mercredi matin, dans ce que les autorités israéliennes ont qualifié d’attaque coordonnée par des Palestiniens qui a fait un mort israélien et au moins 12 blessés.

Les autorités israéliennes ont continué jeudi à rechercher les agresseurs présumés.

La première explosion a eu lieu près d’une gare routière israélienne le long d’une autoroute à l’entrée ouest de Jérusalem près de Givat Shaul, tandis que la seconde était plus petite et a eu lieu une demi-heure plus tard à l’entrée nord de Jérusalem à Ramot.

Séparément mercredi, les forces israéliennes démoli une école primaire palestinienne récemment construite dans la région de Masafer Yatta, dans le sud de la Cisjordanie occupée, où vivent plus de 1 300 habitants face à un déplacement forcé imminent. L’école avait été construite par l’AP avec un financement de l’Union européenne (UE).

Le Premier ministre de l’AP, Mohammad Shtayyeh, a déclaré que la démolition de l’école “fait partie d’une guerre qu’Israël mène contre notre peuple”, notamment par des violations contre l’éducation et les étudiants.

L’armée israélienne a déclaré avoir démoli un bâtiment construit illégalement dans une zone désignée zone de tir fermée.

Depuis 1967, Israël a désigné environ 18 % de la Cisjordanie occupée comme zones fermées d’entraînement militaire ou de tir, faisant de plus de 6 000 Palestiniens des résidents « illégaux ».

Corps remis

Jeudi à l’aube, des combattants palestiniens ont remis le corps d’un Israélien de 18 ans décédé dans un accident de voiture près de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie occupée, après l’avoir détenu pendant deux jours.

L’AP avait fait pression sur les combattants pour qu’ils libèrent le corps, qui a été remis à l’armée israélienne au poste de contrôle de Salem, dans le nord de Jénine.

Les tensions en Cisjordanie occupée et en Israël sont à leur comble depuis l’année dernière.

Les raids de l’armée israélienne et les meurtres de Palestiniens dans toute la Cisjordanie occupée se sont multipliés et se produisent presque quotidiennement, parallèlement à une augmentation des attaques armées palestiniennesainsi qu’un augmentation des attaques de colons contre les Palestiniens.

Plus de 200 Palestiniens, dont plus de 50 enfants, ont été tués par Israël dans les territoires occupés de Jérusalem-Est, en Cisjordanie et dans la bande de Gaza assiégée – dans le année la plus meurtrière pour les Palestiniens depuis 2006.

Plus de 25 personnes ont été tuées en Israël.

Les développements surviennent alors que Benjamin Netanyahu, qui a été chargé de former le prochain gouvernement israélien après être arrivé en tête lors des élections générales de ce mois-ci, poursuit les négociations pour former une nouvelle coalition avec des partis d’extrême droite et ultra-nationalistes.

Mercredi, Netanyahu a annoncé qu’il s’était mis d’accord avec son allié, le chef du parti sioniste religieux Bezalel Smotrich, pour donner à ce dernier le contrôle de l’organe de l’armée israélienne chargé d’administrer la Cisjordanie occupée, connu sous le nom de COGAT.

Le poste signifiera que Smotrich, une figure controversée qui a ouvertement encouragé la violence contre les Palestiniens, sera responsable de la zone C, qui représente 60 % de la Cisjordanie occupée sous contrôle militaire et civil israélien, et où tous les Israéliens illégaux les colonies sont localisées.

Smotrich supervisera la construction palestinienne dans la zone C, où il est déjà extrêmement limité. Il sera également en charge de la construction des colonies israéliennes, de la coordination de la sécurité entre l’armée israélienne et l’AP, et des permis pour les travailleurs palestiniens en Israël.

En 2019, en réaction à la Cour pénale internationale (CPI) décision d’ouvrir une enquête sur les crimes de guerre israéliens présumés, Smotrich appeler pour le démantèlement de l’AP et a déclaré que la CPI était une « institution politique et antisémite ».



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *