Les habitants de Tripoli qui sont en contact avec les survivants disent qu’une femme et un enfant – tous deux syriens – sont morts.

Deux migrants et réfugiés sont morts et 232 autres ont été secourus après que le bateau dans lequel ils voyageaient a chaviré au large des côtes libanaises, a annoncé l’armée libanaise.

Trois navires de guerre et un bateau de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL) ont participé à une opération de sauvetage au large de Selaata, au nord de la capitale libanaise, Beyrouth, a indiqué l’armée.

Des informations provenant de la ville de Tripoli, dans le nord du Liban, la deuxième plus grande et la plus pauvre du Liban, ont indiqué que des hommes, des femmes et des enfants libanais, syriens et palestiniens se trouvaient sur le bateau qui a quitté le nord du Liban vendredi après minuit.

Des habitants de Tripoli qui sont en contact avec des survivants ont déclaré que les morts étaient une femme syrienne et un enfant syrien.

Plus tôt, l’armée a déclaré qu’une patrouille navale avait été dépêchée pour secourir le navire bondé de personnes tentant de “quitter illégalement les eaux libanaises”.

Sur Twitter, la FINUL a confirmé qu’elle assistait la marine libanaise “dans une opération de recherche et de sauvetage en mer entre Beyrouth et Tripoli où un bateau en détresse avec un grand nombre de personnes à bord a été retrouvé”.

Des dizaines de proches des personnes secourues ont afflué vers le port de Tripoli pour attendre leur retour à terre, a indiqué l’agence de presse AFP.

Le Liban est embourbé dans ce que la Banque mondiale décrit comme l’une des pires crises économiques de l’histoire moderne. Le pays accueille également plus d’un million de réfugiés de la guerre en Syrie.

Ce n’était autrefois qu’une rampe de lancement pour les migrants et les réfugiés étrangers, mais presque trois ans d’effondrement économique ont laissé les citoyens libanais se joindre de plus en plus aux réfugiés syriens et palestiniens réclamant de partir par des routes maritimes dangereuses.

“Nous ne pouvons plus vivre dans ce pays – ni en Syrie”, a déclaré Younes Jomaa, un Syrien originaire d’Idlib et frère d’un des réfugiés survivants.

Ils font partie des millions de personnes déplacées depuis plus d’une décennie par la guerre en Syrie.

“J’avais prévu de partir avec mon frère, mais je n’ai pas réussi à réunir assez d’argent”, a déclaré Jomaa, ajoutant que son frère s’était endetté pour financer son voyage.

Fin septembre environ 100 migrants et réfugiés sont morts lorsque leur bateau a coulé au large des côtes syriennes après avoir quitté le Liban, dans l’un des épisodes les plus meurtriers de ce type.

Les migrants et les réfugiés au départ du Liban se dirigent vers l’Europe, l’une des principales destinations étant Chypre, à seulement 175 km (110 miles).

L’agence des Nations Unies pour les réfugiés a déclaré qu’au moins 1 570 personnes, dont 186 ressortissants libanais, avaient entrepris ou tenté d’entreprendre des voyages maritimes illicites depuis le Liban entre janvier et novembre 2021.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *