Ces décès sont les derniers en date liés à l’influence croissante des rebelles armés qui combattent le gouvernement du pays.

Dix personnes ont été tuées et plusieurs blessées lorsque leur bus a heurté une bombe en bordure de route dans l’est du Burkina Faso, a annoncé lundi le gouvernement du pays.

Le bus voyageait du bourg de Fada N’Gourma, à environ 220 km (136 miles) de la capitale Ouagadougou, à la ville frontalière de Kantchari près du Niger voisin.

Le véhicule circulait près du village de Bougui dimanche après-midi lorsqu’il a heurté une mine, a indiqué le colonel Hubert Yameogo, gouverneur régional, dans un communiqué.

Les blessés ont été transportés à l’hôpital de Fada N’Gourma, la principale ville de l’est, et le reste des passagers du bus a disparu, a déclaré Yameogo. Le gouvernement rétablit la sécurité dans la zone et tente de localiser les passagers disparus.

Personne n’a revendiqué la responsabilité, mais l’attaque s’est produite dans une zone où le gouvernement combat des combattants liés à al-Qaïda en Afrique du Nord et à l’EIIL (ISIS).

Carte du Burkina Faso

La violence lié à al-Qaïda et à l’EIIL ravage le pays depuis plus de six ans, tuant des milliers de personnes et déplaçant près de deux millions de personnes. L’incapacité du gouvernement à endiguer les attaques a conduit à deux coups d’état cette année avec chaque chef militaire promettant de faire de la sécurité une priorité.

Cependant, les attaques se poursuivent et des pans de terre sont coupés par des groupes armés. Les régions de l’Est et du Sahel ont été parmi les régions les plus durement touchées du pays, avec des villes assiégées par des rebelles qui empêchent les civils de se déplacer librement.

L’attaque de dimanche est survenue un jour après qu’une autre mine a explosé dans l’est, entre les villages d’Ougarou et de Matiacoali, blessant cinq soldats, selon un rapport de sécurité interne pour les groupes d’aide consulté par l’Associated Press. La mine ciblait une unité à proximité d’un site minier, selon le rapport.

Un habitant de Fada N’Gourma qui a rendu visite à des personnes à l’hôpital dimanche a déclaré à l’AP que certains des blessés graves étaient décédés et que tout le monde était terrifié.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *