Travaillant comme professionnelle de la santé mentale en Afghanistan, la vie d’Alia, 42 ans, n’a pas été facile sous les dirigeants talibans du pays.

Depuis qu’ils ont pris le pouvoir l’année dernière, les talibans ont imposé des restrictions croissantes aux libertés des femmes – de l’éducation aux vêtements, à leurs gestes quotidiens, et maintenant travailler. Cela a rendu difficile pour Alia, qui est le principal pourvoyeur de sa famille, de poursuivre sa carrière au sein de l’International Rescue Committee (IRC).

La nature du travail d’Alia et l’organisation internationale à laquelle elle était associée lui avaient permis de continuer à travailler, même lorsque d’autres femmes à travers le pays étaient contraintes de quitter leur emploi.

“Après l’arrivée des talibans, il y avait une certaine peur parmi nous [female employees] mais nous avons réussi à travailler en respectant leurs règles, comme se couvrir d’un hijab comme prescrit par eux et toujours voyager pour travailler avec un mahram [a male family member]», se souvient-elle.

“C’était extrêmement difficile, mais nous fournissions des services indispensables à certaines régions très éloignées et défavorisées de ce pays”, a-t-elle déclaré.

« Ils ont même permis à notre équipe de médecins de travailler. Nous fournissions des services cruciaux aux femmes et aux enfants, et j’ai également travaillé avec des patients qui avaient besoin d’un soutien en santé mentale », a-t-elle ajouté, le sentiment de fierté évident dans sa voix.

Mais tout cela s’est arrêté samedi, lorsque le Les talibans bannissent les femmes de travailler dans des organisations non gouvernementales (ONG) locales et étrangères en Afghanistan.

Une déclaration publiée par le ministère de l’Économie a précisé que le manque de port approprié du hijab chez les employées avait conduit à l’interdiction “jusqu’à nouvel ordre”.

La dernière interdiction de travail des femmes fait suite à la récente interdiction des étudiantes fréquentant des universités – tous deux révélateurs d’une approche de durcissement adoptée par les talibans. Les demandes d’Al Jazeera pour une contribution à cette histoire du porte-parole des talibans sont restées sans réponse.

“Je ne sais pas comment nous allons continuer à survivre”, a déclaré Alia à Al Jazeera. « Je travaille depuis 2008 et je suis le soutien de ma famille de six personnes. Mon mari a un revenu instable qui couvre à peine le loyer.

« Déjà, dans cette économie actuelle, je me bats pour offrir un meilleur avenir à mes enfants. Mais si des mères comme moi ne peuvent pas travailler maintenant, nous serons obligées d’élever des enfants analphabètes pour la société future », a-t-elle déclaré.

Outre sa perte personnelle, Alia était plus préoccupée par les communautés avec lesquelles elle travaille.

« Ce n’est pas seulement une perte pour ma famille, mais aussi pour de nombreuses familles que nous soutenions. Ils sont loin [more] situation misérable », a-t-elle déclaré.

“Quand je pense à ces gens, je me sens mal et je pense que mon cœur va éclater de douleur.”

“Discriminatoire envers la moitié de la population”

En réponse à l’interdiction faite aux femmes de travailler par les talibans, plusieurs ONG internationales opérant en Afghanistan, dont l’employeur d’Alia – l’IRC – ont prestations suspendues dans le pays.

L’IRC opère en Afghanistan depuis 1988, avec plus de 3 000 femmes employées là-bas, avant l’interdiction, à divers titres. Il n’avait jamais eu à cesser de fournir des services vitaux à ceux qui en avaient besoin.

« Pour IRC, notre capacité à fournir des services repose sur un personnel féminin à tous les niveaux de notre organisation. Si nous ne sommes pas autorisés à employer des femmes, nous ne sommes pas en mesure de livrer à ceux qui en ont besoin. Par conséquent, l’IRC suspend actuellement nos services en Afghanistan », a déclaré l’organisation dans un communiqué.

Le communiqué ajoute que l’exclusion des femmes de la prestation des services humanitaires aurait des “conséquences catastrophiques pour le peuple afghan”.

Des sentiments similaires ont été repris par d’autres ONG internationales qui ont été « forcées » par l’interdiction faite aux travailleuses de suspendre des services essentiels.

« Nous ne pouvons tout simplement pas faire notre travail sans que des femmes travaillent pour nous », a déclaré Becky Roby, responsable du plaidoyer au Conseil norvégien pour les réfugiés à Al Jazeera.

« La culture est très conservatrice en Afghanistan ; nous ne pouvons pas envoyer des hommes parler aux femmes et fournir des services aux femmes », a déclaré Roby.

“De nombreux ménages à travers le pays sont des ménages dirigés par des femmes, qui risquent de perdre complètement l’accès à l’aide humanitaire avec ces changements”, a-t-elle déclaré, ajoutant qu’en ce qui concerne le principe, l’interdiction était inacceptable.

“Nous ne pouvons pas travailler dans un système qui est si ouvertement et si ouvertement discriminatoire envers la moitié de la population.”

“J’aime tout dans mon travail”

Au moins une organisation afghane résiste à l’interdiction de ses employées.

Nasrat Khalid, fondatrice d’Aseel, une plate-forme commerciale afghane de commerce électronique qui travaille désormais dans le secteur de l’aide et du développement après la prise de contrôle des talibans, a promis de continuer à fonctionner avec ses employées et bénévoles féminines.

« Aseel ne se soucie pas des aspects politiques de la situation en Afghanistan ; nous sommes une organisation purement humanitaire qui compte sur les gens, y compris les femmes, pour répondre à la crise humanitaire », a déclaré Khalid à Al Jazeera.

La réponse d’Aseel à l’interdiction a été de lancer un programme qui recrute plus de femmes dans des rôles largement axés sur la technologie, a déclaré Khalid.

« Non seulement nous allons continuer à soutenir nos femmes bénéficiaires, mais nous lançons également des opportunités de travail à distance pour les femmes dans tout l’Afghanistan. Nous lancerons les 50 femmes afghanes dans la technologie comme notre premier grand défi cette semaine, où nous recruterons 50 femmes supplémentaires… à mesure que notre capacité augmentera, nous continuerons à intégrer des femmes pour travailler avec nous », a-t-il déclaré.

Cet espoir est maintenant que le statut d’Aseel en tant qu’entreprise protégera probablement ses activités à but non lucratif et humanitaires.

Pour bon nombre de ses employées, les assurances de la direction ont été un soulagement.

“Quand j’ai entendu la nouvelle de l’interdiction pour la première fois, j’ai ressenti un sentiment d’impuissance, c’était très difficile à entendre”, a déclaré Madina Matin, 24 ans, qui travaille comme responsable de la communication d’Aseel à Kaboul.

Matin, qui poursuit également des études de troisième cycle en commerce, a déclaré qu’elle avait reçu un soutien considérable de son employeur depuis la prise de contrôle des talibans et les nouvelles restrictions.

“Je me souviens que lorsque la première interdiction des écoles pour filles a été annoncée l’année dernière, l’équipe d’Aseel s’est réunie pour une session destinée au personnel féminin afin de garder le moral et de s’assurer que la situation ne nous affecte pas négativement. J’ai également bénéficié de nombreuses flexibilités dans mon travail à mesure que les choses changent », a-t-elle déclaré.

Matin a dit qu’elle ne pouvait pas supporter l’idée de ne pas être autorisée à travailler.

“J’aime tout dans mon travail”, a-t-elle déclaré à Al Jazeera.

« J’ai travaillé et contribué à la mission ici malgré toutes les restrictions et les étiquettes qui m’ont été imposées en tant que femme. Je me couche tous les soirs très satisfaite du travail que j’ai fait », a-t-elle déclaré. “Émotionnellement, cependant, il y a toujours la tension d’un avenir imprévu que je détiens.”

Alia de l’IRC, elle aussi, vit dans l’incertitude.

Elle est maintenant collée à son téléphone portable, vérifiant les nouvelles toutes les quelques minutes, espérant entendre parler d’une évolution positive pour les travailleuses. Peut-être un revirement chez les dirigeants talibans ?

“Il y a de longues périodes où nous n’avons pas d’électricité et je me sens tellement anxieuse”, a-t-elle déclaré.

“Tout ce que je peux faire, c’est prier pour que la prochaine fois que je vérifie mon téléphone, nos problèmes soient résolus.”



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *