Iggy Pop’s dernier album, ‘Every Loser’ tire son nom du morceau ‘Comments’ où s’exclame le Parrain du Punk, “Chaque perdant a besoin d’un peu de joie”. La chanson pèse sur le machisme en ligne des trolls en ligne et à quel point Pop suppose qu’ils se sentent bien quand ils arrivent à l’appeler une “wimp” dans les commentaires. C’est l’un des nombreux moments de “Every Loser” qui voit le musicien de 75 ans regarder le monde moderne à travers un filtre punk sage et effronté. Vous voyez, Jim Osterberg a tout vu et tout vécu, et il est prêt à en parler tant que vous êtes prêt à l’entendre de la manière la plus bruyante et la plus bruyante possible.

Les Stooges le leader lance son 19e album solo avec les paroles “Vous avez une bite et deux balles, c’est plus que vous tous”, une ligne que le producteur exécutif acclamé Andrew Watt (qui sort “Every Loser” sur ses disques Gold Tooth Records) appelle avec amour “agressif” et “sans vergogne”. La première ligne de la chanson ne peut pas vous faire rire hystériquement », dit Watt. “Je veux dire, c’est Iggy comme ça.”

Watt ne se trompe pas dans cette description. Les 11 titres de l’album sont une balade à grande vitesse pleine de délicieuses doses d’esprit et de courage. Bien au-delà du moment où la plupart des punks ont troqué leurs personnages de scène pour des reflets ralentis d’une époque révolue, l’inventeur de la plongée sur scène nous entraîne dans le présent avec la même énergie rock primitive avec laquelle il a lancé sa carrière dans les années 60 avec pas de chant du cygne en vue. Nous n’avons même pas entendu Iggy comme ça depuis un certain temps, après une décennie de jazz parlé et Mystère fourni par l’homme.

Les musiciens de l’album sont un line-up étoilé de légendes du rock : Chad Smith de Piments rouges piquantsbassiste Duff McKagan de Guns N’ Roses, Clignotement 182c’est Travis Barkerle guitariste Stone Gossard, l’ancien guitariste des Chili Peppers Josh Klinghoffer et La dépendance de Janede Dave Navarro et Eric Avery, et tard Foo Fighter’s le batteur Taylor Hawkins, tous forment le groupe maison. Mais personne ne vole la scène à Iggy, qui passe “Every Loser” à transformer chaque version de son son et de son expérience en moments qui vous poussent à rire et à crier avant de vous asseoir pour un moment de réflexion.

Dans le lent et émouvant “Morning Show”, Pop se penche sur le râle de son registre alors qu’il chante à propos de la réparation de son visage avant une apparition publique. Dans ‘Strung Out Johnny’, il fait appel à son vibrato pour affirmer, “Dieu a fait de moi un junkie / mais Satan me l’a dit”. Dans l’amusant et torride “Neo Punk”, il souligne à quel point la soi-disant scène punk a changé entre le gagne-pain fauché et sans le sou que Pop partageait avec ses camarades Stooges et les célébrités et les stars du punk de luxe qui en profitent aujourd’hui.

“Every Loser” se termine par “The Regency”, un morceau qui commence comme une ballade avant de se transformer en une émeute totale. Il présente Hawkins jouant de la batterie d’une manière La pop décrit comme “percolant” et “bouillante” avant que la chanson ne retombe proprement dans un rythme doo-wop, clôturant l’album. C’est une fin parfaite pour un album qui, même lorsqu’il est lyriquement sincère, qu’il se déprécie ou qu’il est extrêmement conscient, parvient à rester plus grand que nature. “Every Loser” est une résurrection punk primal d’aujourd’hui du seul musicien qualifié pour en faire un.

Détails

Iggy Pop - Oeuvre
Iggy Pop – Oeuvre « Every Loser » CRÉDIT : Warner Music Group

  • Date de sortie: 6 janvier
  • Maison de disque: Atlantic Records / Gold Tooth Records





Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *