Si vous étiez proche de la culture gothique à la fin des années 90, LUI leader Ville Valo était une icône omniprésente et incontournable. Cigarette à la main, distinctif tatouages ​​heartagram exposés, le rockeur a charmé une génération de fans de rock avec sa voix distinctive et son charisme sur scène. Des décennies plus tard, il n’a pas changé d’un poil.

Valo rencontre NME dans un studio de Kings Cross pour discuter de son tout premier album solo “Neon Noir”, un projet entièrement écrit, enregistré et produit par l’artiste, et qui sortira sous le nom de VV. “C’est en fait un soulagement dans le sens où tout est de ma faute… ça rend les choses beaucoup plus simples”, explique-t-il à propos de sa nature solitaire. “C’est le pur, sans aucun compromis dans [it that’s a relief]”.

Se décrit comme un “marathon de mascara larmoyant entre Robert Smith et Ozy“, ‘Neon Noir’ est une collection audacieuse de chansons qui font régulièrement un clin d’œil à son époque avec les rockeurs gothiques finlandais HIM, qui se développe également en une offre plus profonde et plus vulnérable.

Discuter de ‘Neon Noir’ pour les dernières nouvelles NMEc’est En conversation série, Valo approfondit la création du disque, les paroles qui vont «droit à la jugulaire» et les sages conseils que lui a donnés Ozzy Osbourne. Voici ce que nous avons appris.

Le disque embrasse des moments plus sombres

Le premier album solo de VV ‘Neon Noir a été écrit pendant la pandémie, une période de temps que Valo explique: “m’a frappé assez fort émotionnellement parlant.”

Parlant de son état d’esprit lors de la création du disque, Valo déclare : « Je n’appellerais pas cela une dépression clinique. Je viens d’un pays qui a une histoire particulière avec des gens plutôt moroses. C’est quelque chose que Valo pense que la nature et le climat de son pays natal, la Finlande, jouent un rôle : « C’est probablement dû aux hivers très sombres. Le soleil ne se lève pas du tout au milieu d’un hiver et ils sont très longs.

“[Finnish people] ont ce genre de comportement maniaco-dépressif inné », réfléchit Ville Valo. De plus, contrairement aux longs hivers : “le soleil ne se couche pas du tout au milieu de l’été et les gens deviennent fous.”

Le ramener à la musique et comment cela a façonné le nouvel album, qui il a récemment décrit dans un communiqué de presse comme un “guide étape par étape sur la façon de rester en vie”, Ville explique : « C’est le genre de choses que j’aime. J’aime les aspects les plus sombres. La musique joyeuse me rend triste et la musique triste me rend heureux. Cela a toujours fonctionné ainsi. Ne me demandez pas pourquoi, mais je ne suis pas le seul.

Lyriquement parlant, il va “droit à la jugulaire”

Ville Valo a toujours été un parolier cryptique. Pendant son temps avec LUI, il a dessiné sur Charles Bukowski, Charles Baudelaire et Edgar Allen Poe dans son écriture de chansons; mais le nouveau disque s’éloigne de son approche précédemment nuancée des paroles.

“Je vais directement à la jugulaire”, dit Valo, décrivant la direction de sa nouvelle musique solo. “C’est très, très direct.”

« Mais évidemment, il y aura beaucoup de combinaisons bizarres… Espérons qu’elles évoquent des souvenirs ou des idées. Il y a cette étrange juxtaposition de choses qui apparemment ne vont pas ensemble et j’essaie de les marier avec force. Et avec un peu de chance, grâce à cela, faites une concoction qui n’a jamais été entendue auparavant.

Il a reçu de sages conseils d’Ozzy Osbourne

Les influences pour le nouvel album vont de Robert Smith de The Cure sur la ballade épique évanouie « Saturnine Saturnalia » à Black Sabbath sur la chanson titre déchirante « Neon Noir » ; mais Ville a-t-il déjà rencontré les idoles qui ont inspiré le disque ?

“J’ai rencontré Ozzy une fois, c’était plutôt cool. La seule chose dont je me souviens, c’est qu’il m’a dit que si vous ne pouviez pas commencer la première rangée, montrez-leur vos seins, il a dit que les mouvements fonctionnaient vraiment ».

Mais quand NME lui a demandé s’il l’avait déjà essayé, il a attesté : « à chaque fois que je vais le tester sur scène, je deviens super nerveux… Mais je devrais, c’est une bonne idée. Lors de la prochaine tournée sur la set-list, j’écrirai ‘souviens-toi de la sagesse d’Ozzy’ ».

Ville Valo. CRÉDIT : Juha Mustonen

Tout tourne autour de la basse

Il a peut-être fréquenté des icônes du rock comme Ozzy, mais il y a encore des idoles qu’il aimerait rencontrer. « De retour à Black Sabbath, je n’ai jamais eu la chance de rencontrer Geezer Butler, le bassiste. Et la basse a été mon premier instrument.

Riffant sur certaines de ses légendes préférées à quatre cordes, Valo déclare : « Je n’ai jamais eu la chance de rencontrer Steve Harris d’Iron Maiden, [who’s] une des raisons pour lesquelles j’ai commencé à jouer de la basse. Je n’ai jamais rencontré Gene Simmons qui est aussi bassiste. Alors ‘tout tourne autour de la basse’ comme disait Ozzy ». Il est encore temps, Ville.

‘Neon Noir’ est dédié à son partenaire

Niché en Finlande avec son partenaire pendant les fermetures de Covid-19 pour faire ‘Neon Noir’, Valo explique : “J’ai une petite amie… J’ai testé sa patience pendant la pandémie.”

Devant jongler entre l’écriture, l’enregistrement et la production de l’album avec la période émotionnelle de la pandémie, il explique : « L’album est dédié [to] elle » pour l’avoir aidé à traverser cette période, avant de rire, « ce n’est pas assez, mais c’est un début ».

Le nouvel album de VV, ‘Neon Noir’, sort le 13 janvier 2023 via Heartagram Records





Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *