La banque centrale a relevé ses taux à un rythme record à 4,25 % pour lutter contre l’inflation et les hausses annoncées touchaient à leur fin.

La Banque du Canada a relevé mercredi son taux d’intérêt à un jour de référence de 50 points de base au plus haut niveau en près de 15 ans et a signalé que sa campagne de resserrement historique touchait à sa fin.

La banque centrale a relevé ses taux à un rythme record de 400 points de base en neuf mois à 4,25 % – un niveau qui n’avait pas été observé pour la dernière fois en janvier 2008 – pour lutter contre une inflation bien supérieure à son objectif. La banque a cité une croissance toujours forte et des marchés du travail tendus comme raison de la dernière augmentation.

Mais il a éliminé les prévisions futures qu’il a utilisées depuis qu’il a commencé à augmenter les taux en mars, indiquant qu’ils devraient encore augmenter.

“Bien que le cycle de resserrement ait probablement atteint son zénith, nous aurons besoin que la douleur de ces taux plus élevés persiste pendant un certain temps pour freiner la croissance économique et ainsi calmer l’inflation”, a déclaré Avery Shenfeld, économiste en chef chez CIBC Capital Markets.

Les marchés monétaires avaient parié sur une augmentation de 25 points de base (bps), mais une faible majorité d’économistes dans un sondage Reuters s’attendait à un mouvement de 50 bps.

La croissance du produit intérieur brut au troisième trimestre, qui a augmenté de 2,9% en rythme annualisé, a été plus forte que prévu et il y a toujours une “demande excédentaire” dans l’économie, tandis que les marchés du travail sont restés tendus, a-t-il déclaré.

Dans l’ensemble, cependant, la banque centrale a déclaré que les données confirmaient ses prévisions d’octobre selon lesquelles la croissance stagnerait jusqu’au milieu de l’année prochaine.

“Pour l’avenir, le Conseil des gouverneurs examinera si le taux d’intérêt directeur doit encore augmenter pour rééquilibrer l’offre et la demande et ramener l’inflation à son objectif”, a déclaré la banque dans un communiqué.

L’inflation, qui a atteint 6,9% en octobre, “est encore trop élevée”, mais les taux de variation de l’inflation sous-jacente sur trois mois ont diminué et indiquent que “les pressions sur les prix pourraient s’essouffler”, a déclaré la banque.

“Ils ont continué à s’inquiéter de l’enracinement de l’inflation et c’est à cela que sert vraiment cette hausse des taux”, a déclaré Royce Mendes, responsable de la stratégie macroéconomique au Mouvement Desjardins, dans une note de recherche.

Si la campagne de resserrement de la banque dépasse les limites, elle pourrait déclencher un ralentissement plus profond que prévu, ce que le marché obligataire signale maintenant comme un risque.

Le dollar canadien s’échangeait en hausse de 0,3 % à 1,3614 contre le billet vert, après avoir touché plus tôt un plus bas d’un mois à 1,3699.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *