Le président Gustavo Petro annonce un cessez-le-feu avec les cinq plus grands groupes armés pour soutenir les pourparlers de paix.

Le gouvernement colombien a convenu d’un cessez-le-feu de six mois avec les cinq plus grands groupes armés opérant dans le pays, a annoncé le président Gustavo Petro le soir du Nouvel An.

Petro, le premier président de gauche du pays, s’est engagé à mettre fin au conflit interne de la nation andine, qui dure depuis près de six décennies, tuant au moins 450 000 personnes entre 1985 et 2018.

“C’est un acte audacieux”, a écrit Petro sur Twitter. « Le cessez-le-feu bilatéral oblige les organisations armées et l’État à le respecter. Il y aura un mécanisme de vérification national et international.

Parmi les groupes figurent le groupe armé de gauche l’Armée de libération nationale (ELN) ainsi que des groupes dissidents dirigés par d’anciens membres des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), désormais démobilisées, Segunda Marquetalia et Estado Mayor Central.

La trêve était le principal objectif de la politique de « paix totale » de Petro visant à mettre fin au conflit armé dans le pays, qui perdure malgré la dissolution des FARC en 2017.

Selon l’Institut d’études sur le développement et la paix (Indepaz), un groupe de réflexion indépendant, les groupes armés opérant toujours en Colombie, le plus grand producteur de cocaïne au monde, sont enfermés dans des conflits meurtriers concernant les revenus du trafic de drogue et d’autres activités illégales.

Malgré les efforts du gouvernement pour négocier avec les divers groupes armés colombiens, qui comprennent un total combiné de plus de 10 000 combattants, il n’a jusqu’à présent pas réussi à contenir la spirale de la violence qui engloutit le pays. Indepaz a enregistré près de 100 massacres l’année dernière.

L’ELN, dernier groupe rebelle reconnu dans le pays, négocie avec le gouvernement depuis novembre.

Les groupes Segunda Marquetalia et Estado Mayor Central – des factions dissidentes des FARC qui ont rompu avec le pacte de paix de 2016 – ont eu des entretiens séparés avec le gouvernement.

AGC, le plus grand gang de drogue du pays, est composé des restes de paramilitaires d’extrême droite qui se sont démobilisés au début des années 2000.

Le gouvernement offre aux groupes “un traitement bienveillant du point de vue judiciaire” pour les acteurs armés “en échange d’une restitution des actifs, d’un démantèlement de ces organisations et de la possibilité qu’elles cessent d’exercer ces économies illicites”, a récemment déclaré le sénateur Ivan Cepeda. a déclaré à l’agence de presse AFP.

Certains dissidents ont refusé de déposer les armes aux côtés de leurs camarades des FARC il y a six ans, lorsque le redoutable groupe rebelle a signé l’accord avec Bogota pour mettre fin à plus de cinq décennies de conflit.

La Colombie a subi plus de 50 ans de conflit armé entre l’État et divers groupes de combattants de gauche, de paramilitaires de droite et de trafiquants de drogue. Il existe actuellement environ 90 groupes politiques et criminels opérant dans le pays, selon Indepaz.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *