Moscou prévient qu’il pourrait réduire sa production de 5 à 7 % au début de 2023 à mesure que la guerre énergétique avec l’Occident s’intensifie.

La Russie pourrait réduire sa production de pétrole de 5 à 7% au début de 2023 et suspendre les ventes aux pays soutenant un plafonnement des prix de son brut et de ses produits pétroliers, a déclaré un haut responsable.

Le vice-Premier ministre Alexander Novak a déclaré vendredi à la télévision d’État que les réductions pourraient s’élever à 500 000 à 700 000 barils par jour.

Ses remarques ont marqué la première réponse détaillée de la Russie à la récente plafonds de prix déployé sur les exportations énergétiques russes par les alliés occidentaux de l’Ukraine suite à l’invasion de son voisin par Moscou.

L’Union européenne, Pays du G7 et l’Australie a introduit un prix plafond de 60 dollars le baril sur le pétrole russe à partir du 5 décembre en plus de l’embargo de l’UE sur les importations de brut russe par voie maritime et des promesses similaires des États-Unis, du Canada, du Japon et du Royaume-Uni. L’UE a également introduit des restrictions sur les prix du gaz.

Ces mesures visent à restreindre les flux de revenus de la Russie tout en garantissant que les exportations d’énergie indispensables ne s’arrêtent pas.

Novak, cependant, a déclaré que Moscou interdirait les ventes de pétrole et de produits pétroliers aux pays qui adhèrent au plafonnement des prix et aux entreprises qui exigent son respect. Une telle mesure obligerait ces nations à s’approvisionner en pétrole auprès d’autres pays. Mais si Moscou coupe simultanément la production de pétrolecomme Novak le menaçait, cela réduirait le volume total de brut disponible sur le marché, faisant grimper les prix du pétrole non russe, faisant souffrir les consommateurs du monde entier – et donnant potentiellement au Kremlin un effet de levier contre l’Occident.

« Nous pensons que dans la situation actuelle, il est même possible de prendre des risques de baisse de production plutôt que de se laisser guider par la politique de vente en matière de plafonnement des prix. Aujourd’hui, c’est 60 dollars, demain cela peut être n’importe quoi, et dépendre de certaines décisions prises par des pays hostiles est inacceptable pour nous », a déclaré Novak.

Les prix augmentent face aux menaces russes

Les commentaires de Novak vendredi ont conduit à ce qui pourrait être un aperçu des choses à venir.

Les réductions menacées ont déclenché une hausse des prix mondiaux du pétrole de plus de 1 dollar, alimentée par les attentes d’une baisse de l’offre de brut. Le brut Brent était en hausse de 73 cents, soit 0,9%, à 81,71 dollars le baril à 07h15 GMT, tandis que le brut américain West Texas Intermediate (WTI) était à 78,40 dollars le baril, en hausse de 91 cents, soit 1,2% de plus.

Ils ont atteint des sommets de 82,17 $ et 78,77 $, respectivement, plus tôt dans la session. Les deux contrats étaient sur la bonne voie pour afficher un deuxième gain hebdomadaire, avec le Brent en hausse de 3,3% et le WTI en hausse de 5,5%.

“Les prix du brut sont plus élevés alors que les négociants en énergie se concentrent sur la réponse de Moscou au plafonnement des prix du pétrole russe”, a déclaré à l’agence de presse Reuters Edward Moya, analyste de marché senior chez OANDA, une société de change basée à New York.

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré jeudi qu’il publierait un décret au début de la semaine prochaine détaillant les actions de Moscou en réponse au prix plafond.

Novak a déclaré que la part de la Russie sur le marché mondial des exportations de pétrole était actuellement de 22% et que sa part sur le marché mondial des exportations de gaz était de 20%, soulignant la dépendance mondiale vis-à-vis de l’énergie russe.

Il a ajouté que malgré les efforts de l’Europe pour réduire sa dépendance au pétrole et au gaz russes, les exportations d’énergie de la Russie sont demandées dans le monde entier et Moscou a diversifié ses acheteurs.

Novak a également salué le travail du groupe OPEP + des principaux producteurs mondiaux de pétrole, qui comprend la Russie, affirmant que le prix du pétrole devrait rester dans la fourchette actuelle de 70 à 100 dollars le baril l’année prochaine, sauf apparition d’événements imprévus.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *