Ancien dirigeant, aujourd’hui en Afrique du Sud, accusé de possession d’armes à feu illégales.

Ian Khama, l’ancien président du Botswana, contestera un mandat d’arrêt émis par un tribunal pour possession d’armes à feu illégales, a annoncé son avocat.

Khama, qui a dirigé le Botswana de 2008 à 2018, a quitté le pays l’an dernier pour l’Afrique du Sud voisine après s’être brouillé avec son successeur, le président Mokgweetsi Masisi.

Le mandat d’arrêt, émis vendredi par le magistrat régional de Gaborone, fait suite à l’échec de Khama à comparaître au procès plus tôt cette année. L’homme de 69 ans fait face à 14 accusations remontant à 2016, parmi lesquelles des allégations de blanchiment d’argent et de recel, mais le mandat ne concerne que la possession de cinq armes à feu illégales.

Mareledi Dipate, le magistrat qui a émis le mandat d’arrêt, a déclaré que Khama devrait être appréhendé à vue et conduit au tribunal de première instance de Broadhurst.

Victor Ramalepa, un avocat de l’ancien dirigeant, a déclaré au journal local Mmegi qu’ils contesteraient la décision, sans donner plus de détails.

Khama est inculpé avec l’ancien chef des services de renseignement et de police, Isaac Kgosi, le commissaire de police suspendu Keabetswe Makgophe, et Victor Paledi, ancien secrétaire permanent adjoint au ministère de la Jeunesse, du Genre, des Sports et de la Culture.

Khama a nié avec véhémence les accusations, affirmant qu’elles faisaient partie d’un complot politique en raison de son opposition à Masisi.

« Il n’y a pas eu de crime. Je n’ai rien fait de mal », a déclaré Khama à la chaîne de télévision publique sud-africaine SABC vendredi.

L’ancien dirigeant a déclaré que le mandat avait été délivré parce qu’il “avait quitté le parti au pouvoir et fait campagne contre lui”. [Masisi]”.

“J’ai les licences [for the firearms]. Ils ont voulu chercher [his property] et emportez-les. Mais ils sont venus avec le mauvais mandat de perquisition », a déclaré Khama à SABC.

« Malgré le fait qu’ils sont venus avec le mauvais mandat de perquisition… J’ai dit que je n’avais rien à cacher, demain rencontrons-nous et je montrerai les armes et les permis. Ils ne sont pas venus », a-t-il ajouté.

Khama, le fils du premier président du Botswana, Seretse Khama, était le quatrième président du Botswana.

Après avoir été commandant des Forces de défense du Botswana, Khama s’est aventuré dans la politique et a été vice-président de 1998 à 2008, avant de succéder à Festus Mogae à la présidence en 2008.

Khama a été réélu lors des élections de 2009. Il a été réélu en octobre 2014, quittant ses fonctions quatre ans plus tard après avoir terminé deux mandats de cinq ans.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *