Le Premier ministre, qui a refusé de céder, a déclaré que l’armée avait été déployée pour assurer la sécurité.

L’armée fidjienne a été appelée pour aider la police à maintenir la loi et l’ordre après les élections contestées de la semaine dernière qui ont abouti à un parlement suspendu.

Le Premier ministre de longue date de la nation du Pacifique, Frank Bainimarama, a confirmé cette décision jeudi, citant des informations non fondées sur la violence ethnique post-vote comme raison du déploiement militaire.

Bainimarama a refusé de céder, bien que le parti Alliance politique de son rival Sitiveni Rabuka et deux autres partis aient annoncé qu’ils avaient les effectifs nécessaires pour former une coalition et le prochain gouvernement.

Franck Bainimarama
Le Premier ministre Frank Bainimarama reçoit son bulletin de vote lors des élections générales dans la capitale, Suva, le 14 décembre 2022 [Saeed Khan/AFP]

“Tant qu’il est de notre responsabilité de servir au gouvernement, nous remplirons notre devoir envers la sécurité de chaque Fidjien”, a déclaré Bainimarama dans ses premiers commentaires publics depuis les élections du 14 décembre.

“Les informations faisant état de harcèlement subi par nos citoyens et de violences visant les maisons et les entreprises indo-fidjiennes à la suite des élections sont profondément troublantes”, a-t-il déclaré dans un communiqué sur Facebook.

La décision de faire appel au personnel de l’armée et de la marine a été prise après que la police et les chefs militaires ont rencontré Bainimarama, a déclaré le commissaire de police Sitiveni Qiliho.

Des menaces ont été proférées contre des groupes minoritaires qui “vivaient maintenant dans la peur suite aux récents développements politiques”, a ajouté Qiliho.

Ces affirmations ont été démenties par Mahendra Chaudhry, le premier Premier ministre indo-fidjien du pays, qui a été renversé lors d’un coup d’État en 2000.

“Je ne vois aucune preuve d’agitation ici, les gens sont calmes et ils attendent que le président convoque le parlement pour qu’un premier ministre soit élu”, a-t-il déclaré.

La nation du Pacifique a connu quatre coups d’État militaires au cours des 35 dernières années.

Bainimarama est au pouvoir depuis 16 ans après avoir orchestré un coup d’État militaire et s’être refaçonné plus tard en tant que leader démocrate, introduisant une nouvelle constitution et remportant les élections en 2014 et 2018.

Le chef de l’opposition, Rabuka, a dirigé le premier coup d’État militaire des Fidji en 1987 et a ensuite servi sept ans en tant que Premier ministre élu dans les années 1990, avant d’être démis des urnes en 1999.

Rabuka
Le chef du Parti de l’Alliance populaire, Sitiveni Rabuka, signe un document d’accord pour former un nouveau gouvernement avec des partenaires de la coalition à Suva le 20 décembre 2022 [Saeed Khan/AFP]

Aiyaz Sayed-Khaiyum, secrétaire général du parti Fidji First et procureur général sous l’administration de Bainimarama, a déclaré mercredi que Bainimarama resterait Premier ministre jusqu’à ce que les politiciens reviennent au parlement dans les deux semaines pour voter sur le prochain chef.

Sayed-Khaiyum a mis en doute la validité du vote interne, qui avait conduit l’un des partis à rejoindre la coalition de Rabuka. Il a également accusé Rabuka de semer la division aux Fidji.

“Toute la raison d’être de cet homme a été de diviser les Fidji pour obtenir la suprématie politique”, a déclaré Sayed-Khaiyum. « Et nous pouvons voir cela mijoter à nouveau. En fait, ça ne mijote pas; ça bouille.”

Un jour plus tôt, Rabuka et deux autres chefs de parti avaient annoncé qu’ils formaient une coalition avec un total de 29 sièges contre les 26 de Fiji First et qu’ils formeraient le prochain gouvernement.

Bainimarama et Rabuka étaient initialement dans l’impasse après les élections. Le Parti de l’Alliance populaire de Rabuka a remporté 21 sièges, le Parti de la Fédération nationale affilié a remporté cinq sièges et le Premier parti des Fidji de Bainimarama a obtenu 26 sièges.

Cela a laissé le Parti libéral social-démocrate, qui a remporté trois sièges, détenir la balance du pouvoir. Le parti a décidé mardi lors d’un vote interne serré de 16 à 14 d’aller avec Rabuka – un vote que Fiji First remet désormais en question.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *