L’arrêt des vols et des communications pendant une grande partie des deux années de conflit a éloigné de nombreux Tigréens de leur famille.

Kahssay Hailu sanglotait, souriait et récitait des prières alors qu’elle se tenait devant l’aéroport d’Addis-Abeba, se préparant à embarquer dans un avion pour la région éthiopienne du Tigré déchirée par la guerre.

Elle s’est rendue à Addis-Abeba en 2020 depuis Mekelle, la capitale du Tigré, pour aider sa fille à se préparer à un examen scolaire. Quelques semaines après son arrivée en novembre de la même année, un conflit a éclaté entre le gouvernement fédéral et le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), le parti qui domine la région du nord.

Un arrêt des communications pendant une grande partie de le conflit de deux ans signifie que Kahssay, comme des millions d’autres Tigréens, n’a pas parlé à sa famille depuis plus de 18 mois. Dès qu’elle atterrira à Mekelle, elle a dit qu’elle se dirigerait directement vers sa maison familiale, en espérant que tout le monde soit toujours là et en sécurité.

Le gouvernement fédéral et le TPLF ont signé un accord de paix le mois dernier, qui comprend la restauration des services vers le Tigré, et la reprise des vols mercredi est la dernière en date de ce processus.

“Quand j’ai appris la nouvelle [of the flights], je suis tombé par terre et j’ai pleuré », a déclaré Kahssay, 47 ans. Elle rentre chez elle avec son frère, sa sœur et sa fille de 15 ans.

“Je suis venue ici pour l’examen de ma fille et je me suis retrouvée coincée ici”, a-t-elle déclaré, debout à côté de ses bagages débordant de céréales et d’huile de cuisson.

Le conflit a créé des conditions proches de la famine pour une grande partie de la population du Tigré, déplacé des millions de personnes dans le nord de l’Éthiopie et tué des milliers de personnes.

“J’ai vécu ici, séparée de mon mari et de mon enfant que j’aime”, a déclaré Kahssay. « Je prie pour que la paix soit maintenue. Quand il y a la paix, il y a tout.

Mercredi, Ethio Telecom a également reconnecté Mekelle et 27 autres zones urbaines aux services Internet et téléphoniques, a rapporté la chaîne de télévision publique ETV, citant le PDG de la société.

Mercredi, d’autres voyageurs sur le vol Ethiopian Airlines ont couru vers le terminal des départs, désespérés de monter à bord. Le vol s’est vendu quelques heures après son annonce, ont indiqué les agents de voyages.

Une autre voyageuse, Nigsti Hailemariam, 65 ans, avait prévu d’être à Addis-Abeba pendant deux semaines pour aider sa fille à accoucher. Elle y est restée près de deux ans.

“Je suis très heureuse que la paix revienne et ravie de pouvoir enfin rentrer chez moi”, a-t-elle déclaré. “Que Dieu garde la paix.”



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *