Israël dit avoir expulsé l’avocat franco-palestinien des droits de l’homme Salah Hammouri, clôturant une tentative de plusieurs années d’expulser l’avocat né à Jérusalem qui était en détention sans inculpation depuis mars.

La déportation est intervenue au milieu appels pour le président français Emmanuel Macron de s’opposer à l’expulsion vers la France, dont la porte-parole du ministère des Affaires étrangères avait précédemment déclaré que Hammouri “doit pouvoir exercer tous ses droits et mener une vie normale à Jérusalem, sa ville de naissance et de résidence”.

Dimanche, la campagne Justice pour Salah a publié un message audio d’Hammouri, qui, selon lui, a été enregistré alors qu’il était “expulsé de force et déraciné de ma patrie”.

“Soyez assuré, ma patrie bien-aimée, que je vous quitte de manière coercitive et forcée aujourd’hui. Je vous laisse aujourd’hui de la prison à l’exil », a-t-il déclaré. «Mais rassurez-vous, je resterai toujours la personne que vous connaissez. Toujours fidèle à toi et à ta liberté.

Dans une brève déclaration dimanche, le ministre israélien de l’Intérieur, Ayelet Shaked, a qualifié Hammouri de “terroriste” et confirmé qu’il avait été expulsé. Le statut de résidence d’Hammouri à Jérusalem était auparavant révoqué par Israël en 2021.

Les autorités israéliennes ont déclaré que Hammouri était un militant du Front populaire de libération de la Palestine. Hammouri a nié l’allégation.

Chercheur sur le terrain pour le groupe de défense des droits des prisonniers Addameer basé à Ramallah, la détention de Hammouri en mars a suscité la condamnation des observateurs locaux et internationaux des droits de l’homme.

Début décembre, Heba Morayef, directrice régionale d’Amnesty International pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, a accusé Hammouri d’avoir été détenu « en représailles à sa campagne inlassable pour la fin de l’apartheid israélien contre les Palestiniens ».

Elle a qualifié la détention de partie de “l’objectif politique effrayant à long terme d’Israël de réduire le nombre de Palestiniens à Jérusalem-Est”.

“L’expulsion illégale des territoires palestiniens occupés constitue une grave violation de la quatrième Convention de Genève et un crime de guerre”, a-t-elle déclaré, notant que de tels crimes tomberaient sous la juridiction de la Cour pénale internationale (CPI). “La déportation effectuée pour maintenir un système d’apartheid constitue un crime contre l’humanité.”

Hammouri, 37 ans, père de deux enfants, avait été détenu en Israël détention administrativequi permet l’emprisonnement de Palestiniens sans procès ni inculpation sur la base de “preuves secrètes”, que ni le détenu ni son avocat ne peuvent voir, pour une durée indéterminée.

Israël maintient depuis longtemps que la politique est nécessaire pour la sécurité afin d’empêcher la divulgation des renseignements de l’État, mais l’organisation israélienne des droits de l’homme B’tselem affirme que la méthode est utilisée « comme une alternative au procès pénal… quand [the authorities] n’ont pas de preuves suffisantes pour l’inculper ». L’organisation qualifie la procédure de “punitive et rétroactive” et affirme qu’Israël l’utilise pour “détenir des Palestiniens pour leurs opinions politiques et pour s’être engagés dans des activités politiques non violentes”.

L’ordre de détention a été renouvelé en juin et septembre, l’expulsion annoncée dimanche venant à la fin de la dernière prolongation.

Dans un tweet samedi soir, le groupe de défense des droits HaMoked, qui luttait contre l’expulsion d’Hammouri, s’est demandé si la France soutiendrait « l’expulsion d’un membre de la population indigène contre son gré ».

La France n’a pas publié de déclaration publique sur l’expulsion.

Dans une lettre publiée par le New Arab la semaine dernière, Hammouri, qui fait partie d’un groupe de défenseurs des droits poursuivre Israël après que leurs téléphones auraient été piratés par le logiciel espion Pegasus créé par la société de surveillance israélienne NSO Group, a détaillé sa détention, qu’il a qualifiée de « huitième tentative d’Israël pour m’expulser ».

Il avait auparavant purgé une peine de sept ans de prison pour complot visant à tuer un ancien grand rabbin d’Israël, un accord qu’il a accepté au lieu d’être expulsé vers la France, bien qu’il ait toujours nié l’allégation.

Sa femme, Elsa Lefort, avait également été expulsée plus tôt.

“Ce sont les moyens d’une expulsion forcée, d’un déracinement progressif de ma terre, de ma maison, de mon milieu social, de mon histoire en ce lieu”, écrit-il.

“Mais ce ne sont pas seulement mes souvenirs, mais ceux d’un peuple dont la Nakba (“Catastrophe”) n’a pas cessé depuis 1948, subissant quotidiennement des arrestations, des expulsions, des surveillances, des contrôles, des harcèlements, des meurtres et des déplacements”, a-t-il déclaré.

Dimanche, la campagne Justice pour Salah a qualifié la déportation d'”escalade horrifiante des pratiques systématiques d’Israël de nettoyage ethnique des Palestiniens de Jérusalem illégalement annexée et occupée (al-Qods)”.

Les Palestiniens nés à Jérusalem-Est occupée ne se voient pas accorder la citoyenneté israélienne. Ils reçoivent à la place la résidence permanente, qui peut être révoquée.





Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *