La déclaration intervient après que le gouvernement militaire a ordonné à Barbara Manzi, haut responsable des Nations Unies, de quitter immédiatement le Burkina Faso.

Les Nations Unies ont déclaré que le Burkina Faso n’avait aucune raison d’ordonner à la haute responsable de l’ONU Barbara Manzi de quitter le pays et que la doctrine de la “persona non grata” ne pouvait pas lui être appliquée.

Le gouvernement militaire du Burkina Faso a publié vendredi un communiqué instruire Manzi, un ressortissant italien qui a été nommé coordinateur résident de l’ONU l’année dernière, de quitter le pays avec effet immédiat.

La ministre des Affaires étrangères Olivia Rouamba a par la suite accusé Manzi de brosser un tableau négatif de la situation sécuritaire au Burkina Faso, qui est aux prises avec une crise sécuritaire et une escalade de la violence depuis 2015.

Manzi “prédit le chaos au Burkina Faso dans les prochains mois”, a déclaré Rouamba à la télévision nationale, alléguant qu’elle avait unilatéralement recommandé l’évacuation de certains membres du personnel de l’ONU et de leurs familles de la capitale, Ouagadougou.

“Elle a discrédité le pays et découragé les investisseurs potentiels”, a déclaré Rouamba, notant les “grands efforts” du gouvernement pour améliorer la sécurité.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, “a appris avec regret” la décision du Burkina Faso et a exprimé “une pleine confiance… dans l’engagement et le professionnalisme de Mme Manzi”, a déclaré samedi son porte-parole Stéphane Dujarric dans un communiqué.

“La doctrine de la persona non grata ne s’applique pas aux fonctionnaires des Nations Unies”, a-t-il ajouté.

“Seul le Secrétaire général … a le pouvoir de décider, après une enquête approfondie, du retrait de tout fonctionnaire des Nations Unies.”

Il n’a pas été possible de vérifier immédiatement si Manzi était toujours au Burkina Faso samedi. Elle avait précédemment déclaré à un journaliste de l’agence de presse Reuters qu’elle voyagerait pour les vacances de fin d’année le 24 décembre.

L’ONU fournit certains services essentiels au Burkina Faso, notamment la fourniture de nourriture à des milliers d’enfants souffrant de malnutrition, car l’insécurité a paralysé les économies locales, provoqué une famine généralisée et restreint l’accès des organisations humanitaires.

Le pays, l’un des plus pauvres du monde, est lutter contre les groupes armés liés à al-Qaïda et à l’EIIL (ISIS) qui ont tué des milliers de civils.

Près de deux millions de personnes ont été déplacées des foyers rebelles du nord et de l’est et vivent dans des camps de fortune, dont beaucoup sont gérés par l’ONU.

Les frustrations suscitées par l’insécurité croissante ont provoqué deux coups d’État militaires cette année. Les gouvernements militaires précédents et actuels ont fait des efforts pour renforcer la sécurité dans le but d’endiguer la violence, mais les attaques se sont poursuivies.

Dans le communiqué, Dujarric a déclaré que le secrétaire général “réitère l’engagement des Nations Unies à continuer de s’engager avec les autorités de transition au Burkina Faso pour soutenir le pays et son peuple”.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *