La Editors Guild of India (EGI), le premier organisme indien de protection de la liberté de la presse, a exhorté le gouvernement à rejeter une proposition visant à lutter contre les fausses nouvelles sur les réseaux sociaux, affirmant que cela s’apparenterait à de la censure.

“La détermination des fausses nouvelles ne peut pas être entre les seules mains du gouvernement et entraînera la censure de la presse”, a déclaré le groupe de l’éditeur dans un communiqué. déclaration mercredi.

L’amendement proposé par le ministère de l’électronique et de l’informatique aux règles sur les technologies de l’information, 2021, empêcherait les plateformes de médias sociaux d’héberger toute information que les autorités identifient comme fausse dans les dernières mesures du gouvernement du Premier ministre Narendra Modi.

Le projet d’amendement publié mardi stipulait que les informations jugées “fausses ou fausses” par le Bureau d’information de la presse ou par toute autre agence autorisée à vérifier les faits par le gouvernement seraient interdites.

Si des informations sont considérées comme telles, les plateformes de médias sociaux ou d’autres “intermédiaires en ligne” devront “faire des efforts raisonnables” pour s’assurer que les utilisateurs “n’hébergent pas, n’affichent pas, ne téléchargent pas, ne modifient pas, ne publient pas, ne transmettent pas, ne stockent pas, ne mettent pas à jour ou ne partagent pas” ces informations. , a-t-il ajouté.

Le gouvernement tiendra une consultation avec les parties prenantes pour discuter de l’amendement le 24 janvier, et a également invité “les commentaires des parties prenantes et du grand public” jusqu’au 25 janvier.

“Agression subreptice contre la liberté d’expression”

L’EGI, qui représente les journaux du pays, dans un communiqué publié mercredi, a exhorté le gouvernement à abandonner la proposition et à entamer des “consultations significatives” avec les parties prenantes sur le cadre réglementaire des médias numériques.

“Cela étouffera les critiques légitimes du gouvernement et aura un impact négatif sur la capacité de la presse à demander des comptes aux gouvernements, ce qui est un rôle vital qu’elle joue dans une démocratie”, a-t-il ajouté.

Le parti d’opposition du Congrès a condamné l’amendement proposé et l’a qualifié d ‘”assaut subreptice contre la liberté d’expression et de censure vile”.

« Le Congrès national indien condamne fermement cette attaque subreptice contre la liberté d’expression et la censure vile. Nous exigeons que le nouvel amendement du projet de règles informatiques soit immédiatement retiré et que ces règles soient discutées jusqu’à la corde lors de la prochaine session du Parlement », a déclaré le chef du département des médias du Congrès, Pawan Khera, lors d’une conférence de presse de l’AICC, citée par l’Indian Express.

Cibler les journalistes

Au fil des ans, la liberté des médias en Inde a suscité de plus en plus d’inquiétudes, en particulier avec le ciblage croissant des journalistes et des critiques en ligne.

Des groupes de défense des droits et des militants ont fait part de leurs inquiétudes concernant la diminution de la liberté de la presse et l’intimidation croissante des journalistes par le gouvernement.

L’organisme de surveillance des médias basé à Paris, Reporters sans frontières, a classé l’Inde au 150e rang sur 180 pays dans son Indice mondial annuel de la liberté de la presse 2022 – le classement le plus bas jamais enregistré par l’Inde.

Le journaliste Siddique Kappan était sorti en septembre après passer plus de 700 jours en prison pour avoir tenté de rendre visite à la famille d’un adolescent dalit victime d’un viol collectif dans une petite ville de l’État de l’Uttar Pradesh, dans le cadre d’un voyage de reportage.

Kappan, 42 ans, a été arrêté le 5 octobre 2020 et inculpé en vertu d’une loi stricte sur le « terrorisme » alors qu’il se rendait à Hathras, où les autorités auraient brûlé le corps de la jeune femme après sa mort des blessures subies lors de l’agression.

En février 2022, les experts des droits de l’homme des Nations Unies ont déclaré que la journaliste d’investigation Rana Ayyub avait été victime de “harcèlement judiciaire» et a exhorté les autorités indiennes à enquêter « rapidement » sur les attaques « misogynes et sectaires incessantes » contre elle sur les réseaux sociaux.

Un mois plus tard, elle était interdiction d’embarquer sur un vol de l’aéroport de Mumbai à Londres et elle a fait l’objet d’une enquête pour blanchiment d’argent présumé, accusations qu’elle a démenties. Elle a vivement critiqué le gouvernement nationaliste hindou du Premier ministre Narendra Modi.

Police du Cachemire sous administration indienne journaliste éminent arrêté Fahad Shah en février en vertu de lois « antiterroristes » strictes et de sédition, l’accusant de « glorifier le terrorisme » et de « propager de fausses nouvelles », dans une intensification répression de la liberté de la presse dans la région himalayenne.


Family Island: Top 5 Tips & Tricks – Part 1
Dragon City Updated Technique How to Get DRAGON CITY FREE GEMS 2023 [Android-iOs]
How To Evony Hack Mod Unlimited Gems 2023 (android & ios) Evony Mod APK 2023 | Evony Gems Free
Using Spotify Premium For Free
free walmart gift card number and pin 2022
Cara Membaca Novel Gratis setiap hari di Webfic,Good Novel
Webtoon Free Coins 2023 – How to Get Free Webtoon Coins (Android/iOS)
How to Get Free Gems In Clash of clans Easily 100 % Work with proof (Android/iOS) 2023
get free gift cards amazon
how to send free coins in 8 ball pool
fire kirin free play add money 20$ Mod Android & iOS new
How To Get Bigo Live Diamonds Free without stream
How To Get Bingo Blitz Free Credits Android iOS
NEW NBA 2K23 VC GLITCH CURRENT GEN! 500K FOR FREE! NBA 2K23 VC GLITCH VC GLITCH 2K23 NBA 2K23 GLITCH
BABY PANDA S EMERGENCY TIPS MOD HACK

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *