La violence de plusieurs groupes armés au Burkina Faso a déplacé plus de deux millions de personnes.

Le gouvernement militaire du Burkina Faso, dans un communiqué publié vendredi, a ordonné à Barbara Manzi, haut responsable des Nations Unies, de quitter le pays immédiatement, sans donner de raison.

Contacté, un porte-parole du gouvernement n’a pas immédiatement expliqué pourquoi il avait qualifié Manzi, la coordonnatrice résidente de l’ONU au Burkina Faso, de “persona non grata” et a exigé qu’elle parte vendredi.

Un porte-parole du siège de l’ONU n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Le Burkina Faso, l’un des pays les plus pauvres du monde, est en proie à un conflit dans lequel des groupes armés liés à al-Qaïda et au groupe ISIL (ISIS) ont tué des milliers de civils et créé l’une des crises humanitaires les plus dynamiques du continent. .

Près de deux millions de personnes ont été déplacées et résident dans des camps de fortune, dont beaucoup sont gérés par l’ONU, qui parsèment la campagne aride.

La violence, qui sévit depuis environ sept ans, s’est concentrée dans le nord et l’est, paralysant les économies locales, provoquant une faim massive et restreignant l’accès aux organisations humanitaires.

L’ONU a fourni certains services essentiels, notamment la fourniture de nourriture à des milliers d’enfants souffrant de malnutrition.

Manzi, qui a de l’expérience dans les activités humanitaires dans les pays en développement, a été nommé à ce poste au Burkina Faso l’année dernière.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *