Le gouvernement nigérian a dénoncé un rapport de Reuters sur un plan d’avortement clandestin de masse comme un “ensemble d’insultes” contre les Nigérians.

Le gouvernement nigérian a rejeté un rapport de l’agence de presse Reuters publié la semaine dernière au sujet d’un programme secret d’avortements forcés géré par l’armée dans le nord-est du pays, a déclaré le ministre de l’Information Lai Mohammed.

L’enquête de Reuters a rapporté que depuis 2013, un programme militaire secret a impliqué l’interruption d’au moins 10 000 grossesses de femmes et de filles, dont beaucoup avaient été kidnappées et violées par des membres du groupe Boko Haram.

Les sources comprenaient des dizaines de témoignages et de documents examinés par Reuters.

“Le gouvernement fédéral déclare catégoriquement par la présente qu’il n’y a pas de ‘programme d’avortement secret, systématique et illégal’ dirigé par nos militaires dans le nord-est ou n’importe où dans le pays”, a déclaré Mohammed lors d’un discours d’ouverture lors d’un événement public à Abuja lundi.

“Nous rejetons également par la présente l’accusation d’avoir dirigé un programme d’avortement à l’encontre de nos militaires”, a-t-il déclaré.

Les commentaires de Mohammed étaient les premiers d’un responsable du gouvernement nigérian depuis la publication du rapport la semaine dernière.

L’armée a également a nié avoir pratiqué des avortementset a dénoncé le rapport comme “un ensemble d’insultes contre les peuples et la culture nigérians”.

“Le personnel militaire nigérian a été élevé, élevé et formé pour protéger des vies”, a-t-il déclaré.

“[The] L’armée nigériane n’envisagera donc pas un tel mal de mener un programme d’avortement systématique et illégal n’importe où et n’importe quand, et sûrement pas sur notre propre sol.

Le rapport était basé sur les témoignages de 33 femmes et filles, cinq agents de santé et neuf membres du personnel de sécurité impliqués dans le programme présumé, ainsi que sur des documents militaires et des dossiers hospitaliers “décrivant ou comptabilisant des milliers de procédures d’avortement”.

Selon Reuters, la plupart des avortements ont été pratiqués sans le consentement de la femme et certains ont été pratiqués à son insu, par le biais de pilules abortives ou d’injections présentées comme des médicaments pour améliorer la santé ou combattre la maladie.

Vendredi, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a appelé les autorités nigérianes à enquêter sur ces allégations, a déclaré le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric.

Mohammed n’a pas dit s’il y aurait une telle enquête par les autorités.

Le chef de la défense du Nigeria a déclaré que l’armée n’enquêterait pas sur le rapport de Reuters, affirmant que ce n’était pas vrai.

Les États-Unis “troublés” par le meurtre d’enfants

Par ailleurs, le Département d’État américain se dit “profondément troublé” par un rapport de Reuters selon lequel l’armée nigériane a tué des enfants dans sa lutte contre des combattants armés.

Les chefs militaires nigérians ont déclaré à Reuters que l’armée n’avait jamais pris pour cible des enfants à tuer. Ils ont déclaré que le reportage dans l’article de Reuters est une insulte aux Nigérians et fait partie d’un effort étranger visant à saper la lutte du pays contre les combattants.

“Nous recherchons de plus amples informations, notamment auprès du gouvernement nigérian et des parties prenantes travaillant dans cet espace”, a déclaré un porte-parole du département d’État américain par courrier électronique.

«Nous examinons toujours le rapport et prendrons des décisions sur les prochaines étapes par la suite. Notre ambassade à Abuja recherche des informations supplémentaires, notamment en s’adressant aux autorités nigérianes.

Le rapport de Reuters indique que des meurtres intentionnels d’enfants ont eu lieu dans le nord-est du Nigeria, où l’armée combat des combattants armés depuis 13 ans.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *