Le ministre de l’Intérieur Xhelal Svecla a accusé Belgrade de soutenir les manifestants serbes comme moyen de déstabiliser le Kosovo.

Le ministre de l’Intérieur du Kosovo, Xhelal Svecla, a accusé la Serbie, sous l’influence de la Russie, de tenter de déstabiliser son pays en soutenir la minorité serbe du nord du Kosovo qui a bloqué les routes dans une escalade de semaines de protestations.

Les Serbes de la ville ethniquement divisée de Mitrovica, dans le nord du Kosovo, ont érigé de nouvelles barricades mardi, quelques heures après que la Serbie a déclaré qu’elle avait mis son armée sur le pied de combat le plus élevé après des semaines d’escalade des tensions entre Belgrade et Pristina à la suite des manifestations.

Les nouvelles barrières, constituées de camions lourdement chargés, ont été mises en place du jour au lendemain à Mitrovica et représentent la première fois depuis le début de la récente crise que les Serbes ont bloqué les rues de l’une des principales villes du Kosovo. Jusqu’à présent, des barricades avaient été érigées sur les routes menant à la frontière entre le Kosovo et la Serbie.

Les camions ont été garés pour bloquer la route reliant la partie à majorité serbe de la ville à la partie à majorité albanaise.

“C’est précisément la Serbie, influencée par la Russie, qui a relevé l’état de préparation militaire et qui ordonne l’érection de nouvelles barricades, afin de justifier et de protéger les groupes criminels qui terrorisent”, a déclaré Svecla dans un communiqué mardi.

La Serbie nie vouloir déstabiliser son voisin le Kosovo et affirme ne vouloir protéger que la minorité serbe vivant sur l’actuel territoire kosovar mais non reconnu par Belgrade.

Belgrade a placé son armée et sa police en état d’alerte maximale, affirmant que l’ordre était nécessaire car elle estime que le Kosovo se prépare à attaquer les Serbes et à retirer de force les barricades.

Depuis le 10 décembre, les Serbes du nord du Kosovo ont érigé plusieurs barrages routiers à l’intérieur et autour de Mitrovica et échangé des coups de feu sporadiques avec la police du Kosovo à la suite de l’arrestation d’un ancien policier serbe travaillant dans la force kosovare.

Les manifestants de souche serbe exigent la libération de l’officier arrêté et ont d’autres revendications. Leurs protestations font suite à des troubles antérieurs sur la question de plaques d’immatriculation des voitures. Le Kosovo veut depuis des années les Serbes de souche du nord à remplacer leurs plaques d’immatriculation serbes par celles délivrées par Pristina dans le cadre de la volonté du gouvernement d’affirmer son autorité sur son territoire. Les Serbes ont refusé de le faire.

Environ 50 000 Serbes vivent dans la partie nord du Kosovo et refusent de reconnaître le gouvernement de Pristina ou le Kosovo en tant qu’État indépendant. Ils considèrent Belgrade comme leur capitale et veulent conserver leurs plaques d’immatriculation serbes.

Des responsables kosovars ont accusé le président serbe Aleksandar Vucic d’utiliser les médias d’État serbes pour semer le trouble et déclencher des incidents qui pourraient servir de prétexte à une intervention armée dans l’ancienne province serbe.

Un universitaire du Centre kosovar d’études de sécurité, Skender Perteshi, a accusé la Serbie et la Russie de tentatives délibérées de perturber la région.

“L’idée de la Serbie et de la Russie ensemble est d’essayer de créer des conflits et des crises partout où l’Occident a un rôle et d’augmenter ce type d’instabilité dans la région pour accroître l’influence de la Russie et de la Serbie dans la région”, a-t-il suggéré.

L’ancienne ministre des Affaires étrangères du Kosovo, Meliza Hardinaj, a également tweeté mercredi que les barricades dans le nord du pays n’étaient pas stimulées par un “manque” de droits de la communauté serbe, mais étaient “un ordre direct” de la Serbie et de la Russie pour déclencher le conflit.

Le gouvernement du Kosovo a déclaré que ses forces de police avaient la capacité de retirer les barricades serbes, mais ils attendaient que la force de maintien de la paix de l’OTAN au Kosovo – la KFOR – réponde à leur demande de maintien de la paix pour retirer les barricades.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a conduit les États de l’Union européenne à consacrer plus d’énergie à l’amélioration des relations avec les six pays des Balkans que sont l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, le Kosovo, le Monténégro, la Macédoine du Nord et la Serbie, malgré la réticence persistante à élargir davantage l’UE.

Le Kosovo à majorité albanaise a déclaré son indépendance de la Serbie en 2008 avec le soutien de l’Occident à la suite d’une guerre de 1998-1999 dans laquelle l’OTAN est intervenue pour protéger les citoyens albanais de souche.

Le Kosovo n’est pas membre de l’ONU et cinq États de l’UE – l’Espagne, la Grèce, la Roumanie, la Slovaquie et Chypre – refusent de reconnaître le statut d’État du Kosovo.

La Russie, alliée historique de la Serbie, bloque également l’adhésion du Kosovo à l’ONU.





Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *