La Haute Cour a déclaré que la Grande-Bretagne violait l’accord en exigeant que les citoyens de l’UE présentent une nouvelle demande pour le droit de vivre et de travailler.

Le programme de règlement post-Brexit du gouvernement britannique pour les citoyens de l’UE est illégal, a déclaré la Haute Cour de Londres.

Une agence financée par le gouvernement pour superviser les droits des citoyens a poursuivi le ministère de l’Intérieur en justice, affirmant que la Grande-Bretagne violait son accord de retrait avec l’Union européenne en exigeant que les citoyens de l’UE présentent une nouvelle demande pour le droit de vivre et de travailler au Royaume-Uni.

Les avocats de l’Autorité de surveillance indépendante (IMA) ont fait valoir lors d’une audience le mois dernier que le programme obligeait illégalement les citoyens de l’UE à faire une deuxième demande après avoir été autorisés à rester au Royaume-Uni ou à perdre leur droit de séjour.

Les citoyens de l’UE et les membres de leur famille qui n’avaient pas établi de droit de séjour permanent avant la fin de 2020 peuvent bénéficier d’une autorisation limitée d’entrée et de séjour au Royaume-Uni pendant cinq ans. C’est ce qu’on appelle le « statut préétabli ».

Robert Palmer, représentant l’IMA, a déclaré que ceux qui n’auraient pas fait une autre demande dans les cinq ans suivant l’obtention du statut de pré-établissement “perdraient automatiquement leur droit de résidence au Royaume-Uni”.

Il a fait valoir que cet aspect du programme de règlement de l’UE et un programme similaire pour les citoyens des pays de l’Espace économique européen et de l’Association européenne de libre-échange étaient « carrément incompatibles avec l’accord de retrait ».

“Mauvais en droit”

Le juge Peter Lane a jugé mercredi que l’interprétation de l’accord de retrait par le gouvernement britannique était “erronée en droit” et que le plan de règlement était illégal.

Il a autorisé le ministère de l’Intérieur à faire appel de sa décision.

La directrice générale de l’IMA, Kathryn Chamberlain, a déclaré dans un communiqué: “Je suis ravie que le juge ait reconnu l’impact significatif que cette question aurait pu avoir sur la vie et les moyens de subsistance des citoyens ayant un statut préétabli au Royaume-Uni.”

Le ministre de l’Intérieur, Simon Murray, a exprimé sa déception face à la décision et a déclaré que son ministère ferait appel.

“Le programme de règlement de l’UE va au-delà de nos obligations en vertu de l’accord de retrait, protégeant les droits des citoyens de l’UE et leur donnant une voie vers le règlement au Royaume-Uni”, a-t-il fait valoir dans un communiqué.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *