L’ancien président kenyan et le dirigeant rwandais s’accordent sur la nécessité pour les rebelles du M23 de cesser le feu et de se retirer de l’est de la RDC.

L’ancien président kenyan Uhuru Kenyatta et le dirigeant rwandais Paul Kagame se sont mis d’accord sur la nécessité pour les rebelles du M23 de cesser le feu et de se retirer des territoires capturés dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), selon le bloc de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC).

Kenyatta et Kagame ont tous deux convenu par téléphone “de la nécessité d’un cessez-le-feu immédiat”, a déclaré l’EAC dans un communiqué vendredi. Un deuxième tour de pourparlers aura lieu la semaine prochaine à Luanda, la capitale angolaise, a-t-il ajouté.

“Les gens attendront de voir si effectivement le M23 et les forces gouvernementales congolaises cesseront de se battre”, a déclaré Malcolm Webb d’Al Jazeera, en reportage depuis Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu, dans l’est de la RDC.

Il a ajouté que le ministère kenyan des affaires étrangères avait également confirmé l’appel téléphonique entre le président rwandais et Kenyatta, qui a servi de médiateur pour les pourparlers de paix entre la RDC et les groupes rebelles.

«Ils se sont battus même au cours des 12 dernières heures environ. Des coups de feu et des bombes continuent d’exploser et s’ils se retireront effectivement de ces territoires avant les pourparlers qui doivent commencer lundi matin », a déclaré Webb.

Les combattants du M23 ont fait des progrès considérables ces dernières semaines, avançant vers Goma alors que les combats avec les forces gouvernementales s’intensifient.

Formés en 2012, les rebelles du M23 se sont emparés de vastes étendues de territoire la même année et ont brièvement envahi Goma avant d’être chassés par les forces congolaises et des Nations Unies en Ouganda et au Rwanda l’année suivante.

Le M23 a signé un accord de paix en 2013, après quoi nombre de ses combattants ont été intégrés dans l’armée de la RDC.

Le groupe armé a recommencé à se battre fin 2021 après avoir dormi pendant des années.

Des femmes portant des vêtements colorés, l'une portant un bidon d'essence jaune et d'autres des sacs de nourriture sur la tête, fuient les combats entre les rebelles du M23 et les forces congolaises.  Il y a aussi des chèvres et des enfants dans la file des gens.
Les récents combats entre le M23 et les forces de la RDC ont tué des centaines de personnes et déplacé près de 200 000 habitants [Moses Sawasawa/AP Photo]

Ils ont organisé trois grandes offensives depuis mars – la dernière, à partir de fin octobre, a tué des centaines de personnes et déplacé près de 200 000.

Les troubles ont enflammé les tensions diplomatiques entre la RDC et le Rwanda, que Kinshasa accuse de soutenir les rebelles. Le Rwanda nie l’accusation. Le mois dernier, la RDC a expulsé un ambassadeur rwandais sur cette question.

Des efforts régionaux sont en cours pour apaiser les relations entre les deux pays et mettre fin au conflit qui se déroule le long de leur frontière.

Kenyatta s’est rendu en RDC plus tôt cette semaine en tant que facilitateur des pourparlers dirigés par l’EAC. Il a eu des réunions à Kinshasa et rendu visite à des déplacés à Goma, dont le M23 s’est rapproché cette semaine.

Le président angolais Joao Lourenco a organisé une première rencontre entre des responsables congolais et rwandais au début du mois.

“C’est encourageant de voir Paul Kagame reconnaître qu’il peut influencer le M23”, a déclaré à Reuters le porte-parole adjoint du président congolais Félix Tshisekedi.

“Nous verrons ce qui se passe sur le terrain”, a-t-elle ajouté.

Le porte-parole du gouvernement rwandais n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *