L’attaque du train de Kaduna a été l’un des nombreux incidents majeurs de cette année, soulignant le défi auquel sont confrontées les forces de sécurité débordées du Nigeria.

Un service de train reliant la capitale nigériane Abuja à la ville septentrionale de Kaduna a repris ses activités huit mois après avoir été suspendu à la suite de l’un des incidents d’enlèvement les plus médiatisés du pays.

Le 28 mars, des hommes armés avec des explosifs fait sauter les pistes et a agressé le train circulant entre Abuja et Kaduna. Ils ont ouvert le feu, tuant huit personnes, en blessant 26 et emportant plus de 100 passagers en otage.

Les otages ont été libérés par lots à la suite de négociations avec leurs ravisseurs, qui auraient perçu d’énormes rançons auprès de leurs familles.

Des journalistes de l’agence de presse AFP et du journal local Punch qui se trouvaient à la gare d’Abuja lundi ont déclaré que le train avait quitté la capitale nationale vers 10h00 (09h00 GMT) pour un trajet de deux heures vers Kaduna.

Les passagers étaient peu nombreux – n’occupant qu’un tiers de la capacité du train – mais ravis que le service soit de retour après huit mois.

“J’attendais juste le redémarrage de ce service de train, alors j’étais si heureux d’être ici aujourd’hui”, a déclaré à l’AFP Ganiyat Adesina, un professeur d’université de 50 ans.

Elle était arrivée tôt à la gare pour éviter les embouteillages sur la route.

“Tout comme 30 minutes après mon arrivée, nous avons vu une équipe de militaires avec deux chars blindés et d’autres véhicules – environ cinq d’entre eux défiler dans tous ces endroits”, a-t-elle ajouté.

“C’est ce que j’attends en fait du gouvernement fédéral.”

Elle a déclaré que déménager entre Abuja et Kaduna avait été “très stressant pour les gens et pour moi-même, je dois même arrêter d’aller à Kaduna au cours des huit derniers mois”.

La police a déclaré avoir déployé du personnel et du matériel pour protéger les passagers et sécuriser les voies.

La Nigerian Railway Corporation – les opérateurs du train – avait prévu de redémarrer le service Abuja-Kaduna bien plus tôt, mais les familles des otages ont insisté pour leur libération en premier.

Ils étaient également préoccupés par la sécurité des passagers sur la route.

L’autoroute d’Abuja a été attaquée à plusieurs reprises par des hommes armés qui kidnappent des passagers, forçant les voyageurs à opter pour le train.

Le président Muhammadu Buhari, qui démissionne après les élections de février, considère le développement du chemin de fer comme la clé de ses programmes d’infrastructure.

L’attaque du train de Kaduna a été l’un des nombreux incidents majeurs de cette année, soulignant le défi auquel sont confrontées les forces de sécurité débordées du Nigeria.

L’armée est aux prises avec un conflit perpétué par Boko Haram et ses ramifications dans le nord-est, bandits armés dans le nord-ouest et les tensions séparatistes dans le sud-est du pays.

L’enjeu sécuritaire est un enjeu majeur pour le successeur de Buhari avant le scrutin présidentiel.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *