Début octobre, la performance défiant les sondages de Jair Bolsonaro lors du premier tour de l’élection présidentielle brésilienne a revitalisé sa campagne de bégaiement.

En fin de compte, cependant, c’est Luis Inácio Lula da Silva (ou Lula) qui a triomphé lors du second tour. Le décompte était serré, Lula remportant la victoire avec seulement 1,8 point de pourcentage.

Les tensions sont vives depuis lors et le resteront jusqu’au 1er janvier, date à laquelle Lula sera inauguré.

Dans une élection très clivante et violente, la promesse de Lula de protéger la démocratie et de réduire la pauvreté a galvanisé les électeurs de gauche. Il a également réussi à attirer les modérés en choisissant un colistier centriste, Geraldo Alckmin.

Pendant ce temps, la mauvaise gestion par Bolsonaro de la pandémie de COVID-19 et les attaques infondées contre la légitimité du système électoral brésilien ont aliéné de larges pans de la population du pays.

Épiqué par le résultat, le Parti libéral (PL) de Bolsonaro a récemment demandé au tribunal électoral brésilien de rejeter les bulletins de vote de 280 000 machines à voter. La demande a été rejetée en raison de preuves non substantielles et l’attention s’est maintenant tournée vers les nombreuses tâches qui attendent le nouveau président.

“Je pense que l’économie brésilienne sera confrontée à un défi majeur en 2023”, s’inquiète Ernesto Bicaleto, un infirmier travaillant dans le quartier de Brooklin Novo à São Paulo.

Par rapport aux deux premiers mandats de Lula, de 2003 à 2010, les perspectives économiques actuelles sont sombres. L’inflation oscille à 6% malgré la décision de la banque centrale de relever les taux d’intérêt à 13,75% en août, prolongeant un cycle de resserrement de 18 mois.

Les coûts d’emprunt élevés semblent devoir limiter l’investissement et la consommation, tout comme les inquiétudes concernant une récession mondiale imminente ont commencé à saper les marchés des matières premières. Le prix des principales exportations du Brésil (soja, pétrole et minerai de fer) devrait tous baisser légèrement l’année prochaine.

En revanche, la présidence précédente de Lula a coïncidé avec une longue remontée des prix mondiaux des matières premières. Avec d’autres pays riches en ressources de la région, l’économie du Brésil s’est envolée. Les excédents budgétaires élevés ont facilité les investissements à grande échelle dans les infrastructures. Les programmes sociaux (tels que le programme de transferts monétaires Bolsa Familia) ont également été étendus et le chômage a diminué.

Grâce à une dynamique de croissance favorable, le ratio de la dette brute au produit intérieur brut (PIB) du Brésil est passé de 77 à 62 % pendant le mandat de Lula.

Cependant, après la crise financière mondiale, l’activité économique et la discipline budgétaire se sont affaiblies. Ce fut notamment le cas sous la présidence de Dilma Rousseff – successeur de Lula.

Une assise économique précaire

Vers la fin de sa présidence, la décision de Bolsonaro d’augmenter les dons en espèces et de plafonner les taxes sur l’essence et l’électricité (pour lutter contre la crise du coût de la vie) n’a fait qu’alourdir le fardeau de la dette du Brésil.

Économie du Brésil - Compter le coût
Le nouveau gouvernement devra faire face à des coûts d’emprunt élevés et à un ralentissement économique mondial qui frappe les prix des matières premières, un revenu clé pour le Brésil [File: Vanderlei Almeida/AFP]

Aujourd’hui, le ratio dette/PIB du pays est de près de 90 %. Un endettement élevé entraîne une charge d’intérêts élevée, ce qui limite les dépenses publiques dans des domaines tels que l’éducation et la santé.

Certes, l’inflation s’est ralentie ces derniers mois. Cependant, l’assise économique du Brésil reste précaire. Le président élu devra trouver un équilibre entre la poursuite des réformes de croissance et la réduction des dépenses publiques.

Le Parti des travailleurs (PT) de Lula a déjà fait allusion au maintien de l’augmentation récemment approuvée de la protection sociale.

« Mais cela ne durera pas éternellement », prévient Nelson Barbosa, ministre des Finances du Brésil de 2015-16.

“En supposant que la croissance rebondisse vers la fin de l’année prochaine, les mesures de soutien devront être annulées. Cela dit, l’accent sera mis sur la stimulation de la croissance, puis sur la réduction de la dette.

Compte tenu de l’accent mis par Lula sur l’investissement public, les économistes du PT ont soulevé des objections aux règles budgétaires actuelles du Brésil. En particulier, le plafond des dépenses du gouvernement, qui limite les augmentations budgétaires à l’inflation, a suscité de vives critiques.

« Ce protocole fiscal n’est pas adapté à son objectif. Elle devrait être remplacée par une nouvelle règle qui permet aux dépenses de croître en termes réels et qui est basée sur un scénario budgétaire à long terme pour la dette publique », a déclaré Barbosa.

PT a également souligné la nécessité de simplifier le système fiscal labyrinthique du Brésil. Certains analystes s’attendent à ce que Lula conserve certaines parties des propositions politiques de Bolsonaro, telles que l’unification des droits de vente régionaux en une taxe nationale sur la valeur ajoutée. E

Ailleurs, on pense que PT envisage un régime fiscal plus progressif qui élargirait les exonérations pour les personnes à faible revenu.

Loin des finances publiques, PT s’était précédemment engagé à abroger le projet de loi brésilien sur la réforme du travail de 2017, qui affaiblissait le pouvoir de négociation des travailleurs. Ces derniers mois, cependant, le parti a modéré sa position.

Selon Marcos Casarin, économiste en chef pour l’Amérique latine à Oxford Economics, « Lula pourrait essayer d’ajuster la facture en réintroduisant le financement obligatoire pour les syndicats. Il peut aussi essayer d’augmenter le salaire minimum, mais cela lui coûterait politiquement.

Au cours de la campagne électorale, d’autres points de discussion comprenaient une rémunération améliorée pour les travailleurs « à la demande ». Pour la vaste économie informelle du Brésil, estimée à 40 % de la main-d’œuvre employée du pays, le COVID-19 a amplifié les vulnérabilités sociales.

Pour aider ces travailleurs, M. Marcos a souligné qu'”une taxe indexée sur les revenus des entreprises d’applications pourrait être explorée”, mais a souligné que “bien que ces mesures apporteraient un ascenseur fiscal, elles ne sont pas une priorité pour le Congrès”.

Terrain dangereux

Les partisans de l'ancien président brésilien et candidat à la présidentielle Luiz Inacio Lula da Silva
On s’attend à ce que les forces parlementaires pro-Bolsonaro tentent de bloquer l’agenda de Lula [File: Amanda Perobelli/Reuters]

Lors du premier tour des élections du 2 octobre, l’extrême droite a renforcé son emprise sur le Congrès national du pays. Les électeurs ont reconduit tous les membres de la Chambre des députés et un tiers du Sénat.

Dans le premier, le PL de Bolsonaro a remporté 99 sièges, le plus grand bloc de parti unique. Dans ce dernier, le PL et ses alliés de droite ont obtenu 19 des 27 sièges à gagner.

On s’attend désormais à ce que les forces parlementaires pro-Bolsonaro tentent de bloquer l’agenda du PT dans les années à venir.

« Le terrain est très dangereux pour tout dirigeant politique… l’adoption de réformes économiques sera une bataille difficile », a noté Alfredo Saad-Filho, professeur de développement international au King’s College de Londres.

La politique de Lula, à son tour, pourrait être forcée de se déplacer davantage vers le centre.

« Lula est sans doute le politicien le plus talentueux de sa génération et si quelqu’un peut guérir les fissures du pays, c’est bien lui. Mais compte tenu du paysage politique, il devra faire de grosses concessions au cours des quatre prochaines années », a ajouté Saad-Filho.

“Je ne suis pas optimiste quant à une réforme progressiste.”

Les marchés financiers ont jusqu’à présent été optimistes quant au retour de Lula. Le 14 décembre, le nouveau ministre des Finances du Brésil, Fernando Haddad, a calmé la nervosité des marchés en minimisant la perspective de dépenses publiques excessives.

Dans le même temps, Lula a été contraint de construire une large église politique contre Bolsonaro.

Ceci, combiné à une forte opposition parlementaire, se traduira probablement par une approche modérée de la politique économique.

Le résultat est que Lula ne pourra pas suivre les traces d’une poussée de croissance des années 2000. Il fait également face à une pression croissante pour décarboner le modèle de croissance brésilien et pour réaffirmer un plus grand contrôle du gouvernement sur Petrobras, la société énergétique soutenue par l’État.

Bref, il fait face à d’énormes défis.

Mais selon M. Biclaeto, l’infirmier de Sao Paulo, l’héritage le plus durable de Lula ne sera pas économique. Ce sera plutôt « la victoire de la démocratie ».



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *