Les autorités de la République dominicaine ont rassemblé des milliers de migrants haïtiens – et tous ceux qui semblent provenir d’Haïti – et les ont expulsés vers un pays aux prises de la violence et de l’instabilité des gangs meurtriers, disent les défenseurs.

Les expulsions forcées, qui, selon les groupes de défense des droits, se sont intensifiées ce mois-ci, ont suscité des critiques internationales et des appels à la retenue alors que des informations font état d’expulsions d’enfants non accompagnés, de femmes enceintes et d’autres personnes vulnérables.

En République dominicaine, une majorité de la population s’identifie comme métisse, tandis que le voisin du pays, Haïti, a une population majoritairement noire. Cela a alimenté les accusations selon lesquelles la xénophobie et le racisme sont à l’origine des expulsions, dans le cadre d’une tendance plus large de discrimination anti-haïtienne en République dominicaine.

Certains déportés n’ont jamais mis les pieds en Haïti, qui est aux prises avec des taux croissants de faim, une extrême pauvreté et une épidémie de choléra, en plus d’une flambée de violence. Le pays ne dispose pas non plus des institutions étatiques nécessaires pour faire face à un afflux d’arrivées, selon les experts.

William Charpantier, coordinateur de MENAMIRD, une table ronde nationale pour les migrants et les réfugiés en République dominicaine, a déclaré que la police et les forces armées dominicaines détiennent des Haïtiens dans les rues ainsi que “tous ceux qui ressemblent à des Haïtiens”.

Plus de 20 000 personnes ont été expulsées en neuf jours ce mois-ci, a déclaré Charpantier, dont certains citoyens dominicains d’ascendance haïtienne.

Une source officielle au courant de l’affaire a déclaré à Al Jazeera que, si le rythme actuel des déportations se poursuit, environ 40 000 personnes seront envoyées de la République dominicaine vers Haïti en novembre. Cela s’ajoute aux 60 000 qui ont été expulsés au cours des derniers mois, a indiqué la source, qui a requis l’anonymat afin de parler librement.

L’UNICEF a déclaré qu’environ 1 800 mineurs non accompagnés ont été expulsés du pays cette année seulement, un nombre démenti par la République dominicaine. L’UNICEF travaille avec des organisations partenaires à la frontière haïtienne pour accueillir les enfants.

« Ces déportations ont entraîné la séparation des familles. Des personnes avec des documents valides ont été expulsées, des personnes nées ici en République dominicaine ont été expulsées », a déclaré Charpantier à Al Jazeera.

« Ce ne sont pas des déportations. C’est une persécution fondée sur la race.

Histoire de la migration

Les déportations accélérées surviennent après des décennies de relations tendues entre Haïti et la République dominicaine, qui partagent une frontière d’environ 400 km (248 milles) sur l’île caribéenne d’Hispaniola.

Environ 500 000 Haïtiens vivent actuellement en République dominicaine, un pays de 11 millions d’habitants. Ils travaillent principalement dans le secteur agricole dominicain, ainsi que dans les industries de la construction et des services.

Beaucoup sont dans le pays depuis des années, car la migration haïtienne vers la République dominicaine a commencé en masse après l’occupation américaine d’Haïti en 1915.

“Ils avaient besoin d’ouvriers dans les plantations pour faire le sale boulot que les Dominicains ne voulaient pas faire parce que le salaire était bas et les conditions étaient horribles”, a déclaré Georges Fouron, un professeur à l’Université d’État de New York à Stony Brook qui se spécialise dans les identités des immigrants et Haïti.

Alors que l’économie dominicaine repose toujours sur la main-d’œuvre haïtienne, Fouron a expliqué que la campagne de peur de longue date autour de «l’haïtianisation» de la société dominicaine persiste. Dans le passé, ces peurs ont conduit à la violence : un massacre en 1937 sous le régime du dictateur dominicain Rafael Trujillo a fait des milliers de morts haïtiens le long de la frontière.

Maintenant, avec Haïti confronté à une situation de crise, “la crainte est qu’il y ait un débordement des gangs et de toutes ces activités qui se déroulent en Haïti”, a déclaré Fouron à Al Jazeera. Il prédit que « cela va augmenter ces sentiments négatifs » envers les Haïtiens « au lieu de les atténuer ».

Haïti a connu des mois d’escalade de la violence des gangs suite à la assassinat du président Jovenel Moise en 2021. Le processus politique est paralysé, la plupart des institutions de l’État ne fonctionnent pas et l’insécurité sévit dans presque tous les aspects de la vie quotidienne, en particulier dans la capitale, Port-au-Prince.

“Il n’y a pas moyen [the deportees] peut survivre en Haïti. Beaucoup d’entre eux parlent à peine le créole haïtien. Ils ne connaissent pas les réalités sociales d’Haïti, alors ils sont dans les limbes, et au bout d’un moment, qu’est-ce qu’ils font ? Ils retraversent », a déclaré Fouron.

Bridget Wooding, directrice d’OBMICA, un groupe de réflexion dans la capitale dominicaine de Saint-Domingue, a déclaré que la République dominicaine a historiquement utilisé les expulsions pour contrôler la migration “en l’absence d’un plan de régularisation fonctionnel”, ce qui créerait des voies pour les migrants d’acquérir des droits légaux. résidence.

Les efforts déployés ces dernières années pour régulariser le statut migratoire des Haïtiens en République dominicaine sont au point mort, a expliqué Wooding. Environ 200 000 personnes qui ont perdu leur statut légal ont été rendues vulnérables à l’expulsion.

“Ce qui semble se produire est une situation de porte tournante dans laquelle les personnes expulsées rentrent ensuite dans le pays parce qu’il est clair que, d’une manière ou d’une autre, l’économie dominicaine a besoin de migrants haïtiens pour travailler”, a-t-elle déclaré à Al Jazeera.

Pendant ce temps, alors que le président dominicain Luis Abinader cherche à être réélu en 2024, Wooding pense que les Haïtiens sont “instrumentalisés” à des fins politiques, dépeints comme un “ennemi d’à côté”.

“Ils sont entre le marteau et l’enclume”, a-t-elle déclaré. « D’une part, il semble que la République dominicaine n’en veuille pas. D’un autre côté, il leur est très, très difficile de retourner dans leurs communautés d’origine à cause de la violence des gangs en Haïti, à cause de la situation économique, etc.

Des gens se tiennent devant un centre de dédouanement à Saint-Domingue
Des personnes se tiennent devant un centre d’autorisation de migration à Saint-Domingue, essayant d’obtenir des informations sur des membres de la famille ou des employés détenus le 15 novembre 2022 [Raul Asencio/Courtesy by Listin Diario/via Reuters]

Critique internationale

Début novembre, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) exhorté tous les pays de suspendre tout retour vers Haïti en raison de la « crise humanitaire et sécuritaire dévastatrice » dans le pays.

Quelques jours plus tard, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme Volker Turk spécifiquement nommé la République dominicaine dans un autre appel pour arrêter les expulsions. “J’appelle également les autorités de la République dominicaine à intensifier leurs efforts pour prévenir la xénophobie, la discrimination et les formes d’intolérance associées fondées sur l’origine nationale, raciale ou ethnique, ou sur le statut d’immigration”, a déclaré Turk.

L’ancien Premier ministre haïtien Claude Joseph a critiqué le gouvernement dominicain, qualifiant les déportations d'”inhumaines” et de “discriminatoires”. Les États-Unis, quant à eux, émis une alerte ce mois-ci, avertissant les voyageurs qu’ils pourraient être confrontés à “une interaction accrue avec les autorités dominicaines, en particulier pour les citoyens américains à la peau plus foncée et les citoyens américains d’ascendance africaine”.

L’ambassade des États-Unis à Saint-Domingue a déclaré que les Américains ont déclaré avoir été “retardés, détenus ou soumis à des interrogatoires intensifs aux points d’entrée et lors d’autres rencontres avec des agents de l’immigration en fonction de leur couleur de peau” au cours des derniers mois.

“Il y a des rapports selon lesquels des détenus sont détenus dans des centres de détention surpeuplés, sans possibilité de contester leur détention et sans accès à de la nourriture ou à des toilettes, parfois pendant des jours d’affilée, avant d’être libérés ou expulsés vers Haïti”, a-t-il ajouté.

Mais le gouvernement dominicain a rejeté les critiques récentes, affirmant qu’il a le droit de définir ses politiques frontalières conformément à la constitution du pays ainsi qu’au droit international. Dans un communiqué publié dimanche, le ministère des Affaires étrangères a également appelé les allégations américaines “sans fondement”.

La crise en Haïti “affecte gravement” la sécurité nationale dominicaine et les migrants haïtiens mettent à rude épreuve les ressources locales, a déclaré le ministère. « La République dominicaine a été contrainte d’expulser un grand nombre de migrants haïtiens qui ne tolèrent plus la situation dans ce pays et qui accablent les capacités dominicaines. La République dominicaine n’en peut plus.

“Suspendre les déportations”

Le président dominicain, Abinader, a également semblé doubler la semaine dernière lorsqu’il s’est engagé à augmenter les expulsions, comme l’ont rapporté l’Associated Press et d’autres médias. Le gouvernement d’Abinader s’emploie également à construire un mur à la frontière dominicaine avec Haïti.

Le ministère dominicain des affaires étrangères et la mission du pays auprès de l’ONU n’ont pas répondu aux demandes répétées de commentaires d’Al Jazeera.

Selon la source officielle d’Al Jazeera, Au cours des derniers mois, les autorités dominicaines ont détenu des femmes en vue de leur expulsion à l’extérieur des hôpitaux, ou ont emmené des femmes et des enfants lors de perquisitions matinales à leur domicile. Certaines personnes n’ont pas eu la possibilité de se vêtir avant d’être amenées à un point de déportation.

“L’exécution des expulsions au cours du mois dernier est quatre fois plus élevée que le taux normal d’expulsions”, a déclaré la source.

Pendant ce temps, Charpantier au MENAMIRD a appelé les autorités dominicaines à arrêter les renvois. “Ce que nous demandons – exigeons – du gouvernement, c’est de suspendre les expulsions et de respecter les droits de l’homme”, a-t-il déclaré.

«La façon dont ils procèdent aux expulsions consiste à identifier les Noirs. Ils peuvent contrôler les frontières, mais à l’intérieur du pays, ils ne peuvent pas continuer à persécuter et à rassembler les immigrants noirs.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *