Les pays sont parvenus à un accord historique lors d’un marathon Sommet des Nations Unies sur la biodiversité pour protéger les terres et les océans du monde et fournir un financement essentiel pour sauver la biodiversité dans le monde en développement malgré les objections de certains pays africains.

Le président du sommet de la nature COP15, le ministre chinois de l’Environnement Huang Runqiu, a déclaré l’accord adopté lors d’une session plénière à Montréal lundi et a frappé son marteau, suscitant de vifs applaudissements des délégués réunis.

La partie la plus importante de l’accord est un engagement à protéger 30 % des terres et des eaux considérées comme importantes pour la biodiversité d’ici 2030. Actuellement, 17 % des zones terrestres et 10 % des zones marines sont protégées.

“Il n’y a jamais eu d’objectif de conservation à l’échelle mondiale à cette échelle”, a déclaré aux journalistes Brian O’Donnell, directeur du groupe de conservation Campaign for Nature. “Cela nous donne une chance de protéger la biodiversité de l’effondrement… Nous sommes maintenant dans la fourchette qui, selon les scientifiques, peut faire une différence marquée dans la biodiversité.”

Un représentant de la République démocratique du Congo (RDC) s’est précédemment opposé au texte, soulevant des inquiétudes quant à la responsabilité des nations développées dans le financement de la conservation dans les pays en développement.

“Les parties qui sont des nations développées devraient fournir des ressources aux parties qui se développent”, a déclaré le représentant de la RDC par l’intermédiaire d’un traducteur.

Un représentant du Cameroun a déclaré par l’intermédiaire d’un traducteur : “Ce que nous avons vu était une force de la main.”

Le projet appelle également à lever 200 milliards de dollars d’ici 2030 pour la biodiversité à partir de diverses sources et à travailler à la suppression progressive ou à la réforme des subventions qui pourraient fournir 500 milliards de dollars supplémentaires pour la nature.

Dans le cadre du paquet de financement, le cadre appelle à porter à au moins 20 milliards de dollars par an d’ici 2025 l’argent qui va aux pays pauvres – soit environ le double de ce qui est actuellement fourni. Ce chiffre passerait à 30 milliards de dollars par an d’ici 2030.

“Un sac mélangé”

Certains partisans voulaient un langage plus dur concernant les subventions qui rendent la nourriture et le carburant si bon marché dans de nombreuses régions du monde. Le document appelle uniquement à identifier les subventions d’ici 2025 qui peuvent être réformées ou supprimées, et à travailler pour les réduire d’ici 2030.

“Le nouveau texte est un sac mélangé”, a déclaré Andrew Deutz, directeur de la politique mondiale, des institutions et du financement de la conservation pour The Nature Conservancy.

“Il contient des signaux forts sur la finance et la biodiversité, mais il ne parvient pas à dépasser les objectifs d’il y a 10 ans en termes de lutte contre les moteurs de la perte de biodiversité dans des secteurs productifs tels que l’agriculture, la pêche et les infrastructures et risque donc toujours d’être totalement transformationnel”.

Les ministres et les responsables gouvernementaux d’environ 190 pays ont pour la plupart convenu que la protection de la biodiversité doit être une priorité, beaucoup comparant ces efforts aux pourparlers sur le climat qui terminé le mois dernier en Égypte.

Le changement climatique associé à la perte d’habitat, à la pollution et au développement a martelé la biodiversité mondiale, avec une estimation en 2019 avertissant qu’un million d’espèces végétales et animales risquent l’extinction d’ici des décennies – un taux de perte 1000 fois plus élevé que prévu.

Les humains utilisent régulièrement environ 50 000 espèces sauvages, et une personne sur cinq sur les huit milliards d’habitants de la planète dépend de ces espèces pour sa nourriture et ses revenus, selon le rapport.

Mais les responsables ont lutté pendant près de deux semaines pour s’entendre sur ce à quoi ressemble cette protection et qui paiera pour cela.

“Un bilan de malheur”

Le financement a été l’une des questions les plus controversées, les délégués de 70 pays africains, sud-américains et asiatiques ayant quitté les négociations mercredi. Ils sont revenus quelques heures plus tard.

Le Brésil, s’exprimant au nom des pays en développement au cours de la semaine, a déclaré dans un communiqué qu’un nouveau mécanisme de financement dédié à la biodiversité devrait être mis en place et que les pays développés devraient fournir 100 milliards de dollars par an en subventions financières aux économies émergentes jusqu’en 2030.

“Tous les éléments sont là pour un équilibre des mécontentements, qui est le secret pour parvenir à un accord dans les organes de l’ONU”, a déclaré Pierre du Plessis, un négociateur namibien qui aide à coordonner le groupe africain.

“Chacun a eu un peu ce qu’il voulait, pas nécessairement tout ce qu’il voulait. Voyons s’il y a un esprit d’unité.





Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *