Émeute de chatte sont revenus avec un autre hymne de protestation poignardant visant le gouvernement russe – un numéro synth-punk intitulé “Mama, Don’t Watch TV” – avec lequel ils demandent que le président Vladimir Poutine soit poursuivi pour ses crimes de guerre contre l’Ukraine.

Dans une déclaration partagée parallèlement à la sortie de la chanson samedi 24 décembre, le groupe a expliqué sa conviction que “le régime de Poutine est un régime terroriste, et Poutine lui-même, ses fonctionnaires, généraux et propagandistes sont des criminels de guerre”.

Ils ont poursuivi en notant que le refrain de la chanson “est basé sur les paroles d’un conscrit russe capturé qui, lors d’une conversation téléphonique avec sa mère, a dit ‘Maman, il n’y a pas de nazis ici, ne regarde pas la télévision'”. Détaillant l’importance de cette ligne, Pussy Riot a souligné la tendance du gouvernement russe à diffuser de la propagande par le biais d’émissions télévisées, qui, selon eux, “empoisonnent le cœur des gens avec de la haine”.

Le groupe a en outre fait référence aux mesures autoritaires que la Russie prend pour punir ses détracteurs, poursuivant : “Ceux qui s’opposent à Poutine sont emprisonnés, empoisonnés avec des poisons militaires et tués.”

Quant aux attaques continues du gouvernement russe contre l’Ukraine, le groupe a expliqué qu’une telle “agression militaire” était courante depuis 2014, “lorsque les troupes russes ont annexé la Crimée et commencé l’occupation de la région du Donbass”. Ils ont poursuivi : « Chaque jour depuis lors, l’Ukraine a dû se battre pour le droit de vivre et pour la liberté, se battre pour garantir sa souveraineté.

« Pendant toutes ces années, la communauté internationale a recherché des compromis et fait des affaires avec la Russie, tout en parrainant la guerre cruelle de Poutine. Le Kremlin reçoit des milliards d’euros de la vente de pétrole et de gaz et chaque jour cet argent se transforme en sang ukrainien.

Jetez un œil au clip vidéo d’accompagnement de “Mama, Don’t Watch TV” ci-dessous :

Avec la sortie de “Mama, Don’t Watch TV”, les Pussy Riot ont détaillé leurs objectifs en utilisant la chanson comme moyen de protester contre la guerre russo-ukrainienne. Premièrement, ils ont appelé à « un embargo sur l’achat de pétrole et de gaz russes, sur la vente d’armes et de munitions de police à la Russie ».

Ensuite, le groupe a demandé aux autorités « d’arrêter les comptes bancaires occidentaux et les biens des fonctionnaires et des oligarques russes, et d’introduire des sanctions personnelles à leur encontre ». Et enfin, ils ont réclamé « un tribunal international pour juger Vladimir Poutine, les employés de la propagande d’État russe, les officiers de l’armée et tous ceux qui sont responsables du génocide de la nation ukrainienne ».

Pussy Riot a eu une année chargée en 2022, avec un point culminant majeur étant L’évasion de Masha Alyokhina de Russie retour en mai. Elle et ses compagnons de groupe ont été arrêtés et emprisonnés plusieurs fois au cours de leur mandat pour avoir publiquement protesté contre le régime de Poutine. Janvier dernier, elle a été détenue pendant deux jours après avoir assisté à des manifestations encourageant les autres à manifester sur les réseaux sociaux.

Le groupe a également sorti sa première mixtape, “Le matriarcat maintenant”de retour en août via Neon Gold Records.





Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *