Londres, Royaume Uni – Qu’est-ce qu’une femme ? Cette question n’était-elle pas déjà réglée ? La lutte pour l’égalité des femmes n’a-t-elle pas pris fin avec des protections inscrites dans la loi, dans le cas du Royaume-Uni, dans la loi de 2010 sur l’égalité qui couvre les protections fondées sur le sexe des femmes ?

Apparemment non.

Cette semaine, le Royaume-Uni a été témoin d’une explosion du problème, encore une fois.

Lundi, le gouvernement britannique a déclenché une ordonnance en vertu de l’article 35 pour empêcher le projet de loi écossais sur la réforme de la reconnaissance du genre (GRR) d’obtenir la sanction royale et d’être adopté.

C’était la première fois dans l’histoire décentralisée de l’Écosse qu’un tel bloc était utilisé pour empêcher une loi, donc un moment historique dans les relations entre l’Écosse et le Royaume-Uni.

Le secrétaire écossais du Royaume-Uni, Alister Jack, a déclaré qu’il n’avait pas pris la décision “à la légère” et affirmé que le projet de loi aurait un effet significatif sur les “questions d’égalité” en Écosse, en Angleterre et au Pays de Galles.

“C’est la ligne de conduite nécessaire et correcte”, a-t-il déclaré.

Le premier ministre écossais, Nicola Sturgeon, a décrit l’ordre comme « une attaque frontale » contre le Parlement écossais et s’est engagé à contester la décision devant les tribunaux.

Pourtant, selon les experts juridiques, même ceux qui sont favorables aux changements que le projet de loi GRR apporterait, Sturgeon n’a pas de dossier solide.

En termes simples, la question du genre – une construction sociale construite à partir de stéréotypes sexuels qui n’a pas de marqueurs biologiques – est une question dévolue et le pouvoir de légiférer à ce sujet appartient à Edimbourg. Mais la question de l’égalité et de l’équilibre avec toutes les autres caractéristiques protégées réside à Westminster.

La loi de 2010 sur l’égalité est une législation à l’échelle du Royaume-Uni.

Elle couvre la protection des caractéristiques suivantes : âge, handicap, changement de sexe, mariage et partenariat civil, grossesse et maternité, race, religion ou conviction, sexe et orientation sexuelle.

Selon la loi, le sexe légal d’une personne est son sexe biologique tel qu’enregistré à la naissance.

Une personne qui obtient un certificat de reconnaissance de genre (GRC) peut changer son acte de naissance, se marier ou avoir un certificat de partenariat civil dans son sexe affirmé. Il veille également à ce que le sexe affirmé soit enregistré dans les certificats de décès.

Cela ne change pas le statut juridique de la mère ou du père d’un enfant et il n’est pas nécessaire de changer les marqueurs de sexe sur les passeports, les permis de conduire, les dossiers médicaux ou tout autre document.

Au Royaume-Uni, pour obtenir un GRC, vous devez avoir plus de 18 ans, avoir un diagnostic médical de dysphorie de genre et avoir vécu dans le genre affirmé pendant deux ans.

Défenseurs des droits des trans
Des partisans des droits des transgenres manifestent en faveur du projet de loi écossais sur la réforme du genre devant Downing Street à Londres, le 17 janvier 2023 [File: Henry Nicholls/Reuters]

Le GRC coûte 6 $ et ceux qui en veulent un n’ont pas besoin d’avoir subi de procédure médicale d’affirmation de genre, mais ils doivent prêter serment de s’engager à rester dans leur sexe acquis pour la vie.

En d’autres termes, il pourrait s’agir d’un homme avec un diagnostic médical de dysphorie de genre mais qui n’a pas subi d’opération chirurgicale – son corps est donc comme n’importe quel autre homme qui n’a pas de dysphorie de genre.

Le gouvernement écossais a fait valoir que ce processus est trop difficile et déshumanisant.

Le projet de loi GRR, qui a été adopté au Parlement écossais à Holyrood le mois dernier, stipule qu’un diagnostic médical de dysphorie de genre ne serait plus nécessaire. Toute personne postulant aurait seulement besoin d’avoir vécu dans son « sexe acquis » – ce qui n’apparaît pas avoir un sens définitif dans les documents officiels – pendant trois mois. Et les personnes âgées de 16 ans et plus pourraient postuler, à condition que les 16-18 ans aient trois mois de réflexion supplémentaires.

Les critiques disent que les membres du Parlement écossais (MSP) ont passé beaucoup de temps sur le projet de loi mais n’ont pas réussi à impliquer de manière significative les groupes de femmes, les communautés religieuses et les organisations qui traitent des problèmes de violence domestique dont les victimes sont, en très grande majorité, des femmes.

For Women Scotland, un groupe de base, soutient que le processus a été biaisé dès le départ et que les consultations de dernière minute avec les groupes de femmes étaient trop tardives pour avoir un effet sur les décisions concernant le contenu du projet de loi.

Même les représentants des Nations Unies sont divisés sur la question.

L’expert de l’ONU sur l’identité de genre, Victor Madrigal-Borloz, a déclaré que le projet de loi mettrait l’Écosse en conformité avec les directives de l’ONU sur le genre.

Pourtant, la rapporteuse spéciale de l’ONU sur la violence à l’égard des femmes et des filles, Reem Alsalem, a déclaré que le projet de loi “ouvrirait potentiellement la porte aux hommes violents qui s’identifient comme des hommes pour abuser du processus d’obtention d’un certificat de genre et des droits qui y sont associés”.

Au cours du débat, des amendements ont été déposés pour mettre en place des dispositions visant à protéger les femmes dans les prisons, les femmes recherchant des soins intimes, à garantir des services non mixtes dans les hôpitaux et à empêcher les délinquants sexuels d’acquérir un GRC. Tous ont été rejetés et cela a semé la consternation.

Il n’en reste pas moins qu’en supprimant un diagnostic médical de dysphorie de genre, celui-ci devient ouvert à toute personne qui, pour quelque raison que ce soit, souhaite modifier ses marqueurs d’identité et de sexe sur son acte de naissance.

« ‘Transgenre’ n’est mentionné nulle part sur ce projet de loi », déclare Susan Smith, l’une des fondatrices de For Women Scotland.

«Simplifier un processus signifierait qu’il serait plus facile pour sa propre cohorte de personnes d’utiliser ce processus. Mais ce qu’ils ont fait, c’est l’ouvrir à n’importe qui.

«Nous savons combien de centaines de délinquants sexuels disparaissent chaque année parce qu’ils changent de nom – c’est un pas de plus… et on nous dit dans tous les débats que nous sommes affreux de soulever cela, car les personnes trans ne sont pas des délinquants sexuels.

“Amende. Si ce n’est pas le cas, cela ne ferait de mal à personne de s’assurer explicitement que les délinquants sexuels ne pourraient pas demander ces [GRCs] parce que si les personnes trans ne sont pas des délinquants sexuels, alors aucun délinquant sexuel n’en ferait la demande.

Pour obtenir des réponses claires à ce dilemme, il faut examiner les données.

Selon le ministère britannique de la Justice, les délinquants sexuels sont surreprésentés dans la catégorie des femmes trans.

Les chiffres montrent que dans les prisons, le taux d’infractions sexuelles pour les femmes est d’un peu plus de 3 %. Pour les hommes, il est proche de 17 %. Dans la catégorie des femmes trans, ce taux atteint près de 60 %.

Pour ma part, je ne crois pas qu’une personne qui a une condition débilitante qui l’amène à penser qu’elle est dans le corps du mauvais sexe soit naturellement encline à commettre des infractions sexuelles.

Ce que je pense être l’explication la plus probable est que les délinquants sexuels assument une identité trans pour passer à l’état féminin ou pour toute autre raison connue d’eux seuls.

Et surtout, alors que le gouvernement écossais affirme que l’ordonnance de l’article 35 va à l’encontre de la volonté du Parlement écossais, un sondage public sur le projet de loi suggère que Holyrood va à l’encontre de l’opinion publique écossaise.

Soixante pour cent des personnes interrogé n’étaient pas d’accord sur le fait que le diagnostic de dysphorie de genre devrait être retiré pour obtenir un GRC, même parmi ceux qui sont pro-indépendance.

Le langage utilisé par le gouvernement est également très révélateur, car il n’a pas invoqué la volonté du peuple écossais mais celle du Parlement écossais.

En poursuivant ce problème, Sturgeon joue à un jeu délicat qui peut affecter sa popularité.

Le volet constitutionnel de ce débat ne fait que commencer, mais les arguments à l’origine de celui-ci font rage depuis quelques années.

Les critiques insistent sur le fait que si le sexe légal des femmes inclut les hommes qui ont un certificat, cela équivaut à l’effacement des femmes dans la loi.

Une seule chose est certaine. Le débat va faire rage.


Family Island: Top 5 Tips & Tricks – Part 1
Dragon City Updated Technique How to Get DRAGON CITY FREE GEMS 2023 [Android-iOs]
How To Evony Hack Mod Unlimited Gems 2023 (android & ios) Evony Mod APK 2023 | Evony Gems Free
Using Spotify Premium For Free
free walmart gift card number and pin 2022
Cara Membaca Novel Gratis setiap hari di Webfic,Good Novel
Webtoon Free Coins 2023 – How to Get Free Webtoon Coins (Android/iOS)
How to Get Free Gems In Clash of clans Easily 100 % Work with proof (Android/iOS) 2023
get free gift cards amazon
how to send free coins in 8 ball pool
fire kirin free play add money 20$ Mod Android & iOS new
How To Get Bigo Live Diamonds Free without stream
How To Get Bingo Blitz Free Credits Android iOS
NEW NBA 2K23 VC GLITCH CURRENT GEN! 500K FOR FREE! NBA 2K23 VC GLITCH VC GLITCH 2K23 NBA 2K23 GLITCH
BABY PANDA S EMERGENCY TIPS MOD HACK

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *