La décision des talibans d’interdire aux femmes de travailler dans les ONG a vu de nombreuses organisations suspendre leur travail d’aide en Afghanistan.

La mission des Nations Unies en Afghanistan a demandé à l’administration talibane du pays de revenir sur son interdiction aux femmes de travailler dans des organisations à but non lucratif, les principales organisations non gouvernementales (ONG) mondiales se retirant du pays en réponse aux restrictions.

“Des millions d’Afghans ont besoin d’une aide humanitaire et la suppression des barrières est vitale”, a déclaré la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) dans un communiqué lundi. Le communiqué ajoute que le chef par intérim de la MANUA et coordinateur humanitaire, Ramiz Alakbarov, a rencontré le ministre de l’Economie, Mohammad Hanif.

Le ministère de Hanif a ordonné samedi à toutes les ONG locales et étrangères de ne pas laisser le personnel féminin travailler jusqu’à nouvel ordre. Les ordonnances ne s’appliquent pas directement à l’ONU, mais bon nombre de ses programmes sont exécutés par des ONG soumises à l’ordonnance.

Dimanche, trois ONG mondiales – Save the Children, le Conseil norvégien pour les réfugiés et CARE International – ont déclaré dans un communiqué conjoint qu’elles suspendaient leurs programmes en attendant des éclaircissements sur l’ordre de l’administration.

“Nous ne pouvons pas atteindre efficacement les enfants, les femmes et les hommes qui en ont désespérément besoin en Afghanistan sans notre personnel féminin”, indique le communiqué, ajoutant que, sans les femmes à la tête de l’effort, ils n’auraient pas atteint des millions d’Afghans dans le besoin depuis août de l’année dernière.

Par ailleurs, l’International Rescue Committee (IRC) a déclaré dans un communiqué qu’il suspendait ses services dans le pays, invoquant des raisons similaires. L’IRC a déclaré qu’il employait plus de 8 000 personnes en Afghanistan, dont près de 3 000 femmes.

La suspension de certains programmes d’aide auxquels des millions d’Afghans ont accès intervient à un moment où plus de la moitié de la population dépend de l’aide humanitaire, selon les agences d’aide, et pendant la saison la plus froide de la nation montagneuse.

Plus tôt, l’agence d’aide internationale AfghanAid a déclaré qu’elle suspendait immédiatement ses opérations pendant qu’elle consultait d’autres organisations, et que d’autres ONG prenaient des mesures similaires.

Le Comité international de la Croix-Rouge en Afghanistan a également exprimé dimanche sa préoccupation face à cette décision et à l’interdiction antérieure pour les femmes de fréquenter l’université, mettant en garde contre “des conséquences humanitaires catastrophiques à court et à long terme”.

Mais l’administration talibane n’a jusqu’à présent montré aucun signe de reconsidérer les interdictions faites aux femmes de travailler dans des ONG ou d’étudier dans des universités.

Samedi, le ministère de l’Économie, qui délivre des licences aux organisations à but non lucratif, a déclaré avoir reçu de “graves plaintes” selon lesquelles les femmes travaillant dans des ONG ne respectaient pas “le hijab islamique et d’autres règles et réglementations relatives au travail des femmes dans les organismes internationaux ».

Des dizaines d’organisations travaillent dans des régions reculées de l’Afghanistan et bon nombre de leurs employés sont des femmes, plusieurs avertissant qu’une interdiction du personnel féminin entraverait leur travail.

La dernière restriction intervient moins d’une semaine après que les autorités talibanes interdit aux femmes de fréquenter les universitésprovoquant l’indignation mondiale et des manifestations dans certaines villes afghanes.

afghanistan
Des étudiantes universitaires afghanes s’arrêtent devant le personnel de sécurité taliban à côté d’une université à Kaboul le 21 décembre 2022 [File: Wakil Koshar/AFP]

Depuis leur retour au pouvoir en août de l’année dernière, les talibans ont également interdit aux adolescentes d’accéder à l’école secondaire.

Les femmes ont également été expulsées de nombreux emplois gouvernementaux, empêchées de voyager sans un parent masculin et sommées de se couvrir à l’extérieur de la maison, idéalement avec une burqa.

Ils ne sont pas non plus autorisés à entrer dans les parcs ou les jardins.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *