Les négociateurs étaient en désaccord sur la rapidité avec laquelle mettre fin aux permis de CO2 gratuits que l’UE accorde aux industries pour se protéger de la concurrence étrangère.

Les négociateurs de l’Union européenne sont parvenus à un accord sur la refonte du marché du carbone du bloc, élément central de ses ambitions de réduction des émissions et d’investissement dans des technologies respectueuses du climat.

L’accord vise à accélérer les réductions d’émissions, à supprimer progressivement les quotas gratuits pour les industries et à cibler les émissions de carburant des secteurs du bâtiment et du transport routier, selon une déclaration du Parlement européen.

“L’accord … nous permettra d’atteindre les objectifs climatiques dans les principaux secteurs de l’économie, tout en veillant à ce que les citoyens et les micro-entreprises les plus vulnérables soient efficacement soutenus dans la transition climatique”, a déclaré le ministre tchèque de l’Environnement, Marian Jurecka, dans un communiqué.

Le système européen d’échange de quotas d’émission (ETS) permet aux producteurs d’électricité et aux industries à forte demande énergétique, telles que l’acier et le ciment, d’acheter des « quotas gratuits » pour couvrir leurs émissions de carbone selon le principe du « pollueur-payeur ».

Les quotas sont conçus pour diminuer au fil du temps pour les encourager à émettre moins et à investir dans des technologies plus vertes dans le cadre de l’objectif ultime de l’UE d’atteindre la neutralité carbone.

Les négociateurs représentant les États membres et le Parlement européen ont passé plus de 24 heures dans des discussions intenses avant de parvenir à un accord samedi soir qui élargit la portée du marché européen du carbone.

L’accord signifie que les émissions dans les secteurs ETS doivent être réduites de 62% d’ici 2030 sur la base des niveaux de 2005, contre un objectif précédent de 43%. Les industries concernées doivent réduire leurs émissions de ce montant.

L’accord vise également à accélérer le calendrier de suppression progressive des quotas gratuits, avec une suppression progressive de 48,5% d’ici 2030 et une suppression complète d’ici 2034, un calendrier au centre de débats acharnés entre les députés et les États membres.

Le marché du carbone sera progressivement étendu au secteur maritime, aux vols intra-européens et aux sites d’incinération des déchets en fonction d’un rapport favorable de la commission.

Une «taxe carbone aux frontières», qui impose des normes environnementales aux importations dans le bloc en fonction des émissions de carbone liées à leur production, compensera la réduction des quotas gratuits et permettra aux industries de concurrencer des rivaux non européens plus polluants.

L’accord vise également à faire payer aux ménages les émissions liées au chauffage au fioul et au gaz à partir de 2027, mais le prix sera plafonné jusqu’en 2030.

La commission avait proposé un deuxième marché du carbone ciblant le chauffage des bâtiments et les carburants routiers, mais le plan a suscité des inquiétudes alors que les ménages européens sont aux prises avec la flambée des prix de l’énergie exacerbée par L’invasion russe de l’Ukraine.

Si les prix de l’énergie continuent de monter en flèche, l’application de cette partie de l’accord sera retardée d’un an.

Les fonds de ce deuxième marché iront à un “Fonds social pour le climat” conçu pour aider les ménages et les entreprises vulnérables à traverser la crise des prix de l’énergie.

L’enjeu était la capacité de l’UE à contribuer aux efforts mondiaux de lutte contre le changement climatique et à atteindre son objectif de réduire les émissions nettes de gaz à effet de serre de 55 % d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 1990.

Pour atteindre cet objectif, il faudra réformer le marché du carbone de l’UE afin de réduire les émissions plus rapidement, ce qu’il fait en obligeant environ 10 000 centrales électriques et usines à acheter des permis de CO2 lorsqu’elles polluent.

Les négociateurs étaient en désaccord sur la rapidité avec laquelle mettre fin aux permis de CO2 gratuits que l’UE accorde aux industries. Ces permis seront supprimés au fur et à mesure que l’UE mettra en place un tarif frontalier sur le carbone conçu pour empêcher les entreprises nationales d’être sapées par des concurrents étrangers.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *