La moto rugit alors qu’elle s’efforçait de transporter le side-car de l’ambulance sur une rive escarpée. Le pneu arrière de la moto vrombissait sur place, soulevant de l’eau et de la boue tandis que le side-car – un lit d’hôpital sur roues sous un auvent en toile blanche – se balançait dangereusement.

Deux agents de santé, qui suivaient à pied, ont essayé de pousser l’ambulance à moto, mais elle n’a pas bougé. Finalement, les trois ont abandonné et se sont contentés de creuser un nouveau chemin.

Après 40 minutes de creusement et une poussée pour soulever le véhicule du lit de la rivière sur le chemin boueux, l’équipe était de nouveau en route. L’ambulance à vélo a repris sa randonnée de 14,5 km (9 miles) à travers la forêt connue sous le nom d’Abhujmarh, ou les «collines inconnues», pour atteindre Phagni Poyam, 23 ans, enceinte de neuf mois dans le village isolé de Kodoli.

Lorsque l’équipe est arrivée, Poyam attendait à côté de son petit garçon endormi d’un an, Dilesh. Comme beaucoup de bébés à Kodoli, Dilesh n’est pas né dans un hôpital, à cause de la distance et de la méfiance envers les autorités. Mais ces dernières années, a déclaré Poyam, elle a vu des femmes ou leurs bébés mourir pendant l’accouchement et elle ne veut prendre aucun risque.

“Mon bébé sera plus en sécurité”, a-t-elle déclaré.

Des ambulances à moto aident les mères à accoucher sous surveillance médicale dans le district de Narayanpur, dans l’État du Chhattisgarh, dans le centre de l’Inde.

Le district fortement boisé est l’un des plus peu peuplés de l’Inde avec environ 139 820 habitants répartis sur 4 650 km2 (1 800 milles carrés). De nombreux villages, comme Kodoli, sont à 16 km (10 miles) ou plus des routes navigables en voiture. L’état a l’un des les taux les plus élevés de décès liés à la grossesse pour les mères en Inde, environ 1,5 fois la moyenne nationale, avec 137 décès liés à la grossesse pour les mères pour 100 000 naissances.

Bien que les autorités et les agents de santé conviennent que les ambulances à moto n’offrent pas de solution à long terme, elles font une différence.

Les ambulances à vélo ont été déployées pour la première fois à Narayanpur en 2014. Aujourd’hui, 13 ambulances à vélo opèrent dans trois districts du Chhattisgarh. Ils sont gérés par les autorités locales et une organisation à but non lucratif appelée Saathi avec le soutien de l’UNICEF.

Les ambulances se concentrent sur le transport des mères vers et depuis l’hôpital, mais ont également été appelées à transporter des victimes de morsures de serpent et d’autres urgences.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *