Entre 16 et 20 réfugiés seraient morts de soif et de faim ou se seraient noyés, selon des proches et des militants.

Au moins 100 Rohingyas sont bloqués dans un bateau au large des îles Andaman en Inde et jusqu’à 16 à 20 sont peut-être morts de soif et de faim ou se sont noyés, ont déclaré leurs proches et des militants.

Le bateau échoué a été approché par cinq navires indiens mardi soir, a déclaré une source à l’agence de presse Reuters.

« Nous estimons que probablement jusqu’à 20 personnes sont mortes… certaines de faim et de soif, et d’autres ont sauté par-dessus bord en désespoir de cause. C’est absolument horrible et scandaleux », a déclaré Chris Lewa, directeur du projet Arakan qui travaille pour soutenir les Rohingyas du Myanmar.

Priyali Sur, une militante de New Delhi qui défend les droits des réfugiés, a déclaré à Al Jazeera que la situation sur le bateau « empire de plus en plus ».

« J’ai contacté les gens sur le bateau le 7 décembre, c’est à ce moment-là qu’ils m’ont dit que deux enfants étaient morts. Nous avons reçu des informations non confirmées faisant état d’autres décès alors que deux personnes désespérées ont sauté à l’eau », a-t-elle déclaré.

“Cela fait 25 jours qu’ils sont en mer. Ils ont manqué de nourriture et d’eau potable.

INTERACTIVE_ROHINGYA_AUG24_2022_2-a
(Al Jazeera)

Le groupe de travail Rohingya de l’Asia Pacific Refugee Rights Network a déclaré que le groupe était à la dérive depuis plus de deux semaines.

“Nous avons entendu tard hier soir que des navires indiens s’approchaient du bateau, nous attendons donc des mises à jour maintenant”, a déclaré Lilianne Fan, présidente du groupe.

“Nous espérons que la marine indienne ou les garde-côtes réussiront à secourir et à débarquer le bateau dans les plus brefs délais. Ces personnes sont à la dérive sur un bateau endommagé depuis plus de deux semaines sans nourriture ni eau. Nous avons entendu dire que jusqu’à 16 personnes sont peut-être déjà décédées.

Muhammed Rezuwan Khan, un réfugié rohingya vivant dans le district de Cox’s Bazar au Bangladesh, a déclaré à Al Jazeera par téléphone que sa sœur veuve Fatim Un Nisa, 27 ans, et sa fille Umi Salima, âgée de cinq ans, faisaient partie des personnes bloquées sur le bateau.

« Elle a quitté le camp de Cox’s Bazar le 25 novembre. Elle se débattait ici seule avec deux filles, une des filles est avec nous. Nous avons également appris que de nombreuses personnes sont décédées et qu’elles n’ont plus de produits de première nécessité. Ils meurent de faim et la situation est désastreuse. Nous sommes très préoccupés par leur vie.

Khan a déclaré que la communauté internationale devrait se manifester pour sauver la vie des réfugiés.

Chaque année, de nombreux Rohingyas risquent leur vie à bord de navires branlants pour échapper à la violence au Myanmar et à la misère dans les camps de réfugiés du Bangladesh. Beaucoup tentent de rejoindre la Malaisie.

Un autre bateau, transportant plus de 100 Rohingyas, a été secouru par la marine sri-lankaise le weekend.

Le 2 décembre, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés a lancé une alerte concernant un forte hausse du nombre de personnes tentant de traverser la mer d’Andaman depuis le Bangladesh et le Myanmar.

Le communiqué de l’ONU indique que la voie navigable d’Asie du Sud-Est est l’une des plus meurtrières au monde et que plus de 1 900 personnes ont déjà fait le voyage depuis janvier de cette année, soit six fois plus que le nombre de personnes qui ont tenté de traverser en 2020.

En 2018, plus de 730 000 Rohingyas ont fui vers le Bangladesh voisin à la suite d’une répression militaire au Myanmar qui, selon des témoins, comprenait des massacres et des viols.

Des groupes de défense des droits et des médias ont documenté les meurtres de civils et l’incendie de villages.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *