Drones nord-coréens est entré lundi dans l’espace aérien sud-coréen pour la première fois depuis 2017 dans le dernier exemple d’escalade des tensions entre les pays voisins.

L’armée du Sud a été prise au dépourvu, attirant mardi les critiques du président Yoon Suk-yeol, qui a cherché à apaiser les inquiétudes en annonçant que son cabinet accélérerait les plans d’une unité spéciale de drones.

Que s’est-il passé hier ?

  • Quoi: Cinq drones nord-coréens sont entrés en Corée du Sud lundi, incitant Séoul à envoyer des avions de combat et des hélicoptères d’attaque pour tenter de les abattre.
  • Lorsque: Les drones ont été détectés pour la première fois en Corée du Sud à 10h25 (01h25 GMT)
  • Où: Les drones ont d’abord été repérés au-dessus de la ville de Gimpo, dans le nord-ouest, mais ont survolé plusieurs villes sud-coréennes, dont la capitale, Séoul.

L’armée sud-coréenne a tiré des coups de semonce et une centaine de coups depuis un hélicoptère équipé d’une mitrailleuse, mais n’a réussi à abattre aucun des drones.

L’armée a déclaré qu’elle avait chassé l’un des cinq drones au-dessus de la grande région de Séoul, mais qu’elle ne s’était pas engagée de manière totalement agressive avec lui par souci de sécurité civile.

Un responsable du ministère de la Défense a confirmé qu’un avion de chasse sud-coréen KA-1 avait été impliqué dans un accident alors qu’il volait pour contrer les drones nord-coréens après avoir quitté sa base de Wonju dans le nord du pays. Ses deux pilotes se sont échappés avant le crash et ont été soignés dans un hôpital.

Quelle a été la réaction en Corée du Sud ?

Le président Yoon s’est dit préoccupé mardi par l’incapacité de l’armée à abattre les drones à un moment où le pays cherche à lutter contre l’évolution des menaces nucléaires et de missiles du Nord.

“L’incident a montré un manque substantiel de préparation et de formation de nos militaires au cours des dernières années et a clairement confirmé la nécessité d’une préparation et d’une formation plus intenses”, a déclaré Yoon lors d’une réunion du cabinet.

L’armée sud-coréenne s’est par la suite excusée de ne pas avoir abattu les drones nord-coréens.

“L’incident a pris l’armée du Sud au dépourvu, révélant l’immaturité de ses réponses”, a déclaré Cha Du-hyeogn, chercheur principal à l’Institut Asan d’études politiques à Séoul. “Ils devront vérifier leur brouillage GPS et leurs systèmes de réponse globaux.”

Le président a déclaré que le pays créerait une unité militaire spécialisée dans les drones en réponse à l’incursion de lundi.

Yoon a imputé le manque de préparation à la politique “dangereuse” de son prédécesseur Moon Jae-in en Corée du Nord, qui reposait sur les “bonnes intentions” de Pyongyang et un pacte militaire intercoréen de 2018 interdisant les activités hostiles dans les zones frontalières.

“Nous prévoyons de créer une unité de drones pour surveiller et reconnaître les principales installations militaires nord-coréennes et nous allons maintenant accélérer le plan autant que possible”, a-t-il ajouté, promettant de renforcer sa capacité de surveillance et de reconnaissance avec des drones furtifs de pointe.

Mais le Parti démocrate d’opposition, représenté par Moon, a critiqué le gouvernement Yoon pour son incapacité à abattre les drones.

Quel est le contexte de cet incident ?

L’incident était la dernière intrusion dans l’espace aérien par des véhicules aériens sans pilote du Nord isolé, les deux Corées restant techniquement en guerre après que leur guerre de 1950-1953 se soit terminée par un armistice, et non par un traité de paix.

En 2014, un drone nord-coréen a été découvert sur une île frontalière sud-coréenne, mais sa conception et ses capacités n’ont pas été jugées sophistiquées par les autorités sud-coréennes.

En 2017, un drone soupçonné d’être en mission d’espionnage s’est écrasé et a été retrouvé sur une montagne près de la frontière. Cet appareil offrait des capacités supérieures au drone 2014 avec le double de la capacité du moteur et de la puissance de la batterie.

L’incident d’hier serait la première fois qu’un drone nord-coréen pénètre dans l’espace aérien sud-coréen depuis le pacte militaire intercoréen de 2018.

Les chefs d’état-major interarmées ont déclaré que les derniers drones avaient la même taille que le drone espion de 2017, mesurant environ deux mètres, mais il n’était pas clair s’ils étaient plus avancés techniquement.

Les analystes ont déclaré que les drones pourraient être trop petits et primitifs pour mener des missions de reconnaissance complètes, mais qu’ils pourraient être suffisants pour transporter une arme ou perturber l’activité aérienne. Plusieurs vols commerciaux aux aéroports d’Incheon et de Gimpo ont été cloués au sol pendant environ 50 minutes à la demande de l’armée sud-coréenne lundi.

Pyongyang a déployé sa puissance militaire ces dernières semaines, testant un barrage de missiles qui ont suscité des inquiétudes en Corée du Sud, au Japon et parmi leurs alliés occidentaux.

La Corée du Nord avait également tiré deux missiles balistiques à courte portée vendredi après un exercice aérien conjoint par la Corée du Sud et les États-Unis quelques jours plus tôt.

La Corée du Nord a également testé un moteur à combustible solide à forte poussée qui, selon les experts, permettrait un lancement plus rapide et plus mobile des missiles balistiques.

De quelles capacités de drones dispose la Corée du Nord ?

Un rapport de 2016 des contrôleurs des sanctions des Nations Unies a déclaré que la Corée du Nord possède environ 300 drones de différents types, y compris pour la reconnaissance, l’entraînement au tir et le combat.

L’observateur a noté que les drones récupérés dans le Sud utilisaient des pièces importées de Chine, de République tchèque, du Japon, de Suisse et des États-Unis.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a publiquement manifesté son intérêt pour les drones et s’est engagé lors d’une réunion du Parti des travailleurs au pouvoir l’année dernière à développer de nouveaux drones de reconnaissance capables de voler jusqu’à 500 km (311 miles).



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *