L’impasse se poursuit après que des hommes talibans pakistanais ont maîtrisé les gardes, arraché des armes et pris des otages dans l’établissement de la ville de Bannu, au nord-ouest.

Les autorités pakistanaises ont ouvert des pourparlers pour tenter de résoudre une impasse avec des assaillants retenant en otage plusieurs membres du personnel de sécurité après avoir pris le contrôle d’une installation antiterroriste dans le nord-ouest du pays.

Les forces de sécurité ont encerclé le cantonnement militaire hautement fortifié qui abrite le centre d’interrogatoire du district de Bannu, où environ 20 combattants de Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP) – également connus sous le nom de talibans pakistanais – sont enfermés, selon des informations publiées lundi.

Bannu se trouve juste à l’extérieur du Waziristan du Nord, un district à prédominance tribale dans la province pakistanaise de Khyber Pakhtunkhwa qui borde l’Afghanistan. La région est depuis longtemps un refuge pour les combattants du TTP.

Le Pakistan combat une rébellion armée du TTP depuis 2007, date de son émergence. Le groupe s’associe aux talibans afghans et se bat pour l’application de leur interprétation stricte de la loi islamique dans le pays, la libération de leurs membres qui sont détenus par le gouvernement et une réduction de la présence militaire pakistanaise dans les anciennes régions tribales du pays.

Il y a eu un recrudescence des attaques sur les forces de sécurité depuis le TTP retiré des pourparlers de paix avec Islamabad le mois dernier.

Pakistan Bannu
Des agents de sécurité montent la garde sur une route bloquée à l’extérieur de l’installation de Bannu [Muhammad Hasib/AP]

L’incident de Bannu a éclaté tard dimanche et s’est rapidement transformé en impasse.

Selon Mohammad Ali Saif, un porte-parole du gouvernement provincial, les assaillants réclamaient un passage sûr vers l’Afghanistan.

“Nous sommes en pourparlers avec les principaux dirigeants des talibans pakistanais en Afghanistan”, a déclaré l’agence de presse Reuters citant Saif.

Il a déclaré que les autorités n’avaient pas encore reçu de réponse du TTP, ajoutant que les proches des assaillants et les anciens des tribus de la région étaient également impliqués dans l’ouverture de pourparlers avec les preneurs d’otages.

Les autorités ont déclaré qu’au moins un responsable du contre-terrorisme a été tué par les assaillants qui ont arraché des armes aux gardes lors de leur interrogatoire, a indiqué Reuters.

Plusieurs membres importants du TTP étaient présents au centre, a déclaré Saif.

Il n’a pas précisé combien d’agents de sécurité étaient retenus en otage. Un officier du renseignement a cependant déclaré à Reuters qu’il y avait six otages – quatre militaires et deux responsables du contre-terrorisme.

Pakistan Bannu
Des responsables de la sécurité patrouillent près du centre antiterroriste de Bannu, au Pakistan [Muhammad Hasib/AP]

Le journal pakistanais Dawn a déclaré lundi que la situation dans l’installation restait tendue 15 heures après sa saisie et qu’il n’y avait pas eu d’avancée dans les négociations avec les assaillants du TTP.

On craignait que l’armée ne prenne d’assaut l’installation si les négociations échouaient.

Dans un message vidéo circulant sur les réseaux sociaux, les preneurs d’otages ont menacé de tuer les officiers si leur passage en toute sécurité n’était pas organisé.

L’armée pakistanaise a mené plusieurs offensives dans les régions tribales depuis 2009, l’époque où la zone était sous le contrôle total des groupes armés.

Les opérations ont forcé les groupes et leurs dirigeants à courir vers l’Afghanistan voisin où Islamabad affirme avoir mis en place des centres de formation pour planifier et lancer des attaques à l’intérieur du Pakistan, une accusation que Kaboul nie.

Les assaillants qui contrôlaient le centre d’interrogatoire avaient exigé un passage sûr vers l’Afghanistan, selon un communiqué du TTP envoyé à Reuters. Il a ajouté que le TTP avait également transmis la demande aux autorités pakistanaises, mais n’avait reçu aucune réponse « positive ».

Un communiqué du TTP a indiqué que les preneurs d’otages exigeaient un passage sûr vers les districts du nord ou du sud du Waziristan et avaient “mentionné par erreur l’Afghanistan” dans une vidéo qu’ils ont diffusée dimanche.

La prise d’otages est intervenue un jour après que le TTP a revendiqué le meurtre de quatre policiers dans un quartier voisin.

Lundi également, un attentat à la bombe en bordure de route a visé un convoi de sécurité dans le Nord-Waziristan, tuant au moins deux passants, a indiqué la police. Aucun groupe n’a immédiatement revendiqué l’attentat.

La violence du TTP a tendu les relations entre les dirigeants talibans pakistanais et afghans, qui avaient négocié le cessez-le-feu avec le groupe en mai de cette année.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *