Une conférence du parti a été marquée par des divisions et des scandales autour de Ramaphosa et de son rival Zweli Mkhize.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a été réélu à la tête du parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC), bien qu’il soit embourbé dans le scandale et faire face à des appels à démissionner en tant que président.

Les délégués à une conférence à la direction de l’ANC ont voté lundi pour maintenir Ramaphosa à la tête du parti avec 2 476 votes pour lui et 1 897 pour son rival, l’ancien ministre de la Santé Zweli Mkhize.

Le résultat a été bien accueilli par les partisans du président qui ont éclaté en célébrations lors de l’annonce des résultats à Johannesburg.

Le vote est une victoire bienvenue pour Ramaphosa. La semaine dernière, il a survécu à un vote pour entamer une procédure de destitution contre lui après qu’un rapport parlementaire a déclaré qu’il aurait pu enfreindre les lois anti-corruption en gardant d’importantes sommes d’argent non déclarées dans sa ferme et omettant de déclarer leur vol.

La victoire de Ramaphosa lui ouvre la voie pour briguer un second mandat présidentiel en 2024.

Ramaphosa et la direction nouvellement élue de l’ANC ont de nombreux défis à relever alors que l’Afrique du Sud connaît des coupures de courant paralysantes de plus de sept heures par jour, un taux de chômage de 35% et des rapports de corruption généralisée.

Ramaphosa a admis que son gouvernement était en partie responsable de la crise de l’électricité lorsqu’il a pris la parole à l’ouverture de la conférence vendredi. Il a promis que son gouvernement assurerait un approvisionnement adéquat en électricité en achetant davantage d’énergie renouvelable au cours des prochaines années.

Ramaphosa a également promis que son gouvernement continuerait à lutter contre la corruption, même s’il était impliqué dans un scandale de corruption.

Il a fait face à un rival aux élections du parti dont la propre réputation a été ternie. Mkhize a démissionné de son poste de ministre de la Santé l’année dernière suite à un scandale dans lequel sa famille s’est avérée avoir bénéficié d’un contrat gouvernemental.

Bien que la course ait été plus serrée que prévu, Ramaphosa a réussi à plus que tripler sa marge de victoire par rapport aux 179 votes très serrés qu’il avait remportés en 2017.

Pendant ce temps, deux des principaux détracteurs de Ramaphosa au sein de son cabinet ont été écartés de manière décisive.

La ministre des Affaires coopératives, Nkosazana Dlamini-Zuma, qui a voté la semaine dernière au Parlement en faveur d’une procédure de destitution, a décliné une nomination pour se présenter à la présidence de l’ANC. La ministre du Tourisme Lindiwe Sisulu est apparue isolée lors de la conférence.

Malgré la victoire de Ramaphosa, l’ANC reste profondément divisé. L’ancien président Jacob Zuma dirige près de la moitié du parti qui s’oppose à Ramaphosa et à sa lutte contre la corruption. Mkhize est devenu le chef public de cette faction.

Oscar Mabuyane, qui a perdu le concours pour le poste de vice-président de l’ANC, s’est dit satisfait de la victoire de Ramaphosa.

“Cette victoire n’est pas seulement pour la perspective de l’ANC ou une faction. C’est pour le pays », a déclaré Mabuyane à l’Associated Press.

Mandilakhe Kondile, un délégué de la province du Cap oriental, a déclaré que Ramaphosa méritait une autre chance en tant que chef de l’ANC.

“Nous sommes fermement convaincus que Ramaphosa n’a pas eu suffisamment de temps pour apporter des changements significatifs”, a déclaré Kondile. « Il n’a dirigé que pendant cinq ans. Maintenant, c’est une seconde chance pour lui de traiter les problèmes auxquels sont confrontés les Sud-Africains et d’unifier le Congrès national africain.

Les délégués ont choisi Paul Mashatile, le trésorier général sortant du parti, comme adjoint de Ramaphosa. Le parti a réélu Gwede Mantashe pour un autre mandat de président national.

Le ministre des Transports Fikile Mbalula a été élu secrétaire général du parti, et ses adjoints seront Nomvula Mokonyane et Maropene Ramokgopa. La nouvelle trésorière générale du parti est Gwen Ramakgopa.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *