Peu de personnes dans les camps de déplacés géants au nord de Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo, profitent des festins et des festivités qu’ils réservent habituellement pour Noël.

Des centaines de milliers de personnes ont fuite une avancée des rebelles du M23, qui ont capturé des pans de territoire ces derniers mois, de nombreuses personnes déplacées s’installant dans des abris de fortune fragiles sur des champs de lave près de Goma.

Les conditions dans ces établissements informels, qui bordent la route menant à la ville de plus d’un million d’habitants, sont désastreuses.

Les résidents les plus chanceux dorment sur le sol des écoles et des églises. Mais beaucoup d’autres ont construit des huttes avec des bâtons et des bâches. La faim est endémique et le manque d’hygiène a provoqué une explosion des cas de choléra.

“Je ne peux pas faire la fête parce que je n’ai rien à manger”, a déclaré Olive Pandezi, 35 ans, tenant un chapelet alors qu’elle se dirigeait vers sa hutte de fortune à Kanyaruchinya, une zone à flanc de colline près de Goma bondée de personnes déplacées.

Le sentiment est commun. Justine Muhindo, une mère de trois enfants âgée de 25 ans, a déclaré : « Nous célébrons dans l’angoisse à cause de la guerre et de la faim ».

Sa voisine, Sifa, a déclaré que dans son village natal, un groupe de femmes aurait normalement mis de l’argent en commun pour abattre une vache le jour de Noël, dimanche.

“Cela n’arrivera plus”, a expliqué la mère de quatre enfants, la veille de Noël. “Comment pouvons-nous célébrer sans nourriture ni vêtements?”

Au moins 510 000 personnes ont été déplacées dans la région de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu, depuis le déclenchement de conflit entre le M23 et l’armée congolaise en mars, a annoncé cette semaine l’agence humanitaire des Nations unies OCHA.

Quelque 233 000 d’entre eux se sont réfugiés dans les zones du Nyiragongo au nord de Goma.

L’ONG Save the Children a également indiqué jeudi avoir enregistré plus de 973 cas de choléra en deux semaines au Nyiragongo.

Un groupe dirigé par des Tutsi, le M23 est sorti de sa dormance à la fin de l’année dernière et a depuis avancé à travers le Nord-Kivu, à quelques dizaines de kilomètres de Goma.

Malgré les difficultés rencontrées par les personnes qui ont fui dans leur sillage, campant désormais à quelques kilomètres des lignes de front, beaucoup sont stoïques.

Une femme âgée de Kanyaruchinya qui s’appelait Nyiranzabimana a déclaré à l’agence de presse AFP qu’elle ne savait pas d’où proviendrait son prochain repas mais qu’elle était reconnaissante d’avoir pu s’en sortir.

“C’est notre fête de voir que nous sommes vivants”, a-t-elle déclaré.

La veille de Noël, des organisations humanitaires locales ont organisé une collecte de nourriture à Kanyaruchinya et des volontaires portant des chapeaux de Père Noël ont distribué des repas et des jouets aux jeunes enfants.

Camille Ntoto, le chef d’un de ces groupes, a déclaré que Noël est un moment de fête pour tout le monde.

“L’une des choses que nous pouvons faire est de faire preuve d’amour, de générosité et de compassion les uns envers les autres”, a-t-il déclaré.

Josephine Riziki, une personne déplacée à Kanyaruchinya, a déclaré que l’effort d’aide de Noël avait redonné le sourire aux gens. « Par la grâce de Dieu, il y a des bienfaiteurs qui ont pensé à nous », dit-elle.

Furaha Ndahorutari, une autre femme déplacée, a reconnu que Noël se passait bien « parce que les enfants ont mangé ».

Mais elle a souligné qu’il était essentiel de trouver une solution à long terme. “Nous souffrons énormément et nous avons besoin d’aide”, a-t-elle déclaré.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *