Shell a affirmé que le règlement des déversements dans le delta du Niger entre 2004 et 2007 n’était pas un aveu de responsabilité.

Shell versera 15 millions d’euros (15,9 millions de dollars) aux communautés nigérianes qui ont été touchées par de multiples fuites d’oléoducs dans le delta du Niger, a annoncé la compagnie pétrolière.

“Le règlement est sur une base d’absence de responsabilité, et règle toutes les réclamations et met fin à tous les litiges en cours liés aux déversements”, a déclaré Shell vendredi dans un communiqué conjoint avec la division néerlandaise des Amis de la Terre.

L’indemnisation est le résultat d’une action en justice néerlandaise intentée par les Amis de la Terre, dans laquelle la filiale nigériane de Shell, SPDC, a été reconnue l’année dernière responsable des marées noires et a été condamnée à payer les dommages aux agriculteurs.

L’argent bénéficiera aux communautés d’Oruma, Goi et Ikot Ada Udo au Nigeria, qui ont été touchées par quatre marées noires survenues entre 2004 et 2007.

Un expert indépendant a confirmé que SPDC a installé un système de détection de fuites sur le pipeline de KCTL conformément aux ordonnances de la cour d’appel, a ajouté la société.

L’affaire a été portée en 2008 par quatre agriculteurs et le groupe environnemental Friends of the Earth, demandant réparation pour la perte de revenus due à la contamination des terres et des voies navigables de la région, au cœur de l’industrie pétrolière nigériane.

En 2020 et 2021, l’Agence nationale nigériane de détection et d’intervention en cas de déversement de pétrole (NOSDRA) a enregistré 822 déversements combinés d’hydrocarbures déversements, totalisant 28 003 barils de pétrole déversés dans l’environnement. Et les experts disent que l’espérance de vie dans le delta du Niger a maintenant 41 ans10 ans de moins que la moyenne nationale.

Après la décision finale de la cour d’appel l’année dernière, Shell a déclaré qu’elle continuait de croire que les déversements avaient été causés par un sabotage.

Mais le tribunal a déclaré que Shell n’avait pas prouvé “au-delà de tout doute raisonnable” que le sabotage avait causé le déversement, plutôt qu’un mauvais entretien.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *