Voici un tour d’horizon de la couverture d’Al Jazeera au Moyen-Orient cette semaine.

Les protestations de l’Iran expliquées, une interview exclusive de l’ancien président tunisien sur l’état de la démocratie dans le pays, et pourquoi les célébrations marocaines ont-elles rencontré une réponse policière dure à Paris ? Voici votre résumé, rédigé par Abubakr Al-Shamahi, rédacteur en chef d’Al Jazeera Digital pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

Lundi, la justice iranienne a annoncé une deuxième exécution liés à des mois de manifestations anti-gouvernementales. Majidreza Rahnavard avait été accusée d’acte « terroriste » et inculpée de moharebeh, ce qui signifie « faire la guerre à Dieu ». D’après des photos publiées par la justice, il a été pendu par le cou, en public, à une grue.

L’exécution, si ouvertement affichée, est considérée comme un signe que les autorités iraniennes redoublent d’efforts pour mettre fin à un mouvement de protestation qui refuse de s’en aller. D’autres manifestants ont été condamnés à mort. D’autres exécutions sont attendues.

[READ: FIFPRO ‘sickened’ by Iranian footballer death sentence reports]

Les manifestations durent depuis la mi-septembre et, au cours de cette période, il y a eu beaucoup de développements. Si vous avez quelques minutes de libre, je vous recommande vraiment ce regard sur le sujet par mes collègues de Start Here. J’ai l’intuition que cela répondra à peu près à la plupart, sinon à toutes, de vos questions sur ce qui se passe et pourquoi.

De la démocratie… à la dictature ?

Bonne nouvelle : la Tunisie organise des élections législatives samedi.

Mauvaise nouvelle : l’opposition dit que ce ne sera que la dernière étape d’un retour à la règle d’un seul homme.

Difficile de croire que cela se passe à l’endroit qui a inspiré les soulèvements du printemps arabe. Et pourtant, l’année dernière, le président Kais Saied a suspendu le Parlement, qui était dominé par ses adversaires.

Ainsi, ces dernières élections reconstitueront en fait le parlement – ​​juste sans trop d’opposition. Mais les Tunisiens sont-ils satisfaits de la présidence de Saied ? Les pénuries alimentaires sont un problème depuis des mois maintenant, et l’économie est au bord de la crise. Les manifestations récentes suggèrent que beaucoup de gens en ont assez de ce qu’ils appellent le coup d’État de Saied.

Peu de personnes sont mieux placées pour demander ce qui se passe exactement en Tunisie que le premier président à prendre ses fonctions après le printemps arabe, Moncef Marzouki. Marzouki m’a dit que Saied faisait partie de la “contre-révolution”mais aujourd’hui, en fin de compte, il dit qu’un “volcan arabe” attend d’entrer en éruption, non seulement en Tunisie, mais dans toute la région.

Marocains à Paris

L’amour du Maroc reste bien vivant après sa vaillante défaite contre la France. Dans la perspective du match à élimination directe de mercredi soir, les supporters marocains de toute l’Afrique, du monde arabe et d’ailleurs ont célébré avec abandon – partout, semble-t-il, à l’exception de certaines parties de l’Europe.

À Paris, où vivent des dizaines de milliers de ressortissants marocains et de Marocains français, les supporters en fête ont été accueillis sans ménagement par des gaz lacrymogènes, tandis qu’en Espagne, des femmes soutenant leur équipe ont été attaquées par des policiers brandissant des matraques.

Alors, pourquoi ce trouble de foule ne se produit-il que dans certaines villes ? L’écrivain nord-africain du football, Maher Mezahi, nous l’explique.

Et maintenant pour quelque chose de différent

Juanro Aguiló attire les foules devant les stades lors de la Coupe du monde au Qatar. Le Chilien est un footballeur freestyle accompli, avec un répertoire impressionnant de compétences que je peux garantir, si j’étais assez idiot pour essayer d’imiter, me ferait atterrir à plat ventre en un rien de temps. Aguiló a accompli ce qu’il a tout en devant faire face à une maladie connue sous le nom de syndrome de phocomélie – la cause de son bras droit sous-développé et d’un bras gauche manquant. “Soyez heureux avec ce que vous avez”, dit-il, “et regardez le bon côté de la vie.”

En bref

Les forces israéliennes tuent une adolescente de 16 ans dans un raid en Cisjordanie occupée – Le président tunisien doit rendre des comptesdit le groupe de défense – Des combattants de l’EIIL tués en Syrie dans un raid américain – Israël élit un président de la Knesset Alors que Netanyahu se rapproche de la formation du gouvernement, selon le ministre saoudien des Affaires étrangères “Tous les paris sont ouverts” si l’Iran obtient l’arme nucléaire– Un Libyen soupçonné d’avoir construit la bombe de Lockerbie en 1988 détenu aux États-Unis – soldat irlandais tué dans l’attaque d’un convoi de l’ONU au Liban

[READ: Why has the mayor of Istanbul Ekrem Imamoglu been sentenced to prison?]

La joie de la coupe du monde

Aïda Alami dit elle est habituée à ce que sa bien-aimée équipe nationale marocaine de football perde. Mais cela a changé, remplacé par, selon les mots du journaliste marocain, « Africains et Arabes dansant, chantant et célébrant le fait d’être ensemble ». Coach Walid Regragui pour ministre du bonheur.

Citation de la semaine

“[Women in Tunisia are] souffrant d’un manque de protection absolu… De nombreuses garanties n’ont pas été délivrées. — Kenza Ben Azouz, chargée de recherche à Human Rights Watch, et auteur d’un rapport qui affirme que la loi tunisienne ne protège pas les femmes contre la violence domestique.





Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *