Nous avons vu de nombreuses facettes de Boa au cours de ses 22 années dans l’industrie de la musique. Elle est passée de la douce, débutante de 13 ans dans ‘ID; Peace B’ à la femme confiante du single ‘Better’ de 2020. L’un des artistes les plus appréciés d’Asie, BoA semble avoir tout fait ; que pourrait-elle avoir d’autre en magasin ? Mais la “reine de la K-pop” rend à nouveau justice à ce titre sur un nouvel EP ‘Pardonne-moi’qui brille de lui-même tout en apportant des ajouts mémorables à une discographie déjà riche en bijoux.

Tout d’abord, BoA est furieux. La chanson titre et l’ouverture de l’album, écrites et coproduites par le chanteur, sont une dissipation brûlante pour les ennemis et les gens étroits d’esprit qui se souviennent gros titres récents. Des guitares sales soulignent sa voix enragée alors qu’elle déclare sa propre rédemption: “Je n’ai pas besoin que tu me pardonnes.“C’est une introduction puissante à une autre ère de BoA, un rappel de la raison pour laquelle elle est toujours une force avec laquelle il faut compter.

Sur le reste de l’album en revanche, BoA s’adoucit, et la musique prend une palette plus diversifiée. « Sketch » et « Hope », les deux autres morceaux qu’elle a écrits et coproduits, sont doux : tandis que l’ancien s’évanouit dans de douces teintes de pop urbaine à propos du «l’amour de ma vie», ce dernier se fond dans une ballade acoustique habituelle dédiée à la famille, aux amis et aux fans, et clôt la collection de six titres.

La moitié la plus lente de l’album – qui comprend également « After Midnight », un autre morceau de guitare acoustique de rêve où la voix de BoA occupe le devant de la scène – est plus sûre et confortablement adaptée à ce qu’elle fait le mieux. Bien qu’ils n’offrent pas beaucoup de nouveauté à l’excellence substantielle de BoA, son charisme et son talent empêchent les chansons d’être ennuyeuses.

La moitié la plus vibrante de l’album, en revanche, offre beaucoup de potentiel créatif. Dans l’astucieuse ligne de basse de ‘ZIP(짓)’ – co-composée par l’auteur-compositeur-interprète sud-coréen Saay, dont le style distinctif transparaît – BoA nous rappelle à quel point sa voix est aussi souple que ses mouvements de danse. Elle fléchit les notes hautes et basses dans un groove envoûtant, répétant «zip, zip, zip, zip” et nous donnant des vers d’oreille pendant des jours.

Mais la vedette évidente de l’album est “Breathe”, où l’énergie palpitante et l’atmosphère granuleuse de “Forgive Me” sont enfin assorties, même si BoA brûle pour différentes raisons. Alors qu’elle se précipite vers un intérêt amoureux – assez proche pour sentir leur souffle – elle fascine par le rap et une mélodie de frappe et de chasse qui se construit sans relâche.

« Forgive Me » exploite une énergie furieuse que BoA est plus que capable de dégager, et rafraîchit les attentes quant au type d’artiste qu’elle peut encore devenir. Angry BoA a mis deux décennies à apparaître, et il serait intéressant de la voir plonger encore plus dans les flammes impitoyables de “Forgive Me” et “Breathe” dans les prochaines versions. Après tout, BoA n’a pas besoin de notre pardon, encore moins de notre approbation. Son passé et son présent parlent d’eux-mêmes.

Détails

BoA - Pardonne-moi

  • Date de sortie: 22 novembre
  • Maison de disque: divertissement SM





Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *