Ali Larayedh, vice-président du parti d’opposition Ennahdha, est arrêté quelques jours après les élections législatives en Tunisie.

Un juge “antiterroriste” en Tunisie a ordonné l’arrestation de l’ancien Premier ministre Ali Larayedh, vice-président du principal parti d’opposition Ennahdha, quelques jours après que le pays eut organisé une élection législative marquée par une très faible participation.

La décision du juge, annoncée lundi, est lié à une affaire dans lequel d’autres responsables d’Ennahdha sont accusés d’avoir envoyé des Tunisiens combattre aux côtés de groupes armés en Syrie, selon Ines Harrath, une avocate qui a travaillé avec un groupe d’avocats défendant Larayedh.

Ennahdha, qui comptait le plus grand nombre de législateurs au parlement précédent, a dénoncé cette décision comme une attaque politique et a appelé à la libération de Larayedh, qui a été Premier ministre de 2013 à 2014.

Le parti a déclaré que son vice-président avait été “délibérément pris pour cible” dans une “tentative vaine et flagrante” des autorités et du président Kais Saied pour couvrir “l’échec” du vote de samedi, qui était le premier tour de scrutin des élections.

Tunisie
Des membres de la police repoussent les partisans d’Ennahdha qui manifestaient en soutien aux chefs du parti en septembre 2022 [File: Jihed Abidellaoui/Reuters]

Ahmed Nejib Chebbi, président de la principale coalition d’opposition du pays, a déclaré aux journalistes que l’arrestation avait pour but « de détourner l’attention des résultats d’une élection ignorée du public ».

Seuls 11,22% des électeurs tunisiens ont voté, selon Farouk Bouaskar, président de l’Autorité électorale tunisienne. Cela représente environ un million d’électeurs sur plus de neuf millions d’inscrits.

Bouaskar a indiqué que 21 candidats ont été élus au premier tour, tandis que 133 candidats se sont qualifiés pour le second tour de scrutin prévu le 19 janvier. Les résultats définitifs seront annoncés le 3 mars, a-t-il précisé.

Les partis d’opposition, y compris la coalition du Front du salut à laquelle appartient Ennahdha, ont boycotté l’élection, affirmant que cela faisait partie des efforts de Saied pour consolider le pouvoir. La décision de ne pas participer au vote conduira probablement à une nouvelle législature inféodée au président, que les critiques accusent de dérive autoritaire.

“Le silence est un crime”

Dans ses premiers commentaires publics sur l’élection, Saied a rejeté les critiques sur le faible taux de participation et a accusé les opposants d’essayer de jeter des doutes sur la représentativité du nouveau parlement des opinions des électeurs.

Il a déclaré que le taux de participation “n’est pas mesuré au premier tour, mais aux deux tours” de vote, selon un communiqué publié lundi par la présidence.

Le Parlement s’est réuni pour la dernière fois en juillet 2021. Depuis lors, Saied, qui a été élu en 2019, a restreint l’indépendance du pouvoir judiciaire et affaibli les pouvoirs du Parlement.

Pendant ce temps, le puissant syndicat national tunisien a intensifié mardi sa critique de Saied, exhortant la société civile du pays à ne pas rester silencieuse.

Le chef de l’UGTT, Noureddine Taboubi, a déclaré que l’énorme boycott de l’élection montre la frustration et le désespoir des Tunisiens.

“Il est temps que la société civile et les organisations nationales jouent leur rôle national… aujourd’hui le silence est un crime… Nous ne vous laisserons pas jouer avec le pays et nous n’aurons pas peur des prisons”, a déclaré Taboubi.

Les Tunisiens sont également sous le choc d’une crise financière au milieu d’une inflation galopante, d’une hausse du chômage et d’une pénurie de produits alimentaires de base.

“Aujourd’hui, le temps presse, et si vous ne comprenez pas le message, le peuple dira sa parole à travers une lutte pacifique”, a déclaré Taboubi.

Lors d’un référendum en juillet, les Tunisiens ont approuvé une constitution qui accorde de larges pouvoirs exécutifs au président.

Saied, qui a dirigé le projet et rédigé lui-même le texte, a pleinement utilisé le mandat en septembre, modifiant la loi électorale pour diminuer le rôle des partis politiques.

Les critiques ont déclaré que les réformes de la loi électorale ont particulièrement touché les femmes. Seules 127 femmes figuraient parmi les 1 055 candidats en lice lors des élections de samedi.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *