Un homme des États-Unis a comparu devant le tribunal mercredi pour faire face à une mise en accusation officielle après avoir été accusé d’avoir pénétré par effraction au domicile de la dirigeante démocrate Nancy Pelosi et battre son mari avec un marteau.

David DePape de Richmond, Californiea plaidé “non coupable” mercredi pour six chefs d’accusation – dont tentative de meurtre et agression avec une arme mortelle – en relation avec l’attaque d’octobre qui a laissé Paul Pelosi, 82 ans, avec une fracture du crâne, ainsi que des blessures à ses bras et ses mains.

DePape, 42 ans, doit revenir au tribunal le 23 février, date à laquelle un juge doit envisager une date de procès. Il est toujours détenu sans caution. DePape fait également face à des accusations fédérales pour la même attaque.

L’effraction et les passages à tabac ont eu lieu 11 jours avant que les États-Unis n’affrontent leur élections de mi-mandatavec le contrôle du Congrès en jeu.

En tant que première femme à occuper le poste de présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi a été une figure clé du Parti démocrate, façonnant et ralliant le soutien à sa législation. Elle est actuellement en deuxième ligne après la présidence et prendrait le pouvoir si le président américain Joe Biden et le vice-président Kamala Harris étaient un jour frappés d’incapacité.

Dans une interview avec le département de police de San Francisco, DePape aurait déclaré qu’il visait Pelosi parce qu’il estimait qu’elle était “le chef de la meute” et qu’il voulait la confronter à ce qu’il croyait être des mensonges démocrates.

Selon les enquêteurs fédéraux, il prévoyait de briser les rotules de Pelosi s’il pensait qu’elle mentait, elle devrait donc entrer au Congrès en fauteuil roulant, montrant aux autres législateurs qu ‘«il y avait des conséquences à [their] Actions”.

Les procureurs ont cherché à lier DePape aux théories du complot d’extrême droite, affirmant qu’il visait à porter un coup à ce qu’il considérait comme une “tyrannie”. Un sergent de la police de San Francisco a témoigné plus tôt ce mois-ci que DePape avait déclaré qu’il y avait “le mal à Washington”, faisant référence au gouvernement dirigé par les démocrates.

DePape aurait également comparé ses actions à celles des Pères fondateurs, un groupe d’éminents dirigeants américains qui se sont opposés à la domination britannique pendant la Révolution américaine.

L’effraction a commencé aux premières heures du 28 octobre 2022, lorsque DePape aurait utilisé un marteau pour entrer par une porte vitrée de la maison de la famille Pelosi à San Francisco. Espérant retrouver Nancy Pelosi, il a plutôt retrouvé Paul, son mari depuis près de 60 ans.

Paul Pelosi aurait dit à DePape que le président de la Chambre ne serait pas à la maison avant plusieurs jours et DePape a décidé d’attendre son retour, en retirant un ensemble de fermetures à glissière pour retenir Paul.

Mais pendant que les deux hommes parlaient, Paul Pelosi a réussi à se glisser dans une salle de bain et à composer le 911 pour les services d’urgence.

Une maison en brique appartenant à Nancy Pelosi à San Francisco
David DePape serait entré dans la maison de San Francisco de la présidente de la Chambre des États-Unis Nancy Pelosi et de son mari Paul par une porte vitrée [File: Carlos Barria/Reuters]

Bien que l’appel ait été court, un répartiteur a envoyé la police à la maison. Les officiers sont arrivés pour découvrir les deux hommes s’agrippant au marteau de DePape, DePape arrachant l’outil de la main de Paul Pelosi et le balançant à sa tête.

Paul Pelosi a perdu connaissance et s’est ensuite réveillé dans une mare de sang. Il a depuis porté un chapeau et des gants pour cacher ses blessures lors d’apparitions publiques.

En plus des accusations de tentative de meurtre et d’agression avec une arme mortelle, DePape fait également face à des accusations d’État, notamment de maltraitance des personnes âgées, de cambriolage résidentiel au premier degré, de faux emprisonnement et de menaces contre un membre de la famille d’un agent public.

Ses accusations fédérales comprennent un chef d’agression contre un membre de la famille d’un fonctionnaire américain et un chef de tentative d’enlèvement contre un fonctionnaire américain, qui sont passibles de peines maximales de 30 et 20 ans de prison, respectivement.

Dans les semaines qui ont suivi l’attaque, les élections de mi-mandat de novembre ont permis au Parti démocrate de conserver un faible majorité au Sénat américain. Mais le parti a perdu son emprise sur Chambre des députésoù Pelosi est président de la Chambre.

Lorsque le Congrès nouvellement élu se réunira le 3 janvier, Pelosi devrait céder le poste à Le républicain Kevin McCarthy. Pelosi a également annoncé elle va se retirer en tant que leader démocrate à la Chambre, avec un représentant de New York, Hakeem Jeffriesprête à prendre sa place en tant que présidente du caucus démocrate au cours de la nouvelle année.

Pelosi a passé 35 ans au Congrès, représentant le district de Californie qui comprend une partie de la région populeuse et à gauche de la baie de San Francisco. Elle envisage de rester en fonction.



Source link

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *