Le Service national de renseignement et la police ont perquisitionné la Confédération coréenne des syndicats et un syndicat affilié à Séoul.

L’agence d’espionnage sud-coréenne a perquisitionné le principal groupe syndical du pays, affirmant que l’opération faisait partie d’une enquête visant à déterminer si certains membres avaient des liens avec la Corée du Nord.

Les Service national de renseignement et la police a perquisitionné mercredi le bureau de la Confédération coréenne des syndicats (KCTU) dans le centre de Séoul.

Certains de ses membres étaient soupçonnés d’avoir des “liens avec la Corée du Nord”, a indiqué l’agence d’espionnage. Les bureaux du Syndicat coréen des travailleurs de la santé et de la médecine, affilié à la KCTU, dans le sud-ouest de la ville ont également été perquisitionnés.

“Nous et l’agence de police nationale menons notre propre enquête sur les liens présumés des suspects avec la Corée du Nord depuis plusieurs années”, a déclaré un responsable de l’agence d’espionnage à l’agence de presse Agence France-Presse.

“Sur la base des preuves obtenues dans le cadre du processus, nous avons jugé qu’une enquête obligatoire était nécessaire, et nous avons poursuivi le raid après que le tribunal a émis un mandat de perquisition et de saisie”, a déclaré la source.

La Corée du Sud reste officiellement en guerre avec la Corée du Nord, et en vertu d’une loi controversée et archaïque sur la sécurité nationale, la possession de publications ou d’autres documents produits dans le Nord peut être une infraction pénale. Les médias locaux ont rapporté que les raids avaient été provoqués par des violations présumées de la loi sur la sécurité.

La KCTU a qualifié le raid de « barbare », accusant le gouvernement conservateur de Séoul de « connivence » pour cibler l’organisation syndicale.

En tant que l’un des plus grands groupements syndicaux de Corée du Sud, le KCTU était lié à un grève récente des camionneurs dont le syndicat relève de la KCTU.

Le mois dernier, le président Yoon Suk-yeol a ordonné la grève des chauffeurs dans les secteurs du carburant et de l’acier retour au travailmenaçant de prison ou d’amendes s’ils ne se conformaient pas.

L’agence de presse sud-coréenne Yonhap a rapporté que des responsables syndicaux avaient physiquement empêché les autorités d’entrer dans le siège social de la KCTU, exigeant que la perquisition et toute saisie de propriété soient menées en présence d’un avocat. Une bagarre aurait éclaté entre la police et des responsables syndicaux lors de la confrontation, a rapporté Yonhap.

Les Loi sur la sécurité nationale, qui remonte à 1948, interdit aux citoyens d’accéder à la plupart des contenus produits par la Corée du Nord, y compris son journal officiel Rodong Sinmun. La loi a été largement critiquée, y compris par les Nations unies, qui affirment qu’il s’agit d’un défi “gravement problématique” à la liberté d’expression en Corée du Sud.

Des milliers de personnes, dont des militants syndicaux, ont été emprisonnées en vertu de la loi par les gouvernements militaires qui ont dirigé la Corée du Sud pendant des décennies jusqu’au début des années 1990. L’acte a souvent été utilisé pour accuser les gens de se livrer à des activités pro-Pyongyang ou d’espionnage pour le Nord.

juice mp3 music download
jeopardy music
jio music
joox music
joo music
jamaican music
jesus music movie
jaws music
japanese music
how to download music
how much is apple music
how much is amazon music
how much is youtube music
how much is amazon music unlimited
how to download mp3 music
how much is amazon prime music
how much is pandora music
how to download music from tubidy
how much is prime music
kahoot music
kidz bop music
klezmer music
kinds of music
kpop music town
karaoke music
kgf music director
key finder music
key music
kandinsky chrome music lab
apple music

By pfvz8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *